Licenciement

Sénégal : 5 étapes à respecter pour le licenciement économique

Par Jeune Afrique  | 

Licencier pour des raisons économiques ne se fait pas d'un simple claquement de doigts. Avant de choisir cette solution, l'employeur doit étudier toutes les pistes pouvant déboucher sur la sauvegarde d'emplois. Le cabinet d'avocats Geni & Kébé revient sur la procédure à suivre.

Geni & Kébé

Geni & Kébé © Geni & Kébé

Le licenciement pour motif économique est la rupture unilatérale de relations de travail, initiée par l’employeur pour des raisons de difficultés économiques ou de réorganisation intérieure telles que prévues par l’article L-60 du Code du Travail.

>> LIRE AUSSI : Sénégal : comment licencier pour faute professionnelle ?

En effet, des difficultés résultant d’une conjoncture économique peuvent conduire l’employeur à licencier des travailleurs dans le but de réduire ses frais généraux pour sauvegarder son investissement et éviter une fermeture définitive.

Également, la réorganisation interne découlant de la volonté motivée de l’employeur à restructurer son entreprise, dans le cadre de ses prérogatives patronales, peut conduire à la mutation d’un service à un autre, d’un emploi à un autre, à la reconversion de certains agents d’un poste de travail à un autre et parfois même au licenciement de travailleurs.

Ces types de licenciements, individuel ou collectif, pour être légitimement qualifiés de « licenciement pour motif économique », devront suivre une procédure spéciale prévue aux articles L-61 à L-64 de la loi 97-17 du 1er décembre 1997, portant Code du Travail au Sénégal.

Attention : le licenciement économique fondé sur une conjoncture économique incertaine ou créée, pourrait être considéré par le juge comme illégitime et sujette à des dommages et intérêts. Le principe de la prérogative patronale confère effectivement le droit à l’employeur de réorganiser son entreprise suivant sa volonté. Cependant, quelle que soit la liberté d’exercice de ce pouvoir, la réorganisation doit se faire dans l’intérêt exclusif de l’entreprise et les motifs invoqués doivent être réels.

La procédure légale à suivre :

Étape 1 : la consultation des délégués du personnel

L’employeur doit se réunir (autant de fois que nécessaire) avec les délégués du personnel, ou avec le personnel en l’absence de ceux-ci, pour les informer et rechercher avec eux toutes les combinaisons ou alternatives légales et possibles, à même d’éviter le recours au licenciement telles que :

  • La réduction des heures de travail ;
  • Le travail par roulement ;
  • Le chômage partiel ;
  • La formation ou le redéploiement du personnel.
  • Etc.

À l’issue des rencontres, si aucune solution autre que le licenciement n’est trouvé, la médiation de l’inspecteur du travail et de la sécurité sociale devient obligatoire.

L’employeur établit alors les comptes rendus des réunions avec les délégués du personnel et les communique à l’inspecteur du travail du ressort dans un délai de huit jours, pour solliciter ses bons offices.

 

Étape 2 : l’intervention de l’inspecteur du travail

À compter de la réception des comptes rendus consacrant l’échec dans les tentatives à éviter le licenciement, l’inspecteur du travail et de la sécurité sociale, dispose d’un délai de 15 jours pour exercer éventuellement ses bons offices.

 Dans ce cas, l’inspecteur du travail et de la sécurité sociale peut convoquer l’employeur et les délégués à l’inspection du travail ou se déplacer sur site pour leur poser des questions sur les motifs du licenciement économique. Dans cette étape aussi, l’inspecteur doit aider à trouver des solutions si possibles à éviter le licenciement. Cependant, au cas où le licenciement est imminent, il peut aussi assister l’employeur pour ce faire. Dans cette procédure, l’inspecteur du travail et de la sécurité sociale joue le rôle de médiateur et de facilitateur.

 

Étape 3 : établissement de l’ordre des licenciements par l’employeur

Après l’échéance du délai de 15 jours imparti à l’inspecteur du travail pour faire valoir ses bons offices, si certains licenciements sont nécessaires, l’employeur doit établir l’ordre des licenciements en tenant compte des critères de sélection prévus par la loi, tels que :

  • L’aptitude professionnelle des travailleurs (où les moins aptes professionnellement parmi les travailleurs occupant les postes d’emploi ciblés devront être les premiers à être licenciés) ;
  • L’ancienneté, en cas d’égalité d’aptitude professionnelle (où les moins anciens parmi les travailleurs occupant les postes d’emploi ciblés devront être les premiers à être licencier) ;
  • La charge de famille, en cas d’égalité d’aptitude professionnelle et d’ancienneté (où les moins chargés du point de vue du nombre d’enfants parmi les occupants des postes d’emploi ciblés devront être les premiers à être licencier).

Une fois la sélection terminée, la liste des travailleurs à licencier est communiquée aux délégués du personnel avec précision des critères retenus.

Exemple pratique de sélection :

Étape 4 : l’annonce et la notification des licenciements proprement dits

Si parmi les travailleurs à licencier il y a un délégué du personnel, l’autorisation préalable de l’inspecteur du travail est requise obligatoirement.

Dans les sept jours à compter de la communication de la liste des travailleurs sélectionnés selon les critères préalablement retenus, l’employeur se doit de convoquer les délégués du personnel pour recueillir leurs suggestions, qui devraient être consignées dans le compte rendu à établir par l’employeur au terme de la rencontre.

Juste après cette rencontre, l’employeur peut légalement procéder au licenciement.

NB : si parmi les travailleurs à licencier il y a un délégué du personnel, l’autorisation préalable de l’inspecteur du travail est requise obligatoirement.

 

Étape 5 : à faire après le licenciement

L’employeur devra communiquer à l’inspecteur du travail pour information la liste des travailleurs licenciés et le compte rendu de la réunion de suggestion dans un délai d’une semaine.

 

Les indemnités légales à verser

En plus de la délivrance d’un certificat de travail, l’employeur doit payer :

  • Indemnité compensatrice de préavis, éventuellement au cas où le préavis n’aurait pas été observé.
  • Indemnité de licenciement
  • L’indemnité compensatrice de congé, éventuellement
  • Indemnité spéciale non imposable égale à un mois de salaire brut.

Les considérations d’après licenciement

  1. La priorité d’embauche

Les travailleurs licenciés pour motif économique conservent pendant deux ans un droit de priorité de réembauche au même poste d’emploi dans la même entreprise.

Les travailleurs licenciés pour motif économique conservent pendant deux ans un droit de priorité de réembauche au même poste d’emploi dans la même entreprise. Le travailleur est tenu dès lors, de communiquer à son ex-employeur, après son départ de l’entreprise, tout changement intervenu dans son adresse de domicile. En cas de vacance, l’employeur doit convoquer le travailleur à sa dernière adresse connue par lettre recommandée avec accusé de réception. À compter de la réception de la convocation, sous peine de déchéance, le travailleur est tenu de se présenter sous huitaine.

  1. En cas de litige

Le licenciement pour motif économique doit être justifié et la preuve de cette justification incombe toujours à l’employeur.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Afrique

| Audit-Conseil
APPEL A CANDIDATURES – DIRECTEURS DE MISSION Région : Afrique francophone Profil recherché : Directeurs de mission d’audit / diagnostic 2AC - Associés Audit et Conseil, créé en 1988, est un cabinet d'audit et d'expertise-comptable inscrit en France auprès de l'Ordre des experts-comptables et de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes. Le cabinet exerce ses activités à l’international dans les domaines de l’audit financier et opérationnel, le conseil en finances publiques auprès des États et des collectivités publiques des pays émergents et des Institutions de financement du développement en Afrique. Contexte d’intervention Nos experts interviennent dans le cadre d’audits / diagnostics de projets et programmes, dans divers secteurs économiques tant publics que parapublics sur mandat d’institutions telles que l’Agence française de développement (AFD), l’Union européenne (UE), la Banque mondiale (BM), DANIDA (Agence danoise de développement international), etc. Profils recherchés Nos directeurs de mission sont appelés à intervenir principalement en Afrique, soit seuls, soit en supervision d'auditeurs seniors et juniors. Le siège de 2AC leur fournit les appuis méthodologiques et les outils nécessaires. Références attendues 
  • Niveau Bac +5 en audit/gestion/comptabilité/finance/sciences économiques
  • Accréditation comptable et/ou certification professionnelle
  • Expérience générale d’au moins 15 ans en tant qu’auditeur comptable/financier
  • 8 ans d’expérience cumulée en tant qu’auditeur de programmes et projets financés par des institutions et/ou des bailleurs internationaux
  • Maitrise des procédures des bailleurs de fonds : Union européenne, AFD, DANIDA, BM, KfW, etc.
  • Solide expérience en audit de passation de marchés
  • Parfaite maîtrise du français
  • Atouts : Expérience en Afrique subsaharienne et maitrise de l’anglais.
Les candidats sont invités à envoyer leurs CV, incluant les références, à l’adresse : cv@2ac.fr Nous vous invitons à visiter notre site web : www.2AC.fr 2AC
2021-06-09 10:08:47
full-time
Togo

Africsearch Togo recrute pour la Banque Ouest Africaine de Développement dans le cadre du renforcement de son équipe :  UN JURISTE PRINCIPAL (AUX AFFAIRES JURIDIQUES OPERATIONNELLES) (H/F) Finalité du poste Veiller à la sécurité juridique des activités opérationnelles de la Banque par l’assistance et le conseil juridique ainsi que par la conservation des documents juridiques originaux de la Banque.  Missions Principales et Activités : Le Juriste Principal (aux affaires juridiques opérationnelles) a pour missions principales et activités : Fournir un appui juridique aux activités opérationnelles de la Banque :
  • Servir de conseil juridique de la Banque ;
  • Réaliser l’évaluation juridique des opérations de financement de la Banque ;
  • Produire et gérer les décisions des Organes délibérants de la Banque relatives aux opérations de la Banque ;
  • Elaborer les contrats opérationnels de la Banque et participer à leur négociation et mise en place ;
  • Assurer la gestion et le suivi d’exécution des contrats opérationnels de la Banque au plan juridique.
 Assurer la prise et la gestion des garanties recueillies par la Banque en couverture de ses opérations :
  • Assurer la prise des garanties ;
  • Assurer la conservation et le suivi des garanties constituées.
 Contribuer à la gestion et à la conservation des documents juridiques originaux de la Banque : 
  • Assister le Chef/Responsable de la Division pour la conservation des originaux.
 Coordonner les activités en l’absence du Chef de Division Qualifications et profil du poste :
  • Être titulaire d’un BAC+5 en Sciences juridiques avec spécialisation en Droit des Affaires/Droit Financier ;
  • Avoir une expérience professionnelle pertinente de cinq (5) ans au minimum dont deux (2) ans au moins à un emploi similaire avec des expériences en conseil juridique, en technique contractuelle, en gestion de garanties et des expériences techniques avérées dans le domaine juridique bancaire et la finance ;
  • Avoir une très bonne maîtrise du pack office (Word, Excel, PowerPoint) et bureautique ;
  • Être parfaitement bilingue (Anglais /Français) ;
  • Bonnes connaissances en comptabilité, finance et gestion de projets ; techniques d’organisation et en analyse financière d’entreprise.
 Aptitudes clés :
  • Capacité d’analyse et de synthèse ;
  • Sens de l’écoute et de la rigueur ;
  • Aptitude à travailler en équipe ;
  • Disponibilité ;
  • Capacité à travailler sous pression ;
  • Intégrité.
Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur CV (2 pages au maximum), lettre de motivation, copie des diplômes à partir du BAC ainsi qu’une copie de la pièce d’identité à l’adresse : infotg@africsearch.com  en indiquant les références du poste à pourvoir. Les candidatures féminines sont vivement souhaitées  Date limite de dépôt des candidatures le Mardi 22 Juin 2021 à 18 H 00 H TU N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail. Retrouvez le descriptif du poste sur www.africsearch.com /www.boad.org BOAD
2021-06-07 12:51:13
full-time
Togo

Africsearch Togo recrute pour la Banque Ouest Africaine de Développement dans le cadre du renforcement de son équipe :  UN GESTIONNAIRE FINANCIER CHARGE DE LA MOBILISATION DES RESSOURCES (H/F) Finalité du poste Participer aux opérations de levée de ressources de la Banque sur le marché régional de capitaux et sur le marché financier international.  Missions Principales et Activités : Le Gestionnaire Financier chargé de la mobilisation des ressources a pour missions principales et activités : Participer aux émissions sur le marché régional de capitaux :
  • Assurer le suivi des activités post-émission ;
  • Assurer le service de la dette ;
  • Assurer la mise en œuvre des actions relatives au lancement de l’opération ;
  • Faire le suivi du marché secondaire des titres émis ;
  • Assurer les relations avec le Conseil Régional et les structures centrales du marché ;
  • Assurer la mise en œuvre des actions relatives à la préparation et au lancement de l’opération ;
  • Conduire une équipe dans le cadre des missions sur le terrain.
 Participer aux émissions sur le marché financier international :
  • Participer à la sélection des Banques arrangeuses, du Conseil Juridique International et des autres parties prenantes ;
  • Assurer le service de la dette.
Qualifications et profil du poste :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire ou professionnel équivalent au BAC + 5 en Finances, Banque, Comptabilité et Sciences de gestion ;
  • Avoir une expérience professionnelle de cinq (5) ans au minimum avec des compétences confirmées dans le domaine de la Finance, la Trésorerie et les Instruments financiers (marchés financiers), l’Analyse financière d’entreprise, Techniques de financement et Techniques juridiques et fiscales ;
  • Avoir une très bonne maîtrise du pack office (Word, Excel, PowerPoint) et bureautique ;
  • Être parfaitement bilingue (Anglais /Français).
Compétences Requises :
  • Bonne connaissance de marchés financiers internationaux ;
  • Bonne connaissance du marché régional des capitaux.
Aptitudes clés :
  • Capacité d’analyse ;
  • Sens de la rigueur ;
  • Travail en équipe ;
  • Discrétion ;
Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur CV (2 pages au maximum), lettre de motivation, copie des diplômes à partir du BAC ainsi qu’une copie de la pièce d’identité à l’adresse : infotg@africsearch.com  en indiquant les références du poste à pourvoir. Les candidatures féminines sont vivement souhaitées Date limite de dépôt des candidatures le Mardi 22 Juin 2021 à 18 H 00 H TU N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail. Retrouvez le descriptif du poste sur www.africsearch.com /www.boad.org BOAD
2021-06-07 12:44:39
full-time
Fermer