Succes stories

Burkina Faso : Mahamadi Rouamba, un sociologue qui entreprend dans le numérique

Par  | 

DG d’une société de conseil en transformation numérique et fondateur de BeoogoLAB, un incubateur de start-up, rien ne prédestinait le jeune Mahamadi Rouamba à devenir entrepreneur. Portrait.

Quand il s’inscrit en sociologie, à l’Université de Ouaga 1, Mahamadi Rouamba est à mille lieux de penser qu’un jour il deviendra un entrepreneur du numérique. C’est pourtant via cette discipline qu’il commence à s’intéresser à l’influence des technologies de l’information et de la communication sur les dynamiques sociales et à l’impact de la société sur leur évolution. « Je connaissais mieux cette discipline que les autres pour avoir travaillé dessus au lycée, lors d’un exposé », se remémore l’entrepreneur burkinabé pour expliquer son choix.

Par la suite, il intègre l’université Aube Nouvelle à Ouagadougou pour suivre un master en gestion de projet, ce qui consolide son profil de futur entrepreneur. En 2013, il prend la tête de Ticanalyse, une société de conseil en transformation numérique. Avec une équipe d’une quinzaine de personnes, il créé des solutions web, développe des applications mobiles et accompagne le développement de start-up.

Ses réalisations demeurent marquées par sa formation de sociologue.

>> LIRE AUSSI : Burkina Faso : Arsène Flavien Bationo, un directeur d’école aux compétences transversales

Des projets par dizaine

Ses réalisations demeurent marquées par sa formation de sociologue, témoin des difficultés et des besoins de ceux qu’il observe. L’une d’elle, baptisée mHealth Burkina, est une application mobile dédiée à la lutte contre le taux élevé de mortalité infantile en milieu rural. Une autre prend la forme de plateforme d’information et de sensibilisation de la jeunesse sur l’éducation sexuelle. Ses travaux sont remarqués, ce qui lui donne l’opportunité d’intervenir dans plus de soixante projets commandités par l’État burkinabé, des associations ou encore des organismes nationaux et internationaux.

>> LIRE AUSSI : L’IAM de Ouagadougou créé un fonds entrepreneuriat pour ses étudiants

De l’entreprise au mentorat

En parallèle, Mahamadi Rouamba assume un rôle de mentor motivé par un constat qu’il détaille : « Quand les jeunes débutent leurs projets, les fonds d’investissement et les banques attendent qu’ils soient crédibles avant d’injecter leurs sous. Mais personne ne les accompagne pour qu’ils soient prêts ». C’est pourquoi il créé en 2015, BeoogoLab, un incubateur de start-up qui accompagne des jeunes porteurs de projets innovants grâce à une méthodologie structurée en trois étapes : la maturation, qui consiste à transformer une idée en projet concret. L’incubation, qui consiste à élaborer les modèles d’affaires et à affiner les propositions de valeur. Et l’accélération, qui consiste à élaborer le business plan et à financer la création de l’entreprise grâce à un fonds de capital-risque.

Dès le début nous faisons confiance au porteur de projet et lui apportons les ressources et l’accompagnement nécessaires pour que son projet soit crédible et qu’il puisse créer son entreprise. »

« Dès le début nous faisons confiance au porteur de projet et lui apportons les ressources et l’accompagnement nécessaires pour que son projet soit crédible et qu’il puisse créer son entreprise », explique Mahamadi Rouamba.  Les projets qu’il accepte doivent prévoir la conception et le développement entier de la technologie qu’ils exploitent, mais celle-ci ne doit pas être au cœur de la production de valeur. Ce n’est pas tout. Les business doivent également être « scalables et répétables ». En d’autres termes les porteurs de projets « doivent pouvoir augmenter le nombre de leurs clients sans avoir recours à trop d’investissements supplémentaires », explique-t-il. Un moyen pour lui de s’assurer que les projets qu’il accompagne seront utiles et pérennes. La société, Mahamadi l’a désormais comprise. Il veut désormais en être acteur.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

AVIS DE VACANCE DE POSTE No ADB/22/809

INTITULÉ DU POSTE :

 

DIRECTEUR /DIRECTRICE, POLITIQUE MACROÉCONOMIQUE, PRÉVISIONS ET RECHERCHE 

COMPLEXE :

DÉPARTEMENT :

 

ÉCONOMISTE EN CHEF/VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)

POLITIQUE MACROÉCONOMIQUE, PRÉVISIONS ET RECHERCHE (ECMR)

GRADE 

 

EL5

SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :

 

ÉCONOMISTE EN CHEF/VICE-PRÉSIDENT POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)

LIEU D’AFFECTATION :

 

ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE

INFORMATIONS CONCERNANT LE POSTE :

 

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES.

Si vous rencontrez des difficultés techniques pour soumettre votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème ou une capture d’écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG

No SAP :

 

50092394

DATE DE CLÔTURE :

 

05 JUIN 2022 (à 23 h 59 GMT)

Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/poste-vacant/directeur/directrice-politique-macroeconomique-previsions-et-recherche-51389

 

 

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les Pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, Cinq grandes priorités (High 5) dans lesquelles les interventions devront s’intensifier pour accélérer l’obtention de résultats en Afrique ont été identifiées, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.

LE COMPLEXE

La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre des solutions figurent : i) les recherches touchant aux principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur relation avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et interrégionaux.

LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE :

Le Département de la politique macroéconomique, des prévisions et de la recherche a pour mission d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie efficace et solide pour la production, le courtage et la diffusion de connaissances de haute qualité sur différentes questions de développement économique en Afrique. Le Département apporte un appui technique aux unités opérationnelles et aux pays membres régionaux par des travaux d’analyse rigoureux dans les domaines liés à sa stratégie décennale et aux priorités opérationnelles High 5. De même, le Département travaille en partenariat avec diverses parties prenantes internes et externes pour soutenir ou promouvoir un dialogue politique efficace avec les organes de décision au sein et en dehors de la Banque. Les activités du Département s’articulent autour de la politique macroéconomique, de la soutenabilité de la dette et des prévisions d’une part, et de l’impact microéconomique, institutionnel et sur le développement d’autre part.

LE POSTE

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement passe aujourd’hui par une phase exaltante d’ajustement stratégique et structurel, évoluant vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans le cadre de ce changement, le Complexe ECVP joue un rôle de premier plan dans le processus de repositionnement du Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique qui applique efficacement le principe de l’unité d’action. Ce repositionnement consistera plus particulièrement à accroître la visibilité et l’impact politique de la Banque, en intégrant l’analyse critique des questions économiques dans tous les aspects de ses activités, y compris dans ses projets de recherche et ses actions de sensibilisation, ainsi qu’en ce qui concerne son engagement externe auprès des décideurs, des leaders d’opinion et des autres parties prenantes.

Le Directeur/La Directrice du département Politique macroéconomique, prévisions et recherche contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’assurance qualité de l’ensemble des produits du savoir du Groupe de la Banque. Le/La candidat(e) retenu(e)fera partie de l’équipe de direction du Complexe et de l’ensemble de la Banque, jouera un rôle clé dans l’amélioration de l’image publique de la Banque relativement à ses activités et mènera des actions de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.

La Banque africaine de développement recherche une personne justifiant d’une solide expérience en économie, faisant preuve d’une logique claire et de créativité, dotée de capacités d’influence avérées et capable de nouer des relations avec des acteurs clés du monde universitaire, des secteurs privé et public et de la société civile, et de les influencer.

Sous la direction générale du Vice-président, le/la titulaire du poste devra de manière générale assumer les fonctions suivantes :

1. Aider à fournir un leadership, des orientations et des prestations stratégiques en matière de politique économique et de recherche au sein du Groupe de la Banque, et à éclairer et structurer le travail de ce dernier par des analyses et des orientations solides.

2. Améliorer et accroître le profil de connaissance externe du Groupe de la Banque, son influence et son impact. Pour ce faire, le titulaire du poste devra assurer une communication crédible et convaincante de l’ambition stratégique de l’institution auprès de publics cibles clés, à savoir notamment les PMR, les décideurs politiques, les leaders d’opinion, les médias, ainsi que d’autres parties prenantes.

3. Constituer, diriger, gérer, encadrer et accompagner un groupe de premier ordre de chercheurs économistes, de statisticiens et d’analystes politiques afin de renforcer les capacités de la Banque en matière de dialogue politique à l’échelle nationale et régionale.

PRINCIPALES FONCTIONS 

Sous la supervision et les conseils de l’Économiste en chef/Vice-président chargé de la recherche économique, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice devra s’acquitter des fonctions suivantes :

  1. Validation et exécution du programme de travail
  1. Examiner et valider les objectifs et le programme de travail du Département, en veillant à ce qu’ils soient alignés sur les priorités stratégiques de la Banque, du Complexe et du Département.
  2. Superviser leur exécution et fournir des orientations aux équipes le cas échéant.
  3. Examiner et valider le budget, et sa mise en œuvre effective.
  4. Faire rapport sur l’exécution du programme de travail et proposer des mesures alternatives et correctives si nécessaire.
  5. Contribuer activement à la conception et au suivi de la mise en place des indicateurs clés de performance de l’institution.
  1. Supervision technique des activités du département
  1. Fournir au Groupe de la Banque et aux pays membres des renseignements économiques sur l’évolution macroéconomique, des projections des variables économiques et financières les plus utilisées relativement à l’économie africaine et aux opérations du Groupe de la Banque.
  2. Analyser l’économie des PMR en mettant l’accent sur les High 5, en utilisant des techniques de pointe et en évaluant les stratégies de développement régionales et continentales, tout en insistant sur l’analyse de la soutenabilité de la dette et l’impact des chocs exogènes majeurs sur les agrégats macroéconomiques et les niveaux de vie.
  3. Participer à des études spéciales visant à améliorer les stratégies et la programmation des opérations du Groupe de la Banque, ou diriger celles-ci.
  4. Élaborer des outils d’analyse appropriés en vue de rationaliser les études économiques et sectorielles de la Banque dans des domaines essentiels tels que l’analyse macroéconomique et l’évaluation de l’impact des projets de développement.
  5. Coordonner la préparation des rapports phares du Groupe de la Banque.
  6. Superviser le traitement des principales publications de la Banque, y compris le Rapport sur le développement en Afrique, la Revue sur le développement en Afrique et les publications statistiques annuelles.
  7. Préparer et apprêter les principales déclarations, allocutions et notes d’information pour le Président et les vice-présidents, lors des réunions de haut niveau, des conférences et des missions officielles dans les pays membres régionaux.
  1. Gestion des personnes
  1. Veiller à ce que le Département soit doté des compétences appropriées à tout moment pour la réalisation efficace des objectifs définis dans le programme de travail.
  2. Examiner et valider les besoins en personnel et élaborer, en collaboration avec le département des ressources humaines, les plans de recrutement nécessaires.
  3. Évaluer les performances et le potentiel du personnel et déterminer les besoins en formation.
  4. Mettre en place, avec l’aide du département des ressources humaines, des mécanismes de gestion des talents, pour constituer un pool de talents pour le Département en vue de la continuité des activités.
  5. Prévoir une délégation efficace des responsabilités, en donnant au personnel les moyens d’agir à tous les niveaux.

 

  1. Relations avec les parties prenantes
  1. Assurer une collaboration efficace avec les autres départements du Complexe.
  2. Travailler en étroite collaboration avec les départements opérationnels pour assurer la pertinence des connaissances et des travaux de recherche par rapport aux opérations et aux projets de la Banque.
  3. Promouvoir et entretenir des relations avec les institutions chargées des politiques de recherche et de développement économiques, en particulier celles axées sur l’Afrique.
  4. Agir en qualité d’Économiste en chef/Vice-président par intérim du Complexe de recherche économique, de dialogue sur les politiques et de gestion des connaissances, le cas échéant.
  5. S’acquitter d’autres tâches qui lui seraient confiées par l’Économiste en chef/Vice-président.

COMPÉTENCES (qualifications, expérience, connaissances) 

  1. Être titulaire d’au moins un Doctorat (Ph. D.) d’une université réputée en économie ou dans toute autre discipline pertinente.
  2. Justifier d’au moins dix (10) à quinze (15) années d’expérience pertinente, dont au moins cinq (5) années à des postes de direction. (Avoir précédemment travaillé dans des agences de développement multilatérales, bilatérales ou régionales constitue un atout).
  3. Être parfaitement au fait des débats contemporains en matière de politique économique, au sens large, tant en Afrique qu’ailleurs, sur la base de la théorie économique orthodoxe et hétérodoxe (avoir des contacts dans le milieu universitaire avec d’autres chercheurs spécialistes des sciences sociales s’intéressant aux questions de développement constitue un avantage concurrentiel).
  4. Posséder de solides compétences en recherche macroéconomique et microéconomique et justifier de publications dans des revues à comité de lecture réputées et spécialisées dans le domaine concerné ou dans un domaine connexe.
  5. Afficher une solide feuille de route en matière de conceptualisation, de mise en œuvre et de gestion de la recherche macroéconomique ou microéconomique axée sur les politiques, notamment en assurant la qualité des résultats de la recherche de haut niveau ainsi que l’exploitation, la diffusion et la vulgarisation des connaissances.
  6. Faire preuve d’une connaissance approfondie du rôle des autres institutions de financement du développement dans la facilitation du partage des connaissances sur les réformes économiques et dans la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement.
  7. Faire preuve de solides compétences techniques et quantitatives, plus particulièrement en ce qui concerne l’utilisation de méthodes statistiques et économétriques dans l’analyse des questions de développement économique et dans les domaines connexes.
  8. Démontrer de solides compétences en matière de planification et d’organisation, y compris une capacité avérée à penser de manière stratégique et à appréhender une situation dans sa globalité tout en ayant le souci du détail, des compétences en matière de négociation et de constitution d’équipes, ainsi qu’une capacité avérée à influencer les autres et à présenter des idées.
  9. Être capable d’établir des liens avec les parties prenantes à tous les niveaux, de comprendre leurs intérêts et d’exercer de l’influence sur elles.
  10. Pouvoir gérer les demandes de haut niveau d’une organisation complexe, ce qui inclut la capacité à travailler sous pression et à respecter des délais serrés.
  11. Avoir d’excellentes compétences de communication orale et écrite en français comme en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
  12. Savoir utiliser les applications courantes de la suite Office (Word, Excel, Access, PowerPoint) ; la maîtrise de SAP est hautement souhaitable.

 

Seuls les candidats qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenus pour les entretiens seront contactés. Les candidats devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances et les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucune contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité pour des publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, pour l’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 

 

2022-05-06 14:48:13
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

AVIS DE VACANCE DE POSTE RÉF. ADB/22/808

TITRE DU POSTE :

 

DIRECTEUR/DIRECTRICE, CENTRE AFRICAIN DES RESSOURCES NATURELLES

COMPLEXE :

 

CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP) 

DÉPARTEMENT :

 

CENTRE AFRICAIN DE GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ET D’INVESTISSEMENT (ECNR) 

GRADE 

 

EL5

SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :

 

CHEF ÉCONOMISTE ET VICE-PRÉSIDENT, RECHERCHE ÉCONOMIQUE, DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP) 

LIEU D’AFFECTATION :

 

ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE

INFORMATIONS SUR LE POSTE :

 

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. 

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à: HR Direct HRDirect@AFDB.ORG

SAP N°:

 

50092397

DATE DE CLÔTURE :

 

05 JUIN 2022 (à 23h59 GMT)

 

Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/poste-vacant/directeur/directrice-centre-africain-des-ressources-naturelles-51385

 

 

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire nettement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir ; l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa Stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre de ces solutions figurent : i) les recherches concernant les principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur lien avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et inter-régionaux.

 

LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE :

Le Centre africain de gestion des ressources naturelles et d’investissement (ECNR) est un département interdisciplinaire de la Banque africaine de développement, qui mène principalement des activités hors prêt. Il a pour mandat d’aider les pays africains à tirer le meilleur parti de l’ensemble de leurs ressources naturelles renouvelables (eau, forêts, terres et pêche) et non renouvelables (pétrole, gaz et minéraux). Pour ce faire, le Centre fournit des connaissances et une expertise pratiques, des services consultatifs, une assistance technique et des services de plaidoyer pour une gestion améliorée et transparente des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables des pays membres régionaux (PMR) du Groupe de la Banque.

Le Centre est également le point focal des activités de collaboration du Groupe de la Banque avec les gouvernements africains, les institutions régionales, le secteur privé, les organisations de la société civile (OSC) et les partenaires de développement en ce qui concerne le secteur des ressources naturelles.

Le Centre fournit aux pays africains des produits, des outils et des services pratiques et axés sur les solutions, afin de renforcer leur capacité à réaliser une croissance inclusive et durable grâce à une gestion efficace des richesses en ressources naturelles et à des investissements dans ces ressources, en proposant des solutions pratiques concernant les décisions stratégiques, législatives et d’investissement à prendre dans ce secteur. À cet égard, le Centre agit également comme un conseiller de confiance dans le dialogue entre les gouvernements africains et les investisseurs privés en fournissant des conseils stratégiques aux négociateurs pour s’assurer que les intérêts des PMR sont pris en compte de manière prioritaire dans les accords d’investissement.

Au sein de la Banque, le Centre s’emploie à assurer la cohésion des stratégies de la Banque dans les secteurs des ressources naturelles en proposant une perspective unique à travers laquelle l’institution aborde la gouvernance des ressources naturelles.

LE POSTE :

Le Groupe de la Banque africaine de développement est en pleine phase d’ajustement stratégique et structurel et s’oriente vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans cette perspective, le Complexe ECVP est chargé de repositionner le Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique, capable de travailler efficacement en synergie. Un élément important de ce repositionnement consistera à accroître sa visibilité auprès du public et son impact sur les politiques, en s’appuyant sur une compréhension critique de l’économie dans tous les aspects du travail du Groupe de la Banque, y compris dans ses engagements avec les pays membres régionaux, ainsi que dans ses engagements externes avec les décideurs, les leaders d’opinion et les autres parties prenantes.

Le Directeur/la Directrice de l’ECNR contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, la conception, la mise en œuvre et l’assurance qualité de tous les travaux stratégiques du Groupe de la Banque dans le domaine de la gestion des ressources naturelles et des investissements. Plus précisément, le Directeur/la Directrice de l’ECNR pilotera la mise en œuvre de la stratégie et du programme de travail du Groupe de la Banque en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement, après leur approbation par le Conseil d’administration du Groupe de la Banque, conformément à la Stratégie décennale de la Banque et à ses Cinq grandes priorités (High 5), et en particulier au plan d’activité triennal visant à renforcer les capacités des pays membres régionaux en matière de gestion des ressources renouvelables et non renouvelables afin d’améliorer les résultats en matière de développement.

Le/la candidat(e) retenu(e) fera partie de la haute direction du Complexe et de la Banque. Il/elle jouera un rôle clé dans la promotion du travail de l’institution auprès du public et mènera des activités de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.

Sous la direction générale du Vice-président, le/la titulaire du poste est appelé(e) à :

 

1. Aider à mettre en place une vision, des prestations et un leadership stratégiques en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement au sein du Groupe de la Banque, et s’inspirer d’analyses et de directives pertinentes pour orienter et définir ses activités.

 

2. Améliorer et développer le profil de connaissance externe du Groupe de la Banque, son influence et son impact sur la gestion des ressources naturelles. Pour ce faire, il aura à présenter de manière crédible et convaincante l’ambition stratégique de l’institution à des publics clés :  PMR, décideurs politiques, leaders d’opinion, médias et autres parties prenantes.

 

3. Constituer, diriger, gérer et encadrer un groupe de professionnels de premier ordre afin de renforcer les capacités du Groupe de la Banque en matière de dialogue sur les politiques nationales et régionales de gestion des ressources naturelles et d’investissement.

PRINCIPALES FONCTIONS :

Sous la supervision et l’orientation du Chef économiste et Vice-président chargé de la recherche économique, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice assumera les fonctions suivantes :

  •      Stratégie et leadership en matière de connaissances
  1. Superviser la mise en œuvre de la vision globale et de la stratégie du Groupe de la Banque pour aider les PMR à mieux gérer et exploiter leurs ressources naturelles afin d’améliorer la qualité de vie des générations actuelles et futures.
  2. Veiller à ce que la meilleure expertise disponible en Afrique et dans le monde dans le domaine de la gestion des ressources naturelles et de l’investissement soit mise à profit pour fournir des politiques adaptées à chaque pays ou groupe de pays clients.
  3. Conseiller les PMR du Groupe de la Banque sur la conception de législations, de politiques, de normes et de directives connexes souhaitables sur le plan social en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement ( notamment en ce qui concerne la coopération et les accords, les directives environnementales, les normes d’inventaire, la législation et la réglementation, les données sur les espèces et les écosystèmes et la sécurité de l’information, le transfert d’autorité, la négociation et la mise en œuvre des contrats, etc.).
  •       Validation et exécution du programme de travail
  1. Examiner et valider les objectifs et le programme de travail du département, en veillant à l’alignement des activités sur les priorités stratégiques du département, du complexe et de la Banque.
  2. Suivre leur exécution et fournir les conseils nécessaires aux équipes.
  3. Examiner et valider le budget et sa mise en œuvre effective.
  4. Rendre compte de l’exécution du programme de travail et proposer des solutions de rechange et des mesures correctives le cas échéant.
  5. Contribuer activement à la conception et au suivi des indicateurs clés de performance du département.
  •       Supervision technique des activités du département
  1. Fournir une orientation stratégique à la Banque par l'intermédiaire du Vice-président pour les stratégies de l’Institution relatives aux ressources naturelles.
  2. Coordonner la gouvernance des ressources naturelles régionales grâce à la connaissance des programmes.
  3. Collaborer avec les directeurs généraux pour accroître et satisfaire la demande de politiques et de projets dans le domaine des ressources naturelles.
  4. Conseiller le Vice-président sur les questions stratégiques et opérationnelles du Centre, en identifiant les domaines d’appui aux pays membres régionaux et aux bureaux régionaux.
  5. Prêter appui aux directeurs généraux en leur apportant l’expertise et l’assistance technique et en renforçant la diffusion de connaissances sur les secteurs des ressources naturelles au niveau des pays.
  6. Superviser la réduction des déficits de connaissances et de compétences dans les secteurs pertinents des ressources naturelles en vue de la réalisation High 5, en jouant un rôle de premier plan dans les initiatives de développement des connaissances prises en interne et en externe.
  7. Diriger les plans de travail pour l’élaboration d’outils stratégiques axés sur les solutions, en veillant à ce que les produits répondent efficacement aux besoins en matière de politiques de développement des ressources naturelles, aux besoins juridiques et aux besoins liés au développement institutionnel.
  •       Gestion des personnes
  1. Veiller à ce que le département soit doté des compétences appropriées à tout moment pour la réalisation efficace des objectifs définis dans le programme de travail.
  2. Examiner et valider les besoins en personnel et élaborer en collaboration avec le département des ressources humaines les plans de recrutement nécessaires.
  3. Évaluer les performances, le potentiel du personnel et déterminer les besoins en formation.
  4. Mettre en place, avec l’aide du département des ressources humaines, des mécanismes de gestion des talents, pour constituer une réserve de talents pour le département en vue de la continuité des activités.
  5. Prévoir une délégation efficace des responsabilités, en donnant au personnel les moyens d’agir à tous les niveaux.
  •       Relations avec les parties prenantes
  1. Se doter de ressources humaines et financières suffisantes pour exécuter le mandat du département, en tirant parti des ressources internes et en nouant des partenariats externes.
  2. Représenter la Banque dans les plateformes de discussions pertinentes, en présentant clairement la proposition de valeur du Centre et en améliorant l’image de marque la Banque.
  3. Assumer les fonctions de Chef économiste/Vice-président par intérim chargé de la recherche économique, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le cas échéant.
  4. S’acquitter de toute autre tâche qui pourrait lui être confiée par le Vice-président.

