Recrutement

Maroc : 900 recrutements chez Axa Services Maroc

Par  | 

Implantée à Rabat, la filiale relation client du groupe français veut développer ses activités et surtout combler les départs naturels. Elle emploie environ 2 500 salariés.

Le groupe d’assurance conduit un plan de recrutement de 800 à 900 personnes au Maroc destiné à sa filiale Axa Services Maroc à Rabat. Cette société de droit marocain assure les relations client des sociétés Axa France, Axa Direct France et Axa Assistance France, indique-t-on au siège parisien du groupe.

Compenser le turn-over

Les profils recherchés, selon Axa sont « principalement des jeunes disposant idéalement d’une première expérience de deux ans avec une formation académique allant de Bac+2 à Bac+5. 

Le plan de recrutement (téléopérateurs, encadrement, etc.) vise pour l’essentiel à compenser le turn-over naturel pour ce groupe qui emploie pour cette activité environ 2 600 personnes au Maroc. Un plan du même ordre de grandeur avait été conduit l’an dernier pour cette entreprise dirigée par Grégoire de La Taille, un diplômé en finance de l’université Paris-Dauphine.

Les profils recherchés, selon Axa sont « principalement des jeunes disposant idéalement d’une première expérience de deux ans avec une formation académique allant de Bac+2 à Bac+5. Tous les types de formation sont admis offrant ainsi des opportunités très importantes aux candidats. »

Axa services Maroc dispose de deux implantations dans la capitale marocaine : l’une dans la zone franche de Technopolis qui accueille la majorité des effectifs et l’autre dans le quartier Agdal en centre-ville.

>> LIRE AUSSI : Maroc : les 3 secteurs qui ont créé le plus d’emplois début 2018

Créée en 2004, cette société s’intègre à part entière dans l’organisation de l’assureur pour le marché français. Le Maroc est même considéré comme une sixième région à côté des cinq autres divisions géographiques d’Axa France. À noter que Axa Services Maroc est la seule plate-forme de relation client pour la France en dehors de l’Hexagone. Comme tous les opérateurs au Maroc, elle subit une érosion naturelle de 15 à 25 % par an selon les entreprises.

Souvent mobiles, les salariés des centres de services ont, de fait, un choix large d’employeurs potentiels. 

Rétention des salariés

Souvent mobiles, les salariés des centres de services ont, de fait, un choix large d’employeurs potentiels. Pour les attirer, et les garder, Axa se targue de conduire « une politique sociale avancée avec des avantages uniques pour ses collaborateurs en matière d’évolution salariale, de formation initiale et continue, de politique parentale et de protection sociale. »

Souvent regroupé sous un même terme au Maroc, le secteur de l’offshoring est constitué de différents segments : CRM (relation client), BPO (processus métiers), ITO (technologies de l’information) qui n’ont pas grand choses à voir les uns avec les autres.

>> LIRE AUSSI : Maroc : les 3 secteurs qui ont créé le plus d’emplois début 2018

L’offshoring emploie autour de 65 000 salariés au Maroc pour l’essentiel à Rabat et Casablanca.

Pour rappel, pour ses activités d’assurance, le groupe français dispose d’une filiale Axa Maroc, sa plus importante en Afrique, qui est titulaire d’une licence globale d’assureur et opère dans de nombreuses spécialités (auto, dommages, santé, prévoyance, épargne…). Une activité née pour l’essentiel du rachat progressif à partir de 1999 des sociétés d’assurance du groupe royal ONA (devenu SNI puis Al-mada).

Offshoring

Au sens large, l’offshoring emploie autour de 65 000 salariés au Maroc pour l’essentiel à Rabat et Casablanca, notamment sur la zone dédiée Casa Nearshore. Parmi les gros employeurs, on compte dans des domaines très différents, Dell, Webhelp, Phone Altran Capgemini, Atos mais aussi des outsourceurs marocains comme Intelcia ou Outsourcia. Certains centres de services sont implantés à El Jadida, Tanger (surtout des hispanophones), Oujda ou même Agadir.

L’offshoring au Maroc a connu une très forte croissance à partir du milieu de la décennie 2000 mais ces dernières années son dynamisme s’est tassé, avec tout de même une progression annuelle d’environ +6%, selon Youssef Chraibi, président de Fédération marocaine de l’outsourcing, cité par leseco.ma.

Au global, le secteur a généré en 2017 près 9 milliards de dirhams (810 millions d’euros) de recettes d’exportations pour le  Maroc, via des opérateurs multi-clients ou des filiales dédiées comme celle de Dell ou Axa Services Maroc.

>> LIRE AUSSI : PSA prépare ses managers avec l’ISCAE pour se développer au Maroc

Ambition continentale

Le groupe français affiche depuis deux ans sa volonté de s’étendre en Afrique. Il s’est par exemple associé en avril 2016 avec Chaucer, un membre du Lloyd’s londonien au sein de la structure Axa Specialty Risk, destiné aux entreprises et couvrant les risques politiques, le secteur de l’énergie et des infrastructures. Et est par ailleurs présents pour des activités « consumers » plus classiques dans des pays comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal face aux entreprises locales ou aux poids lourds marocain Saham repris cette année par le sud-africain Sanlam.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Royaume-Uni

| Institutions-ONG
L’Organisation des Nations Unies est à la recherche d’un(e) responsable expérimenté(e) et dynamique pour rejoindre le Bureau de l’informatique et des communications (OICT) en tant que Chef(fe), Spécialiste de l’information et de la Technologie (CITO). Le rôle du CITO est de faciliter le succès d’un Secrétariat des Nations Unies dynamique et décentralisé grâce à des technologies numériques de soutien. Le CITO est un poste de Sous-Secrétaire général. Le CITO définira la direction de la stratégie technologique et travaillera en étroite collaboration avec d’autres entités au sein du Secrétariat de l’ONU pour s’assurer qu’ils disposent des outils et du soutien nécessaire pour mener à bien leurs mandats respectifs. Siégeant au sein du Secrétariat des Nations Unies à New York, le Bureau de l’informatique et des communications se concentre sur l’amélioration stratégique de long terme dans l’ensemble du Secrétariat et de l’ONU, grâce aux applications d’entreprise ; aux nouvelles technologies et à l’innovation; à la gestion et au développement efficace de ses infrastructures globales ; au renforcement de la sécurité de l’information; au cadre de gestion de projet ; à la gouvernance technologique; et à la mise en place de politiques, d’architecture et de normes. Le(la) candidat(e) idéal(e) est un(e) chef(fe) de file en informatique et dans les affaires, qui possède une perspective globale et une expérience reconnue de la conduite de programme technologique dans un environnement complexe. Cette personne aura précédemment mené une transformation réussie et une amélioration continue de l’infrastructure technologique. Le rôle nécessite un(e) visionnaire et un(e) leader capable de travailler dans le cadre de l’ONU et d’établir un consensus autour des priorités technologiques afin de fournir des solutions efficaces. Les candidatures doivent inclure un curriculum vitae et doivent être envoyées par courrier électronique à dos-ousg@un.org avant le 18 décembre 2020. Les Nations Unies sont attachées à la diversité au sein de son personnel et encourage les candidatures de tous candidats qualifiés. Les femmes sont fortement encouragées à présenter leur candidature. Pour plus d’informations sur ce poste, visitez : http://www.un.org/sg/vacancies UN
2020-11-25 09:15:57
full-time
Sénégal

| Audit-Conseil

EVALUATION DU PROCESSUS ELECTORAL AU SENEGAL

I - MISSION DE L’EQUIPE D’EVALUATEURS Mission de l’équipe : Une équipe de 07 experts composée de: un chef de mission, un expert juridique, un expert spécialiste en base de données et en biométrie, un expert en opérations électorales, un démographe statisticien, et deux experts spécialistes dans les enquêtes de terrain. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable. II - PROFIL DES EVALUATEURS ☞ Un Expert Electoral Principal, Chef de Mission Rôle : Coordination de l’équipe et synthèse des rapports des autres experts. ☞ Un Expert en biométrie et en base de données : Rôle : Il assurera la revue technologique des systèmes (Enrôlement, Cartes, Biométrie, AFIS etc) et il élaborera le rapport sur la technologie électorale utilisée. ☞ Un Expert en opérations électorales Rôle : Il élabore le rapport sur les opérations préélectorales (les procédures mises en œuvre dans les Commissions administratives d’inscription, dans les Commissions de distribution des cartes d’électeur, la prise en charge du contentieux et la production des listes électorales définitives. ☞ Un Expert juridique Rôle : Il élaborera le rapport juridique relatif au code électoral incluant à la fois le cadre légal et le cadre réglementaire de l’organisation et de la conduite des processus d’inscription des électeurs au Sénégal. ☞ Un Expert démographe statisticien Rôle : Il participe à l’élaboration du rapport de synthèse en apportant les résultats des études sur les fichiers nationaux de la population et sur la comparaison entre différentes bases de données ☞ Deux enquêteurs sénégalais à cause de la nécessité de parler au moins une langue nationale pour les enquêtes de terrain III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après : LIEN : https://bit.ly/38W2kmF Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires pour 90 jours calendaires de mission. Les billets d’avion éventuels seront remboursés. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres pour chaque équipe doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com . Evaluateurs
2020-11-23 10:26:42
full-time
Sénégal

| Audit-Conseil

AUDIT DU FICHIER ELECTORAL DU SENEGAL

I – PROFIL des AUDITEURS : UNE EQUIPE composée de : - UN EXPERT LEGAL / Chef de Mission - TROIS (3) EXPERTS : BIOMETRIE DE FICHIER ELECTORAL, SPECIALISTE DE SYSTEMES D’INFORMATION et STATISTICIEN DEMOGRAPHE Informations sur les postes de l’Equipe : Un expert légal / Chef de mission pour une étude sur le cadre légal et une analyse comparative des standards internationaux. Il assure la coordination des experts de l’audit du fichier électoral. Trois experts pour l’audit du fichier électoral, dont 1 expert en biométrie électorale, 1 expert en systèmes d’information, et 1 expert statisticien démographe. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable Lieu d’affectation : Dakar, Sénégal II - MISSION Résultats attendus de la Mission : • Un rapport d’ensemble de la mission d'audit avec une note de synthèse est élaboré, maximum 90 jours après le commencement des travaux. • Un atelier de restitution du rapport d’audit est organisé en présence des différents acteurs du processus électoral, maximum 120 jours après le commencement des travaux. Objectifs spécifiques de l’Audit du Fichier Electoral :  faire la revue du cadre légal et réglementaire ;  faire la revue de la chaîne d'inscription des électeurs ;  procéder aux examens nécessaires du fichier électoral ;  examiner l'adéquation technologique ;  analyser l'adéquation des procédures et identification des ajustements à réaliser ;  analyser l'adéquation des ressources humaines et identifier les gaps de compétence et des besoins supplémentaires ;  examiner les anomalies constatées par les acteurs ;  proposer des mesures pour corriger les anomalies constatées. Le Comité de suivi de la commission politique est informé de toutes les étapes de l’audit du fichier électoral pour faire apporter au besoin les redressements nécessaires à la bonne marche de la mission. III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après  LIEN : https://bit.ly/3kJnC9k Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires de la mission. Les billets d’avion éventuels sont pris en charge. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com .
2020-11-20 13:18:55
full-time
Fermer

Je me connecte