Succes stories

Seynabou Mbaye, jeune ingénieure devenue entrepreneure agricole au Sénégal

Par  | 

Seynabou Mbaye, ingénieure formée en France est devenue entrepreneure agricole à son retour au Sénégal. En 2017, elle a décidé de créer son association pour rendre possible l’emploi local des jeunes.

Seynabou Mbaye pourrait douter de sa légitimité à vouloir montrer aux jeunes sénégalais que l’emploi local est possible. Elle-même a quitté son pays pendant une dizaine d’années, le temps de décrocher un diplôme d’ingénieur à l’Ensea de Cergy, près de Paris, et de se faire la main dans le secteur bancaire.

N’allez pourtant pas lui reprocher d’être une privilégiée : « Je suis partie parce que j’avais un projet concret, celui d’étudier. Aujourd’hui, les jeunes qui veulent partir me disent seulement qu’ils veulent le faire pour réussir. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne », déplore-t-elle.

Je suis partie parce que j’avais un projet concret, celui d’étudier. Aujourd’hui, les jeunes qui veulent partir me disent seulement qu’ils veulent le faire pour réussir. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne.

L’agriculture comme solution

Revenue pour entreprendre au Sénégal, elle est à la tête depuis 2014 de sa propre exploitation de riz qui emploie désormais une vingtaine de personnes. Celle qui a réussi, non sans mal, à entreprendre dans un pays où les financements publics « ne s’intéressent qu’aux projets à plus de 2 milliards de FCFA dans des secteurs porteurs », est parvenue à redonner espoir aux agriculteurs du département de Podor.

En leur achetant leur riz pour le transformer et le distribuer au niveau régional, elle leur permet de vendre dans la région, un surplus de production dont ils ne savaient que faire auparavant. Cette méthode, la jeune ingénieure à la fibre sociale souhaite la dupliquer dans tout le pays et prouver que vivre de la terre, de l’élevage et de l’artisanat au Sénégal est encore possible et utile.

À rebours du discours officiel

Sa démarche contredit totalement le discours actuel du gouvernement. Séduit par l’idée que le développement du pays trouvera son salut dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), ce dernier a traduit son ambition dans le plan « Sénégal numérique 2016-2025 ». Chiffré à 1,3 milliard de FCFA (près de 2 millions d’euros), son objectif est de développer une industrie locale du numérique chargée d’en améliorer l’accès, de digitaliser l’administration et certains secteurs jugés prioritaires.

>> LIRE AUSSI : Pria Ngambali, étudiante à l’Ucac-Icam au Congo et déjà inspirante

Sur le sujet, Seynabou Mbaye, qui a pourtant l’expérience de la technologie, demeure sceptique : « Nous importons encore 200 000 tonnes de maïs par an. Cela représente 12 milliards de FCFA dans la balance commerciale alors que le pays possède de bonnes terres et que nous pourrions être autosuffisant. Mon parcours en est l’exemple, j’ai commencé dans la technologie, mais j’ai fini par retourner à la terre et créer des emplois », remarque-t-elle. Dans son esprit, la réponse au chômage réside donc dans le développement de l’agriculture, un secteur qui représentait un peu plus de 22 % du PIB du pays en 2014.

« Maintenant osons ici »

Nous demandons aux jeunes ce qu’on peut faire ici ou là, s’ils ont entendu parler de projet que nous pourrions accompagner.

L’entrepreneure a donc créé l’association « Maintenant osons ici » (M.O.I) en juin 2017. Son but est d’abord d’informer les jeunes sur les potentialités d’emploi dans leur région par des réunions et des ateliers. Le but est aussi de les convaincre : « J’aime prendre l’exemple d’une vétérinaire que nous avons rencontré dans la région de Kaffrine et qui s’est lancée dans un élevage de 1 000 poules pondeuses. Celle-ci réalise déjà un chiffre d’affaires de 80 millions de FCFA (122 000 euros) par an et vise les 100 millions cette année », illustre-t-elle.

Les membres de M.O.I. sillonnent ainsi la campagne sénégalaise et les banlieues de métropole pour organiser des grandes réunions de discussion. « Nous demandons aux jeunes ce qu’on peut faire ici ou là, s’ils ont entendu parler de projet que nous pourrions accompagner », raconte Seynabou Mbaye. À chaque villes ou villages visités, les équipes de M.O.I. cherchent à installer des comités locaux, composés de consultants et d’experts chargés d’étudier et de repérer, en coopération avec les administrations et autorités territoriales, les niches d’emploi à développer.

Formations

L’associations ne se limite pas à un seul secteur. Actuellement, M.O.I. accompagne des jeunes en formation dans la couture. Ils ont créé leur marque de casquette et de t-shirt et M.O.I. les aide à structurer un réseau de distribution. Dans une banlieue de Dakar, Seynabou Mbaye et ses équipes réfléchissent à comment mettre en place un bus à 200 FCFA le trajet, afin que les étudiants puissent se rendre à l’université.

Prochaine étape pour celle qui prône le développement inclusif : développer des formations dans les métiers d’avenir. Déjà en discussion avec l’Office national de la formation professionnelle (ONFP) pour le développement des programmes, l’entrepreneure souhaite financer ce nouveau projet en partie grâce aux frais d’adhésion à son association (2 500 francs CFA). Si elle tente à nouveau de démarcher les organismes publics comme le Fonds de financement de la formation professionnelle (3FPT), l’ingénieure a néanmoins retenu la leçon et mise davantage sur les investisseurs privés.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Kenya

| Institutions-ONG
Regional Advisor for Communication and Information Post Number: 6KECI 1000RP Grade: P-5 Parent Sector: Communication and Information Sector (CI) Duty Station: Nairobi Job Family: Communication and Information Type of contract: Fixed Term Duration of contract: 2 years Application Deadline (Midnight Paris Time): 19-JUL-2021 UNESCO Core Values: Commitment to the Organization, Integrity, Respect for Diversity, Professionalism OVERVIEW OF THE FUNCTIONS OF THE POST The Communication and Information Sector’s mission is to promote freedom of expression, media development and media literate societies, and to build knowledge societies through fostering universal access to information, innovation for sustainable development and the preservation of documentary heritage. (The role of this vacant position does not include responsibility for UNESCO's wider external communications, which is managed by the Department of Public Information.) Under the overall supervision of the Assistant Director-General for Communication and Information (ADG/CI) and the immediate supervision of the Director of the UNESCO Office in Nairobi, and in close cooperation with staff (Directors, Chiefs of Section, Programme Specialists; Advisors for Communication and Information) in CI at Headquarters and in African Field Offices, the incumbent serves as UNESCO Regional Advisor for Communication and Information for Africa and is responsible for defining, in conjunction with senior management, work priorities and translating those into programmatic strategies, designs and activities for the African Region. The incumbent leads the African Field CI staff and multi-disciplinary/intersectoral teams in the achievement of priorities, policy development, locating and engaging resources, maintaining and pursuing strategic partnerships and promoting programmatic work in order to deliver a comprehensive strategy for operationalizing the communication and information mandate of UNESCO in the Region. He/she plays a significant role in strategy direction, integration of regional and country CI and UNESCO goals in the Field, and leading resource optimization, execution, monitoring and evaluation of programmes and projects. He/she builds strong relationships with National Commissions and Member State ministries and other relevant stakeholders, advocating for freedom of expression and media development, universal access to information, and the building of inclusive knowledge societies. The RA AFR will also be the UNESCO Regional Focal point for addressing violence against journalists and the Issue of Impunity in Africa, in close cooperation with CI Advisors for communication and information in Africa, and perform the role of Executive Secretary of the African Regional Committee for Memory of the World (ARCMOW). The incumbent works within the frameworks of UNESCO's Medium-Term Strategies (C/4s) and approved Programmes and Budgets (C/5s), as well as global development plans such as the United Nations Sustainable Development Goals, Aspiration 3 of Agenda 2063, the UN Plan of Action for the Safety of Journalists and the Issue of Impunity, and the World Summit of the Information Society outcomes.  
  1. Strategic Vision:
Provide intellectual leadership and guidance to CI programmes, projects, units / teams in the Field in order to develop, drive and ensure the delivery of a comprehensive CI strategy and relevant approaches, partnerships, policies, objectives and deliverables. Analyze, evaluate and contribute to the development of Sector-wide approaches and strategies for harnessing the potential of communication and information and ICTs for fostering inclusive knowledge societies, democracy, the rule of law and sustainable development, and for protecting and promoting human rights throughout the region. Lead alignment of work with national and UN development frameworks, such as the United Nations Sustainable Development Country Frameworks (UNSDCF)). Define priorities and agenda, proactively mobilize funds and ensure diversification of resources. Identify and pursue improvements to systems, services, processes, networks and cooperation in the area of communication and information in the Field.   2.Programme Design and Management: Direct the conceptualization, design, implementation, monitoring and evaluation of workplans and Regular Funds and voluntary contributions initiatives and activities aligned with the Organization's priorities, by providing technical inputs to institutional documents such as the C/4s and C/5s, by maintaining strategic dialogue in these areas with Members States to help them identify and formulate their needs, and by coordinating with other multilateral, bilateral and regional organizations, so as to ensure alignment in key operational areas.  
  1. Representation, Policy Advice, Knowledge and Expertise Exchange:
Offer technical advice for African Offices on planning and implementing programme activities to achieve the expected results of the C/5s and UNSDCFs of the region's countries, in line with the current reform being implemented by the UNSG; develop new regional project proposals to be funded by contributions received for the International Programme for Development of Communication (IPDC) and the Information for All Programme (IFAP), in line with priorities and project quality criteria and implement approved projects including the joint programming activities with the UNCTs. Represent the CI Field programmes at senior level to internal and external networks, such as universities, agencies, development partners and funders, organizations, National Commissions, and ministries. Establish and pursue alliances on cross-organizational and inter-disciplinary work and develop working frameworks and systemic approaches to increase capacity. Represent the CI Sector in UNESCO’s contribution to UN project management systems, and support improved reflection of CI-related development goals in frameworks developed at country and region levels, including Common Country Assessments (CCAs), United Nations Sustainable Development Country Frameworks (UNSDCF) Country Programme Documents (CPDs) and Country Programme Action Plans (CPAPs). Influence and guide the development of concept notes, policy positions, formulation and implementation. Develop policies and innovative strategies. Interpret guidelines and lead discussions to reconcile competing objectives and priorities. Ensure the development and provision of working tools, guides, outputs and outcomes that meet country needs and Member States’ priorities in the Field. Facilitate the development of regional priorities in response to Member States’ needs. Act as the Regional Focal Point on the Safety of Journalists and the Issue of Impunity. Coordinate the Regional Strategy for Strengthening the African Judiciary Systems role in protecting and promoting Freedom of Expression and playing a role in linking Headquarters to the extensive developments on Internet issues in the region. Perform the role of Executive Secretary of the African Regional Committee for Memory of the World (ARCMOW).  
  1. Administrative Management and Staff Development:
Coordinate the preparation of timely inputs to the governing board reports and other documents, publications and reports, by giving quantitative and qualitative information on programme implementation on results, performance indicators and benchmarks as described in C/5s and other reports for projects run with voluntary funds, including contributions received for IPDC, and IFAP and other briefings as may be required by Headquarters or the UNESCO Office in Nairobi, using relevant tools, including the System of Information on Strategies, Tasks and the Evaluation of Results (SISTER).  
  1. Resource Mobilization:
Lead resource mobilization and develop alternative funding mechanisms for the region and individual countries by developing concepts and project proposals. Deal with UN Agencies seeking or marketing joint programmes, bilateral and multilateral partners, Development Banks and International Institutions. Track submissions and coordinate donor meetings. Establish collaborative and influential partnerships enhancing UNESCO’s standing and influence in the Field.    COMPETENCIES (Core / Managerial) Communication (C) Accountability (C) Innovation (C) Knowledge sharing and continuous improvement (C) Planning and organizing (C) Results focus (C) Teamwork (C) Professionalism (C) Building partnerships (M) Driving and managing change (M) Leading and empowering others (M) Making quality decisions (M) Managing performance (M) Strategic thinking (M) For detailed information, please consult the UNESCO Competency Framework.   REQUIRED QUALIFICATIONS Education 
  • Advanced university degree (Master’s or equivalent degree) in the field of communication and information, political sciences, international relations or related areas.
Work Experience
  • Minimum of 10 years of progressively responsible relevant professional experience in the area of communication and information, including with issues related to promoting freedom of expression, media development and access to information and knowledge.
  • Demonstrated experience and good understanding on sustainable development and the role of Communication and Information in advancing relevant international agendas for SD.
  • Proven experience in planning and managing projects/programmes in the area of communication and information (at least five years).
  • Demonstrated experience in leading and managing staff and teams.
Skills/Competencies
  • Demonstrated professional competence and mastery of subject matter, in particular with issues related to promoting freedom of expression, media development and access to information and knowledge.
  • Demonstrated project management skills.
  • Demonstrated fund-raising and resource mobilization skills. Excellent negotiation and networking skills.
  • Good knowledge of the work and general functioning of international organizations and/or the UN System.
  • Ability to advise on high profile and sensitive communication challenges.
  • Ability to produce a variety of written communications products in a clear, concise style.
Languages
  • Excellent knowledge of English or French and good knowledge of the other language.
 DESIRABLE QUALIFICATIONS Work Experience
  • Familiarity with the work and general functioning of UNESCO or international organizations in the UN System.
Languages
  • Knowledge of Portuguese.
  BENEFITS AND ENTITLEMENTS UNESCO’s salaries consist of a basic salary and other benefits which may include if applicable: 30 days annual leave, family allowance, medical insurance, pension plan etc. For more information in benefits and entitlements, please consult ICSC website.  For more information on how to apply, please click the “Apply” button. https://careers.unesco.org/job/Nairobi-Regional-Advisor-for-Communication-and-Information/730167602/ UNESCO
2021-06-21 13:44:00
full-time
Cameroun