COMPÉTENCES (Qualifications, expérience et connaissances)

 

  1. Être titulaire d’au moins un Master en gestion des ressources naturelles, économie des ressources, politique des ressources naturelles ou dans des disciplines connexes. Un doctorat (Ph.D.) serait un atout considérable.
  2. Justifier d’un minimum de dix (10) années d’expérience professionnelle pertinente et progressive dans les domaines de la gestion des ressources naturelles et des réformes stratégiques, dont au moins cinq (5) années dans des fonctions de direction. (Une expérience antérieure dans des organismes de développement multilatéraux, bilatéraux ou régionaux serait un plus).
  3. Avoir une excellente compréhension des débats contemporains sur la formulation et la mise en œuvre des politiques de gestion des ressources renouvelables et non renouvelables, au sens large, en Afrique et ailleurs, sur la base de théories économiques conventionnelles et non conventionnelles.
  4. Disposer d’une bonne connaissance du rôle des autres institutions de financement du développement pour faciliter la gestion prudente des dotations en ressources naturelles en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement.
  5. Posséder de solides compétences techniques, notamment en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement, et être en mesure de réfléchir de manière stratégique et de concevoir des plans et des programmes à long terme en harmonie avec les priorités stratégiques.
  6. Manifester de solides aptitudes en matière d’influence stratégique et une capacité avérée à présenter et à rallier ses interlocuteurs aux idées que l’on défend, et avoir démontré sa capacité à porter un jugement sain et équilibré, même dans des situations de stress.
  7. Posséder d’excellentes compétences en communication orale et écrite en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.
  8. Maîtriser l’utilisation des applications standard de la Suite Office. La connaissance de SAP est hautement souhaitable.

 

Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une entrevue seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé.  La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org

Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 

 

2022-05-06 14:43:01
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

AVIS DE VACANCE DE POSTE RÉF. ADB/22/806

TITRE DU POSTE :

 

DIRECTEUR/DIRECTRICE DU DÉPARTEMENT DES STATISTIQUES

COMPLEXE :

 

CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)

DÉPARTEMENT :

 

STATISTIQUES (ECST)

GRADE 

 

EL5

SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :

 

CHEF ÉCONOMISTE ET VICE-PRÉSIDENT, RECHERCHE ÉCONOMIQUE, DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)

LIEU D’AFFECTATION :

 

ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE

INFORMATIONS SUR LE POSTE :

 

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à: HR Direct HRDirect@AFDB.ORG 

SAP N° :

 

50092395

DATE DE CLÔTURE :

 

05 JUIN 2022 (à 23h59 GMT)

Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/poste-vacant/directeur/directrice-du-departement-des-statistiques-51387

 

 

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire nettement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines, dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agroindustrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa Stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre de ces solutions figurent : i) les recherches concernant les principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur lien avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et inter-régionaux.

LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE :

De manière générale, le Département des statistiques (ECST) assume les principales fonctions suivantes :

  1. La collecte, le traitement et la diffusion d’informations statistiques obtenues de sources nationales et internationales, en particulier dans les domaines de la stratégie institutionnelle de la Banque et des priorités opérationnelles des High 5 à travers l’Afrique ;
  2. La normalisation des méthodes statistiques, des classifications et des définitions utilisées par les agences nationales afin de tirer parti de l’utilisation de méthodologies et d’approches communes convenues au niveau international et de réaliser ainsi des économies d’échelle ;
  3. La coordination des programmes et activités statistiques internationaux, continentaux et sous-régionaux avec d’autres partenaires de développement ;
  4. La coopération technique et le renforcement des capacités des services statistiques dans les PMR de la Banque, à leur demande ; et
  5. L’appui aux besoins internes du Groupe de la Banque en matière de données par la collecte et la diffusion d’informations statistiques pour les activités statistiques, notamment en ce qui concerne la mesure des résultats, la recherche, les politiques et les travaux financiers, entre autres.

LE POSTE :

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement est en pleine phase d’ajustement stratégique et structurel et s’oriente vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans cette perspective, le Complexe ECVP est chargé de repositionner le Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique, capable de travailler efficacement en synergie. Un élément important de ce repositionnement consistera à accroître sa visibilité auprès du public et son impact sur les politiques, en s’appuyant sur une compréhension critique de l’économie dans tous les aspects du travail du Groupe de la Banque, y compris dans ses engagements avec les pays membres régionaux, ainsi que dans ses engagements externes avec les décideurs, les leaders d’opinion et les autres parties prenantes.

