Interview

Thierry Zomahoun : « Les jeunes africains veulent être à la fois scientifique et entrepreneur »

Par  | 

PDG du réseau d’Instituts africains des sciences mathématiques (AIMS), qui organise tous les deux ans le Next Einstein Forum, le béninois Thierry Zomahoun revient sur la vitrine du savoir panafricain que représente ce rendez-vous bisannuel et les projets qu'il a permis de mettre en place.

L’édition 2018 du Next Einstein Forum (NEF), rendez-vous bisannuel de la communauté scientifique panafricaine, s’est tenue à Kigali au Rwanda, du 26 au 28 mars. En marge de l’événement, organisé par le réseau d’Instituts africains des sciences mathématiques (AIMS), Thierry Zomahoun, son PDG, a accepté de revenir pour Jeune Afrique Emploi & Formation, sur sa vision de l’enseignement des sciences sur le continent et ce qui a été accompli depuis la première édition du forum en 2016.

JA : Deux ans après la première édition du NEF, quelles avancées constatez-vous en matière de collaboration entre les scientifiques, d’accès au savoir et de visibilité des jeunes chercheurs du continent ?

Thierry Zomahoun : Les résultats sont très encourageants. Nous avons tout d’abord été surpris de constater que le NEF est une plateforme qui manquait aux jeunes scientifiques africains. Certains ne se connaissaient pas du tout alors qu’ils travaillaient dans les mêmes champs d’expertise. Après la première édition à Dakar en 2016, nous avons vu se développer très rapidement une dynamique collaborative panafricaine de chercheurs qui ont commencé à collaborer. C’était ce que nous voulions.

Un autre enjeu était la promotion de la science. C’est pourquoi 54 ambassadeurs scientifiques ont été nommés au cours de la première édition. La plupart évoluent dans les sciences dures mais pas tous. Nous voulions qu’ils puissent porter le message de l’importance des sciences et de l’innovation pour la transformation du continent africain et nous sommes satisfait du résultat.

Nous avons été surpris de constater que le NEF est une plateforme qui manquait au jeunes scientifiques africains.

Nous avons également lancé la semaine africaine dont on ne pensait pas qu’elle aurait autant de succès. Il s’agissait de faire intervenir nos 54 ambassadeurs auprès d’enfants du primaire et du secondaire pour leur parler de sciences. Elle a eu lieu dans une quinzaine de pays entre les deux éditions du NEF. Elle est parvenue à susciter un vif intérêt chez les enfants, signe qu’il faut investir la base et démystifier la science.

>> LIRE AUSSI : Cinq choses à savoir sur la première édition de la Semaine africaine des sciences

En parlant des sciences dures, on voit en ce moment que la physique, la chimie ou encore les maths sont très mis en avant, dans un contexte où l’enseignement se rapproche des besoins des entreprises. Est-ce le signe de la mort des sciences sociales ?

Pas du tout. Comme le disait François Rabelais, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Nous disons la même chose dans ce forum. La science ne fera rien toute seule. Elle ne fera que ce que l’humain décide d’en faire. S’il décide d’en faire du bien, la science fera du bien, s’il décide le contraire, elle suivra.

Comme le disait François Rabelais, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Nous disons la même chose dans ce forum. La science ne fera rien toute seule.

Mais nous n’avons pas vu beaucoup de sociologues ni d’économistes durant ces trois jours…

Non, nous n’en avons pas beaucoup. Mais sur les panels, il n’y avait pas que des scientifiques. Nous avons vu des managers, des chefs d’entreprise et aussi des spécialistes de sciences humaines. Ils ne sont pas aussi nombreux que les scientifiques. Mais cette observation est un problème récurrent qui ne touche pas que l’Afrique. Pendant longtemps les sphères de disciplines étaient isolées les unes des autres. Prenez l’exemple des mathématiciens, ils ont très longtemps été dans leur coin, personne n’entendait parler d’eux, tout comme les laborantins ou les chefs d’entreprise. Tout le monde se regardait en chien de faïence. Aujourd’hui, même s’il y a encore quelques cloisonnement qui persistent, nous essayons de rapprocher les disciplines et de construire des passerelles. Et ce que l’on constate désormais, c’est que les jeunes physiciens du XXIème siècle ne sont plus comme ceux du XXème siècle.

Aucun des grands défis auxquels l’Afrique et le monde sont confrontés ne peuvent être résolus simplement en utilisant une seule discipline.

C’est à dire ?

Avant il y avait les professeurs de maths et de physique qui refusaient d’acheter un téléphone portable. Aujourd’hui, ces mêmes profils sont au contacts avec des activistes de la société civile, avec des entreprises. Ils sont très ouverts. Discutez avec tous les jeunes scientifiques que nous avons au sein du forum ou dans le réseau Aims, beaucoup disent vouloir devenir des scientifiques accomplis tout en étant chef d’entreprise parce qu’ils veulent se faire de l’argent. Ce n’est pas un discours qu’on entendait avec la génération des années 1960 et 1970, c’était même tabou.  Il y a donc un phénomène de construction de passerelles entre disciplines. Aucun des grands défis auxquels l’Afrique et le monde sont confrontés ne peuvent être résolus simplement en utilisant une seule discipline. Pour résoudre des problèmes sociaux nous avons besoins de physiciens, de mathématiciens, de sociologues et d’historiens.

C’est une dynamique qui prendra du temps. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons décidé pour l’édition de 2020 à Nairobi, d’attirer de grands philosophes, en plus des médailles Fields et des Nobel de physique ou de chimie. Après tout, nous voulons inspirer les jeunes.

>> LIRE AUSSI : Rwanda : une OPA sur les mathématiques africaines

Comment garantir l’égalité d’accès à l’enseignement scientifique sur le continent ?

Par la construction d’écosystèmes de savoir. Dans ce genre d’écosystème, vous trouvez des universités, des pôles de recherche et développement, des pôles d’apprentissage, pôles de formation certifiantes, vous avez des investisseurs publics et privés… En fait c’est un village du savoir que les États doivent systématiquement mettre en place. Et je crois qu’ils l’ont compris : au Sénégal, vous avez la Cité du savoir, l’Innovation City ici à Kigali, vous avez la Silicon Savannah à Nairobi ou encore Sèmè City au Bénin. C’est en créant ces écosystèmes que les États africains pourront dénicher les talents scientifiques, parce que le talent ne dépend pas de l’université…

Nous allons lancer le premier master en machine learning.

Mais pour intégrer ces écosystèmes encore faut-il être informé de leur existence…

La question est de savoir comment repérer, canaliser, drainer et développer la dynamique des jeunes qui créent des choses utiles à leur communauté mais dans leur coin. Certains sont perdus dans leur village, dans leur ville, leur quartier. Or les laisser livrés à eux mêmes, c’est étouffer leur génie. La meilleure manière de développer un mouvement c’est, au niveau national, de faire comprendre à ces jeunes que quelque part dans leur pays, il y a un endroit où ils peuvent se rendre pour développer leurs idées. Dans cet écosystème, ceux qui n’ont pas de diplôme mais du génie ont l’espace pour créer expérimenter, développer et accéder aux financements.

Concernant le développement du réseau Aims, quelles sont vos perspectives pour cette année et à plus long terme ?

Nous allons lancer le premier centre de recherche en sciences et technologies quantiques sur le continent, ici au Rwanda. Nous allons lancer aussi le premier master en machine learning et nous voulons une plus grande collaboration entre Aims et les agents d’implémentation de l’Union Africaine.

Pas d’ouverture de nouveaux établissements ?

Cela fait partie de la stratégie à long termes. Mais pour le moment nous préférons développer la qualité de la formation, la qualité de la recherche et capitaliser sur les établissements existants.

>> LIRE AUSSI : Thierry Zomahoun : « Il faut revaloriser la fonction des enseignants de sciences en Afrique »

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Niger

AVIS DE RECRUTEMENT INTERNE ET EXTERNE MCA-NIGER Millennium Challenge Account-Niger (MCA-Niger) Recrute à Niamey (Niger) Un (e) Directeur (rice) de Suivi Evaluation et Analyse Economique Présentation de MCA- Niger L’État du Niger a conclu avec le Millennium Challenge Corporation (MCC), une institution américaine d’aide bilatérale au développement, un accord de don d’une enveloppe de plus de 437 millions de dollars pour la réalisation du Programme Compact qui comporte deux projets majeurs :
  • Le projet Irrigation et Accès aux Marchés, dont l’objectif est d’augmenter les revenus d’origine rurale, en assurant un accès suffisant aux divers secteurs et marchés existants.
  • Le Projet de Communautés Résilientes au Changement Climatique qui vise à augmenter les revenus des familles dépendant de l’agriculture et de l’élevage à petite échelle dans les régions rurales du Niger.
Pour la mise en œuvre du Compact, le Gouvernement nigérien et le MCC ont mis en place une entité autonome dénommée, le Millennium Challenge Account (MCA-Niger) dont la mission est de conduire les projets dans les délais impartis. Ainsi, le MCA-Niger recherche un (e) Un (e) Directeur (rice) de Suivi Evaluation et Analyse Economique basé(e) à Niamey. Titre du poste : Directeur (rice) de Suivi Evaluation et Analyse Economique Pays et lieu de travail : Niamey/Niger Date de début : immédiatement disponible Durée de la mission : Treize (13) mois et vingt–six (26) jours Salaire : un salaire compétitif avec un paquet d’avantages RESPONSABILITE CLEES : Sous la Direction Générale, le titulaire du poste aura à :
  • Etre responsable de la stratégie de Suivi et d’Evaluation et la mise en œuvre, qui est documentée et mise à jour dans le Plan de Suivi-Evaluation
  • Élaborer et mettre en œuvre efficacement le Plan de S&E du MCA-Niger :
  • Développer le système et la stratégie de S&E-EA, y compris l'identification des sources de données, les besoins originaux de collecte de données et les mécanismes de rapport et d'analyse.
  • Assurer une consultation appropriée avec les principales parties prenantes sur leur rôle dans le soutien du plan de S&E et sur toute modification apportée au Plan.
  • Identifier les lacunes et proposer des corrections à mi-parcours afin de s'assurer que le Plan de S&E couvre adéquatement les projets et activités soutenus.
  • Coordonner la mise à jour ou le développement des cadres logiques du programme (y compris les énoncés de problèmes, les extrants, les résultats, les objectifs et les hypothèses et risques sous-jacents) pour les projets et activités soutenus tels qu'ils sont définis plus en détail.
  • S'assurer que le Plan de S&E est modifié et mis à jour de manière coordonnée avec le responsable du S&E et l'économiste principal de la MCC au fur et à mesure que les informations deviennent disponibles (ex : mise à jour des indicateurs, des références et des cibles dès la réception d'informations provenant d'études techniques ou de meilleures informations statistiques sur le revenu et/ou la pauvreté).
  •  Développer et exécuter des plans de travail de S&E annuels et mensuels pour toutes les activités de S&E, en détaillant clairement les rôles/responsabilités, les délais et les budgets pour chaque activité.
  • Élaborer et gérer des budgets annuels et trimestriels pour les activités de S&E.
  • Gérer les contrats des consultants locaux et internationaux pour les services de S&E et vérifier la qualité et la quantité de tous les livrables.
  • Collaborer avec le directeur des passations de marchés pour préparer et mener les passations nécessaires de S&E (y compris la mise à jour du plan de passation des marchés en consultation avec le MCC), y compris, par exemple, les entreprises de collecte de données, les examens de qualité des données et d'autres consultants.§  Rédiger les termes de référence et conduire les évaluations techniques des propositions
  • Documenter correctement et sécuriser le stockage des livrables du contrat.
  • Assurer une collaboration et une communication étroites entre l'unité de S&E/AE, les entités de mise en œuvre et les autres directions de l'entité responsable.
  • S'assurer que le suivi et l'évaluation sont participatifs et impliquent les principaux acteurs et bénéficiaires des projets IMAP et CRC.
  •  Fournir des conseils de S&E/AE aux homologues (par exemple, les directeurs de projet, l'équipe Genre, les points focaux de S&E au sein des entités de mise en œuvre, les ministères concernés et les entrepreneurs du projet) tout au long du processus de mise en œuvre du Compact, et assurer la conformité avec le Plan de S&E.
  • Examiner régulièrement les données de S&E avec les décideurs pour s'assurer que l'ensemble du programme atteint ses objectifs et que des mesures correctives sont prises si des changements sont justifiés.
  • Alerter les équipes de projet de tout problème identifié grâce aux données de suivi collectées et soutenir, dans la mesure du possible, l'identification de solutions potentielles.
  •   Assurer la qualité technique des données trimestrielles du tableau de suivi des indicateurs (ITT), y compris l'exactitude, la fiabilité et l'actualité :
  • Développer et conseiller sur le processus de collecte et de communication des données de suivi avec les preuves matérielles correspondantes de toutes les entités de mise en œuvre.
  • Faire des recommandations, superviser l'exécution des améliorations au système existant
  • Participer au suivi des activités du Compact par le biais de visites de sites, d'examens de rapports et d'examens de données secondaires.
  • Répondre aux demandes d'informations du MCC sur les sources de données, les méthodes de mesure des données, la fréquence de collecte des données et la désagrégation.
  •   Centraliser, consolider, traiter, partager et archiver les données de S&E.
  •    Fournir des commentaires liés au S&E sur tous les autres documents techniques du Compact (par exemple, les plans de travail, les termes de référence et les accords d'entité de mise en œuvre. Développer, gérer ou contribuer, le cas échéant, aux rapports trimestriels pour assurer une soumission complète et en temps opportun à la direction du Compact du Niger et du MCC (par exemple, ITT, rapport narratif, plan financier détaillé (DFP) et la documentation et les preuves correspondantes).
  •  Initier et gérer des examens de la qualité des données (DQR), conformément au plan de S&E, et s'assurer que l'entité responsable et les entités de mise en œuvre traitent les lacunes et les défis soulevés dans les DQR.
  • Gérer ou soutenir (lorsque le MCC gère) des activités d'évaluation indépendantes, y compris des évaluations quantitatives et qualitatives, en collaboration avec le responsable du S&E du MCC, l'économiste du MCC et les évaluateurs :
  • Gérer des comités d'évaluation des projets du Compact du Niger qui examinera les livrables de l'évaluation, y compris les instruments d'échantillonnage et d'enquête, afin d'assurer la qualité globale et la conformité avec le plan de S&E.
  • S'assurer que les résultats sont ventilés par sexe, âge et revenu, le cas échéant.
  •   Collaborer avec les directeurs de projet et les entités de mise en œuvre pour maximiser le respect du déploiement du programme et minimiser les menaces à la validité interne de la conception de l'évaluation (le cas échéant).
  • Collaborer avec le personnel des communications du Compact du Niger pour :
  • Faciliter les échanges d'apprentissage et la diffusion de l'information avec le public nigérien et la communauté des donateurs.
  •   S'assurer que les rapports périodiques sur les résultats du S&E liés au programme en cours sont exacts, rendus publics et facilement accessibles sur le site Web du Compact du Niger.
  • Répondre aux requêtes de la direction sur le suivi des résultats et l'avancement du programme et d'autres tâches et responsabilités à la demande du PDG du Compact Niger ou du MCC.       Poursuivre les activités de renforcement des capacités liées au S&E, selon les besoins, pour renforcer les compétences au sein du MCA-Niger et dans les entités de mise en œuvre
  •       Travailler avec l'homologue de MCC pour développer un Plan de S&E post-Compact à mettre en œuvre après la clôture du Compact.
Les compétences :
  • Avoir un diplôme d'études supérieures (Baccalauréat + 5 minimum) en science de gestion, statistiques, économie, économie sociale, gestion de projet, ou dans un autre domaine pertinent.
  • Avoir au moins dix (10) ans d’expérience professionnelle, dont d’au moins sept (7) ans dans le domaine de suivi et d’évaluation des projets et programmes ;
  • Avoir une bonne connaissance des procédures de S&E, y compris les acteurs multiples des secteurs public et privé ;
  • Avoir une bonne capacité pour l’analyse, y compris l’usage des données statistiques ;
  • Bonne connaissance orale et écrite du française et de l’anglais ;
  • Avoir la capacité de travailler comme un membre d’une équipe, y compris avec un groupe varié d'acteurs ;
  • Avoir une compréhension de l’environnement politique, économique et sociale au Niger ;
  • Etre responsable, flexible, et capable de travailler sous un minimum de supervision ;
  • Capacité de prendre d’initiative et d’être rigoureux au travail ;
  • Bonne maitrise de technologie informatique (MS Office, les ensembles de statistiques, etc…) ;
  • Expérience dans le secteur d’irrigation est souhaitée.
Dossier de candidature:  Le dossier de candidature doit être compose de:
    • Une lettre de motivation avec une prétention salariale datée et signée,
    • Un curriculum vitae (CV) détaillé
    • Un casier judiciaire datant de moins de trois mois,
Pour Postuler : Si vous répondez aux critères du poste ci-dessus, envoyez votre candidature CV,  lettre de motivation, casier judiciaire et carte de demandeur d’emploi à l’adresse e-mail suivante : recrutements@mcaniger.ne, en précisant en objet du mail « Directeur (rice) Suivi Evaluation et Analyse Economique ». Date de clôture: le dimanche 31 octobre 2021 A MCA Niger, nous sommes convaincus que chaque aspect de notre travail peut aboutir à un résultat positif. Si vous avez la même vision et que vous êtes capable de relever les défis, ce rôle vous offre une belle opportunité ainsi que des possibilités exceptionnelles de développer votre carrière. Nous sommes un employeur garantissant l'égalité des chances et nous accueillons les candidatures de personnes de divers horizons. Les candidatures féminines sont particulièrement encouragées. NB : Les dossiers incomplets, non conformes ou parvenus hors délai ne seront pas examinés. Seuls les candidats retenus pour le test seront contactés. Confidentialité assurée. Fait à Niamey, le 12 octobre, 2021 MCA Niger
2021-10-22 13:46:59
full-time
Bénin

| BTP infrastructure
Avis de recrutement international La Société Immobilière et d’Aménagement Urbain (SImAU) est une société anonyme avec Conseil d’Administration au capital de cinq (05) milliards de francs CFA. Elle a pour objet, toutes les activités se rapportant à la promotion immobilière, l’assistance à maitrise d’ouvrage et la maitrise d’ouvrage déléguée, la construction et l’aménagement urbain. Avec un portefeuille de projets évalué à plus d’un (1) milliard d’euros, la SImAU se positionne comme un acteur majeur du secteur de l’immobilier au Bénin. Pour la conduite efficace de ses projets, la SImAU recrute pour sa direction générale : - un (01) Directeur Technique ; - deux (02) chefs de projets ; - un (01) Directeur du Contrôle. Les fiches de postes détaillées sont disponibles sur le site internet de la SImAU (www.simaubenin.com). Dossier de candidature Le dossier de candidature doit être constitué des pièces suivantes : - Une lettre de motivation signée du candidat et adressée au Directeur Général de la SImAU ; - un curriculum vitae détaillé (précisant trois (3) personnes de référence) ; - les photocopies des diplômes et attestations ; - les preuves des expériences requises ; - une indication du délai de disponibilité du candidat. Les dossiers de candidature doivent être reçus par voie électronique à l’adresse : recrutement@simaubenin.com, au plus tard le lundi 15 novembre 2021 à 00 heures précises. Pour tous renseignements complémentaires, veuillez écrire à l’adresse suivante : info@simaubenin.com. Conditions d’emploi - Le lieu de travail est le siège de la SImAU à Cotonou. - La durée du contrat est deux (2) ans, renouvelable sur la base de la performance de l’employé. - Une période d’essai sera observée conformément aux textes en vigueur SIMAU
2021-10-21 09:27:18
full-time
Bénin

| BTP infrastructure
Avis de recrutement international La Société Immobilière et d’Aménagement Urbain (SImAU) est une société anonyme avec Conseil d’Administration au capital de cinq (05) milliards de francs CFA. Elle a pour objet, toutes les activités se rapportant à la promotion immobilière, l’assistance à maitrise d’ouvrage et la maitrise d’ouvrage déléguée, la construction et l’aménagement urbain. Avec un portefeuille de projets évalué à plus d’un (1) milliard d’euros, la SImAU se positionne comme un acteur majeur du secteur de l’immobilier au Bénin. Pour la conduite efficace de ses projets, la SImAU recrute pour sa direction générale : - un (01) Directeur Technique ; - deux (02) chefs de projets ; - un (01) Directeur du Contrôle. Les fiches de postes détaillées sont disponibles sur le site internet de la SImAU (www.simaubenin.com). Dossier de candidature Le dossier de candidature doit être constitué des pièces suivantes : - Une lettre de motivation signée du candidat et adressée au Directeur Général de la SImAU ; - un curriculum vitae détaillé (précisant trois (3) personnes de référence) ; - les photocopies des diplômes et attestations ; - les preuves des expériences requises ; - une indication du délai de disponibilité du candidat. Les dossiers de candidature doivent être reçus par voie électronique à l’adresse : recrutement@simaubenin.com, au plus tard le lundi 15 novembre 2021 à 00 heures précises. Pour tous renseignements complémentaires, veuillez écrire à l’adresse suivante : info@simaubenin.com. Conditions d’emploi - Le lieu de travail est le siège de la SImAU à Cotonou. - La durée du contrat est deux (2) ans, renouvelable sur la base de la performance de l’employé. - Une période d’essai sera observée conformément aux textes en vigueur SIMAU
2021-10-21 09:23:28
full-time
Fermer