AVIS D’APPEL A CANDIDATURES POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL DE DIRECTION POUR UN NOUVEL HOTEL DE CLASSE INTERNATIONALE  EN COURS D’OUVERTURE A YAOUNDE (CAMEROUN) Notre client est une mutuelle d’entraide et de solidarité créée pour une durée illimitée, entre personnels actifs et retraités, propriétaire d’un nouvel hôtel de classe internationale à Yaoundé (Cameroun). Titre du poste: Directeur Général, Lieu :Yaoundé, République du Cameroun   Rôle et principales missions : Sous la supervision du Conseil d’Administration, le Directeur Général assure la gestion quotidienne et le bon déroulement de l’ensemble des opérations de l’établissement hôtelier, tant au niveau de l’hébergement que de la restauration. Il planifie, organise, dirige et contrôle l’exploitation de l’hôtel afin d’assurer l’atteinte des standards et objectifs fixés par le Conseil d’Administration. Pour cela, il devra :Assurer l’ouverture de l’hôtel, Mettre en œuvre la vision stratégique, Créer, développer et maintenir l’esprit d’équipe au sein du personnel de l’hôtel, Optimiser les ressources financières et matérielles de l’hôtel, Mettre en œuvre des normes et standards élevés dans l’établissement hôtelier, Représenter l’hôtel vis-à-vis des tiers. Qualités requises : Bonne connaissance du marché local et international de l’hôtellerie, Grande capacité à sélectionner, à développer les compétences et à motiver son équipe, Bonnes capacités relationnelles et de communication, Leadership, Sens élevé de l’éthique. Qualifications et expérience requises : - Niveau d’études : Diplôme d’études supérieures en gestion hôtelière (Minimum BAC +4), Nombre d’années d’expérience professionnelle : minimum 5 années d’expérience au poste de DG d’hôtel, Maitrise du français et de l’anglais parlé et écrit, Bonne connaissance pratique des progiciels de gestion hôtelière Procédure de candidature Le dossier de candidature comprendra : Une lettre de motivation, un curriculum vitae (CV) signé et daté, une copie du diplôme requis, extrait de casier judiciaire, et 2 lettres de recommandation. Les candidats intéressés doivent envoyer leur dossier de candidature scanné par e-mail au plus tard le 10 juillet 2021 aux adresses suivantes : recruitment@bekolo-partners.com et contact@bekolo-partners.com Emile C. Bekolo, Associé Directeur Général BEKOLO & PARTNERS
2021-06-17 06:30:49
full-time
Bénin

L’OHADA recrute ! Pour les besoins de ses services, l’OHADA recherche des femmes et des hommes qualifiés pour occuper cinq (5) postes de haut niveau basés dans ses trois institutions opérationnelles à Yaoundé (Cameroun), Abidjan (Côte d’Ivoire) et Porto-Novo (Bénin). Les différents postes sont ouverts pour un contrat de quatre (4) ans, renouvelable une fois. Les dossiers de candidature doivent être adressés à Monsieur le Secrétaire Permanent de l’OHADA. La date limite de réception des candidatures est fixée au 5 juillet 2021. Les dossiers de candidature doivent comporter les pièces suivantes : ▪ Une lettre de motivation datée et signée ; ▪ Un curriculum vitae détaillé contenant les coordonnées de trois (3) personnes référentes ; ▪ Une copie certifiée conforme du ou des diplômes exigés ; ▪ Un extrait d’acte de naissance ou tout document en tenant lieu ; ▪ Un certificat de nationalité. ▪ Un extrait de casier judiciaire datant de moins de six (6) mois. Pour une description détaillée de chaque poste et des qualifications requises, cliquez sur le poste concerné. Les personnes intéressées devront faire parvenir en toute confidentialité leur dossier de candidature dans un seul fichier électronique bien identifié avec le prénom et le nom de famille du candidat au courriels suivants : A. Poste basé au Secrétariat Permanent sis à Yaoundé (Cameroun) a. Directeur des Affaires Juridiques, de la Documentation et de la Communication de l’OHADA : (daj@sggroup.net) B. Postes basés à la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage sise à Abidjan (Côte d’Ivoire) a. Secrétaire Général du Centre d’Arbitrage de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’OHADA : (sgarbitrage@sggroup.net) b. Un Juriste référendaire : (jref@sggroup.net) c. Un Chef de Service du Système d’Information : (cssi@sggroup.net) C. Poste basé à l’École Régionale Supérieure de la Magistrature sise à Porto-Novo (Bénin) a. Directeur Général de l’École Régionale Supérieure de la Magistrature de l’OHADA : (dgersuma@sggroup.net) Les candidatures transmises par toute autre voie ne seront pas considérées. Pour plus amples informations concernant ces postes veuillez consulter les descriptions détaillées des postes au complet en utilisant le lien suivant : https://www.dropbox.com/sh/li19t34v8zjpdi2/AABT-zTG149X7sP14Ff6P6ofa?dl=0 OHADA
2021-06-10 13:59:31
full-time
Fermer