Le Directeur/la Directrice du Département des statistiques (ECST) contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, la conception, la mise en œuvre et l’assurance qualité de toutes les statistiques du Groupe de la Banque. Plus spécifiquement, le Directeur/la Directrice d’ECST dirigera l’équipe des statistiques de la Banque afin de soutenir la mise en œuvre efficace des différentes fonctions susmentionnées.

Le/la candidat(e) retenu(e) fera partie de la haute direction du Complexe et de la Banque. Il/elle jouera un rôle clé dans la promotion du travail de connaissances de l’institution auprès du public et mènera des activités de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.

PRINCIPALES FONCTIONS :

 

Sous la supervision et l’orientation du Chef économiste et Vice-président chargé de la recherche, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice remplira les fonctions suivantes :

 

  1. Planifier, organiser, gérer et superviser les activités du département :
  1. Diriger le département, notamment en fixant des objectifs, en recrutant du personnel de haut niveau et en assurant le leadership nécessaire pour offrir des produits statistiques de haute qualité ;
  2. Assurer un leadership intellectuel et stratégique dans le développement des statistiques comme un processus continu dans les PMR ;
  3. Gérer les ressources humaines et financières du département ;
  4. Nouer des partenariats avec les parties prenantes internes et externes et s’engager aux plus hauts niveaux pour coordonner les activités statistiques de la Banque afin de permettre une évaluation et un suivi cohérents des objectifs stratégiques de la Banque. 
  5. Fournir des services efficaces et de haute qualité pour atteindre les objectifs fixés. 
  6. Développer et étoffer de manière significative le programme de la Banque en matière de statistiques.
  7. Initier et introduire les changements nécessaires pour que les activités du département répondent aux besoins actuels et nouveaux en matière de données.

 

  1. Planifier, gérer et recommander des approches actualisées de collecte, de traitement, de diffusion et d’utilisation des données afin d’éclairer la recherche appliquée sur les enjeux du développement de l’Afrique par le Groupe de la Banque et ses parties prenantes. Cela implique notamment les tâches suivantes :

 

  1. Promouvoir la cohérence méthodologique par l’harmonisation des statistiques et l’utilisation de métadonnées actualisées pour faciliter la comparaison entre pays des principaux agrégats, en collaboration avec d’autres partenaires de développement et en liaison avec les départements des opérations de la Banque.
  2. Mettre à disposition et promouvoir les outils de diffusion des données nécessaires dans tous les PMR et assurer leur maintien en vue de permettre le partage en temps réel des données sur le développement afin de fournir des informations sur les objectifs de développement durable (ODD),(Agenda 2030), l’Agenda 2063, les High 5 et une série d’autres initiatives nationales de développement dans les pays.
  3. Établir et entretenir des relations avec d’autres partenaires de développement engagés dans la production de données afin d’éclairer la prise de décision en temps utile.
  4. Représenter la Banque lors de conférences, séminaires , et ateliers internationaux et régionaux 

 

  1. Validation et exécution du programme de travail

 

  1. Examiner et valider les objectifs et le programme de travail du département, en veillant à l’alignement des activités sur les priorités stratégiques du département, du complexe et de la Banque.
  2. Examiner et valider le budget et sa mise en œuvre effective. Rendre compte de l’exécution du programme de travail et proposer des solutions de rechange et des mesures correctives le cas échéant.
  3. Contribuer activement à la conception et au suivi des indicateurs clés de performance du Département.

 

  1. Supervision technique des activités du département

 

  1. Travailler en étroite collaboration avec les départements régionaux et sectoriels de la Banque pour évaluer les besoins prioritaires en matière de données statistiques afin de soutenir les opérations de la Banque et l’analyse des besoins de développement des pays membres.
  2. Gérer les ressources de la Banque consacrées à la collecte et à la gestion des données statistiques pour améliorer l’efficacité opérationnelle et institutionnelle dans la réalisation des objectifs de développement, tout en supervisant l’exécution du budget administratif du département.
  3. Fournir à la Banque et à ses clients une assistance technique, des services consultatifs et des formations afin de renforcer les capacités des bureaux nationaux de statistiques en matière de collecte et de gestion des données pour une prise de décision éclairée dans les PMR.
  4. Collaborer avec l’Institut africain de développement (ECAD) pour concevoir et mettre en œuvre des indicateurs de prestation de services publics dans les PMR.
  5. Travailler avec les Départements, politique macroéconomique, prévisions et recherche (ECMR) et des économies pays (ECCE) sur la production des rapports sur les perspectives économiques en Afrique et les perspectives économiques régionales.
  6. Travailler en collaboration avec le Département de la mobilisation des ressources et des partenariats (FIRM) afin d’identifier et de mobiliser les ressources pour soutenir la mise en œuvre du programme de travail au sein du département ainsi que des sources de financement pour la formation.
  7. Superviser la préparation de notes de synthèse mensuelles sur les statistiques des pays et régions d’Afrique à l’intention de la haute Direction de la Banque, afin d’éclairer les travaux de la Banque en matière de connaissances, d’assistance technique et de dialogue sur les politiques dans les pays membres régionaux.
  8. Publier régulièrement d’autres mises à jour de données, notamment l’Annuaire statistique et le livre de poche des statistiques de l’Afrique, ainsi que des livres et des rapports sur les statistiques et les méthodes statistiques.
  9. Travailler avec les bureaux nationaux de statistiques pour valider et diffuser les données pertinentes dans les ministères concernés pour une prise de décision éclairée dans les pays africains.
  10. S’acquitter de toute autre tâche qui pourrait lui être confiée par le Chef économiste et Vice-président chargé la recherche, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances.

 

  1. Gestion des personnes et des talents

 

  1. Veiller à ce que le département soit stratégiquement doté en personnel pour une mise en œuvre efficace des capacités stratégiques du Groupe de la Banque, telles que définies dans les programmes de travail annuels du département.
  2. Constituer, motiver, encadrer et maintenir une équipe efficace.
  3. Mettre en place, avec l’aide du Département des ressources humaines, des mécanismes de gestion des talents, pour constituer un pool de talents pour le département en vue de maintenir une prestation de services efficace et d’assurer la continuité des activités.
  4. Constituer et maintenir un réseau d’experts et d’institutions pour soutenir les processus de collecte et de gestion des données de la Banque.
  5. Superviser l’élaboration et la mise en œuvre de protocoles pour la collaboration interdépartementale à l’échelle de la Banque en matière de collecte, de gestion et d’utilisation des données en Afrique.

 

COMPÉTENCES (Qualifications, expérience et connaissances)

  1. Être titulaire au minimum d’un Master en statistiques, mathématiques, économie ou dans une autre discipline pertinente. Un doctorat (PhD) serait un atout important.
  2. Justifier d’au moins dix (10) années d’expérience approfondie et progressive dans le domaine des statistiques et/ou de la gestion des données dans une organisation similaire, dont cinq (5) années à un niveau de direction.
  3. Posséder des connaissances et une expérience avérées dans la mise au point et la gestion de techniques de mégadonnées dans des contextes de développement et disposer d’une expérience dans la transformation d’agences et de bureaux de statistiques en Afrique ou ailleurs.
  4. Faire preuve d’une capacité avérée à constituer et à gérer des équipes internationales d’experts aux horizons culturels et disciplinaires divers.
  5. Avoir une connaissance approfondie des questions économiques et de développement en Afrique ; avoir un état d’esprit axé sur la réflexion stratégique et une forte capacité à analyser les situations du point de vue des parties prenantes et à traduire la réflexion stratégique en actions concrètes.
  6. Avoir la capacité de nouer et de gérer des partenariats stratégiques avec un état d’esprit axé sur les résultats.
  7. Posséder une forte capacité à traduire les défis de développement en possibilités d’exploitation des connaissances avec une solide connaissance de l’andragogie.
  8. Posséder de solides compétences en matière d’analyse, avoir le sens de la négociation et des aptitudes élevées en matière de suivi et d’évaluation.
  9. Faire preuve d’un haut degré de diplomatie, de discrétion et de tact, et d’une capacité avérée à travailler dans un contexte d’incertitude.
  10. Avoir une expérience étendue et approfondie des questions de statistiques et/ou de développement économique en Afrique.
  11. Posséder de solides compétences analytiques et empiriques pour interpréter les données et éclairer la prise de décision ou l’élaboration des politiques.
  12. Être familiarisé avec le rôle des autres institutions de financement du développement pour répondre aux besoins en données concernant les ODD et les High 5 dans toute l’Afrique.
  13. Avoir une capacité à réfléchir de façon stratégique et à concevoir des plans et des programmes à long terme en harmonie avec les priorités stratégiques.
  14. Avoir de solides compétences en matière de leadership et être capable d’attirer, de motiver et de fidéliser du personnel professionnel de grande qualité.
  15. Avoir une capacité avérée à prendre des risques opérationnels de manière prudente, à concevoir des approches innovantes et à prendre des décisions efficaces et avisées en temps utile.
  16. Faire montre d’excellentes capacités à présenter et à faire accepter ses idées, avoir de bonnes qualités d’écoute, faire preuve d’un engagement à l’égard de la diversité et être capable d’initier et de gérer le changement.
  17. Avoir la capacité de nouer des partenariats avec un large éventail de clients et d’obtenir des résultats qui répondent aux besoins et aux intérêts à long terme des clients au sein et à l’extérieur de la Banque..
  18. Posséder d’excellentes compétences en communication orale et écrite en français ou en anglais. Une bonne connaissance pratique de l’autre langue serait un atout.
  19. Maîtriser l’utilisation des applications standard de la Suite Office.

 

 

Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org.

 

Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 

1

2022-05-06 14:38:03
full-time
Fermer