Succes stories

Seynabou Mbaye, jeune ingénieure devenue entrepreneure agricole au Sénégal

Par  | 

Seynabou Mbaye, ingénieure formée en France est devenue entrepreneure agricole à son retour au Sénégal. En 2017, elle a décidé de créer son association pour rendre possible l’emploi local des jeunes.

Seynabou Mbaye pourrait douter de sa légitimité à vouloir montrer aux jeunes sénégalais que l’emploi local est possible. Elle-même a quitté son pays pendant une dizaine d’années, le temps de décrocher un diplôme d’ingénieur à l’Ensea de Cergy, près de Paris, et de se faire la main dans le secteur bancaire.

N’allez pourtant pas lui reprocher d’être une privilégiée : « Je suis partie parce que j’avais un projet concret, celui d’étudier. Aujourd’hui, les jeunes qui veulent partir me disent seulement qu’ils veulent le faire pour réussir. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne », déplore-t-elle.

Je suis partie parce que j’avais un projet concret, celui d’étudier. Aujourd’hui, les jeunes qui veulent partir me disent seulement qu’ils veulent le faire pour réussir. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne.

L’agriculture comme solution

Revenue pour entreprendre au Sénégal, elle est à la tête depuis 2014 de sa propre exploitation de riz qui emploie désormais une vingtaine de personnes. Celle qui a réussi, non sans mal, à entreprendre dans un pays où les financements publics « ne s’intéressent qu’aux projets à plus de 2 milliards de FCFA dans des secteurs porteurs », est parvenue à redonner espoir aux agriculteurs du département de Podor.

En leur achetant leur riz pour le transformer et le distribuer au niveau régional, elle leur permet de vendre dans la région, un surplus de production dont ils ne savaient que faire auparavant. Cette méthode, la jeune ingénieure à la fibre sociale souhaite la dupliquer dans tout le pays et prouver que vivre de la terre, de l’élevage et de l’artisanat au Sénégal est encore possible et utile.

À rebours du discours officiel

Sa démarche contredit totalement le discours actuel du gouvernement. Séduit par l’idée que le développement du pays trouvera son salut dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), ce dernier a traduit son ambition dans le plan « Sénégal numérique 2016-2025 ». Chiffré à 1,3 milliard de FCFA (près de 2 millions d’euros), son objectif est de développer une industrie locale du numérique chargée d’en améliorer l’accès, de digitaliser l’administration et certains secteurs jugés prioritaires.

>> LIRE AUSSI : Pria Ngambali, étudiante à l’Ucac-Icam au Congo et déjà inspirante

Sur le sujet, Seynabou Mbaye, qui a pourtant l’expérience de la technologie, demeure sceptique : « Nous importons encore 200 000 tonnes de maïs par an. Cela représente 12 milliards de FCFA dans la balance commerciale alors que le pays possède de bonnes terres et que nous pourrions être autosuffisant. Mon parcours en est l’exemple, j’ai commencé dans la technologie, mais j’ai fini par retourner à la terre et créer des emplois », remarque-t-elle. Dans son esprit, la réponse au chômage réside donc dans le développement de l’agriculture, un secteur qui représentait un peu plus de 22 % du PIB du pays en 2014.

« Maintenant osons ici »

Nous demandons aux jeunes ce qu’on peut faire ici ou là, s’ils ont entendu parler de projet que nous pourrions accompagner.

L’entrepreneure a donc créé l’association « Maintenant osons ici » (M.O.I) en juin 2017. Son but est d’abord d’informer les jeunes sur les potentialités d’emploi dans leur région par des réunions et des ateliers. Le but est aussi de les convaincre : « J’aime prendre l’exemple d’une vétérinaire que nous avons rencontré dans la région de Kaffrine et qui s’est lancée dans un élevage de 1 000 poules pondeuses. Celle-ci réalise déjà un chiffre d’affaires de 80 millions de FCFA (122 000 euros) par an et vise les 100 millions cette année », illustre-t-elle.

Les membres de M.O.I. sillonnent ainsi la campagne sénégalaise et les banlieues de métropole pour organiser des grandes réunions de discussion. « Nous demandons aux jeunes ce qu’on peut faire ici ou là, s’ils ont entendu parler de projet que nous pourrions accompagner », raconte Seynabou Mbaye. À chaque villes ou villages visités, les équipes de M.O.I. cherchent à installer des comités locaux, composés de consultants et d’experts chargés d’étudier et de repérer, en coopération avec les administrations et autorités territoriales, les niches d’emploi à développer.

Formations

L’associations ne se limite pas à un seul secteur. Actuellement, M.O.I. accompagne des jeunes en formation dans la couture. Ils ont créé leur marque de casquette et de t-shirt et M.O.I. les aide à structurer un réseau de distribution. Dans une banlieue de Dakar, Seynabou Mbaye et ses équipes réfléchissent à comment mettre en place un bus à 200 FCFA le trajet, afin que les étudiants puissent se rendre à l’université.

Prochaine étape pour celle qui prône le développement inclusif : développer des formations dans les métiers d’avenir. Déjà en discussion avec l’Office national de la formation professionnelle (ONFP) pour le développement des programmes, l’entrepreneure souhaite financer ce nouveau projet en partie grâce aux frais d’adhésion à son association (2 500 francs CFA). Si elle tente à nouveau de démarcher les organismes publics comme le Fonds de financement de la formation professionnelle (3FPT), l’ingénieure a néanmoins retenu la leçon et mise davantage sur les investisseurs privés.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte