Écoles d'ingénieurs

Congo : à Pointe-Noire, le campus flambant neuf de l’Ucac-Icam accueille ses 200 premiers étudiants

Par  | 

Opérationnel depuis octobre 2017, le nouveau bâtiment de l’Ucac-Icam forme des ingénieurs et des techniciens venus de toute l’Afrique centrale.

L’école est présente depuis 2002 à Pointe-Noire. Mais depuis octobre 2017, elle dispose enfin de ses propres locaux, au cœur de la capitale économique de la République du Congo. Le bâtiment flambant neuf de 1 000 m2, haut de quatre étages et décoré d’un jardin au gazon impeccable, jouxte une école primaire et un collège aux infrastructures beaucoup moins récentes.

Un campus à 4 millions d’euros

Il faut dire que l’investissement a été à la hauteur des ambitions. À lui seul, le matériel a coûté un million d’euros sur les quatre millions investis au total. Des machines indispensables aux 200 étudiants de l’école qui, pour la plupart, suivent ici les deux premières années de formation d’ingénieur généraliste, avant de finir leur cursus sur le campus de l’Icam à Douala au Cameroun.

Une salle de travaux pratiques à l'Ucac-Icam de Pointe-Noire

Une salle de travaux pratiques à l'Ucac-Icam de Pointe-Noire © Quentin Velluet

Multiculturel

Deux résidences s’élèvent aux côtés du bâtiment pédagogique. Les filles vivent aux derniers étages, les garçons, plus nombreux, occupent les deux étages inférieurs. Ils accueillent en tout 150 élèves venus pour moitié du Cameroun, pour un quart du Congo et le reste du Tchad, de Centrafrique et du Gabon. L’intégration de plusieurs nationalités est parfois compliquée, surtout les premières semaines où les préjugés dominent. Mais grâce à un système de parrainage et des soirées régulièrement organisées, les liens ne tardent pas à se créer.

>> LIRE AUSSI : Pria Ngambali, étudiante à l’Ucac-Icam au Congo et déjà inspirante

Dans cette école dont le terrain a été mis à disposition par l’Église, le rythme des cours est régulier et les enseignements divers. « La journée débute le plus souvent à 8 heures et se termine à 17 heures. On jongle entre génie industriel, stratégie de maintenance, chaîne d’énergie et d’information, français, anglais, analyse fonctionnelle et structurelle et un cours de formation humaine », détaille Mounsi Gracias Tao, étudiante tchadienne de première année, qui occupe une chambre avec trois camerounaises.

Prêt étudiant et prise en charge des études

Un dortoir du campus de l'Ucac-Icam à Pointe-Noire

Un dortoir du campus de l'Ucac-Icam à Pointe-Noire © Quentin Velluet

Pour vivre sur place dans une chambre de quatre personnes, les étudiants paient 36 000 FCFA (environ 55 euros) par mois, en plus des 2 000 000 FCFA (3 050 euros) par an pour les cours.

Une somme pour laquelle un étudiant peut avoir recours à des aides au financement : « Nous proposons un prêt bancaire à taux réduit (4 %) grâce à la Société Générale, avec différé de remboursement de quatre ans, durant lesquels la banque facture des intérêts que l’Icam prend en charge grâce à un fonds de garantie », résume Jean-Michel Viot, directeur général du groupe Icam.

Alternance

En troisième année, les étudiants ont accès à l’alternance. Ils se partagent ainsi entre l’école et l’entreprise qui prend en charge le coût de la formation. Selon l’Icam, la quasi-totalité des étudiants décrochent un poste dans l’année qui suit leur sortie.

Ces derniers, majoritairement embauchés dans les entreprises du secteur pétrolier comme Total E&P, ENI ou Perenco, sont payés en moyenne 5 000 000 de FCFA par an (7 622 euros), ce qui leur permet de rembourser leur prêt sans trop de soucis.

>> LIRE AUSSI : Total, un acteur influent dans l’enseignement supérieur au Congo Brazzaville

Un concours commun est organisé chaque année dans 23 centres répartis entre le Congo-Brazzaville, la RDC, le Cameroun, le Gabon, le Tchad et la Centrafrique. Et chaque années, 400 élèves tentent leur chance pour décrocher l’une des 60 places disponibles.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Royaume-Uni

| Institutions-ONG
L’Organisation des Nations Unies est à la recherche d’un(e) responsable expérimenté(e) et dynamique pour rejoindre le Bureau de l’informatique et des communications (OICT) en tant que Chef(fe), Spécialiste de l’information et de la Technologie (CITO). Le rôle du CITO est de faciliter le succès d’un Secrétariat des Nations Unies dynamique et décentralisé grâce à des technologies numériques de soutien. Le CITO est un poste de Sous-Secrétaire général. Le CITO définira la direction de la stratégie technologique et travaillera en étroite collaboration avec d’autres entités au sein du Secrétariat de l’ONU pour s’assurer qu’ils disposent des outils et du soutien nécessaire pour mener à bien leurs mandats respectifs. Siégeant au sein du Secrétariat des Nations Unies à New York, le Bureau de l’informatique et des communications se concentre sur l’amélioration stratégique de long terme dans l’ensemble du Secrétariat et de l’ONU, grâce aux applications d’entreprise ; aux nouvelles technologies et à l’innovation; à la gestion et au développement efficace de ses infrastructures globales ; au renforcement de la sécurité de l’information; au cadre de gestion de projet ; à la gouvernance technologique; et à la mise en place de politiques, d’architecture et de normes. Le(la) candidat(e) idéal(e) est un(e) chef(fe) de file en informatique et dans les affaires, qui possède une perspective globale et une expérience reconnue de la conduite de programme technologique dans un environnement complexe. Cette personne aura précédemment mené une transformation réussie et une amélioration continue de l’infrastructure technologique. Le rôle nécessite un(e) visionnaire et un(e) leader capable de travailler dans le cadre de l’ONU et d’établir un consensus autour des priorités technologiques afin de fournir des solutions efficaces. Les candidatures doivent inclure un curriculum vitae et doivent être envoyées par courrier électronique à dos-ousg@un.org avant le 18 décembre 2020. Les Nations Unies sont attachées à la diversité au sein de son personnel et encourage les candidatures de tous candidats qualifiés. Les femmes sont fortement encouragées à présenter leur candidature. Pour plus d’informations sur ce poste, visitez : http://www.un.org/sg/vacancies UN
2020-11-25 09:15:57
full-time
Sénégal

| Audit-Conseil

EVALUATION DU PROCESSUS ELECTORAL AU SENEGAL

I - MISSION DE L’EQUIPE D’EVALUATEURS Mission de l’équipe : Une équipe de 07 experts composée de: un chef de mission, un expert juridique, un expert spécialiste en base de données et en biométrie, un expert en opérations électorales, un démographe statisticien, et deux experts spécialistes dans les enquêtes de terrain. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable. II - PROFIL DES EVALUATEURS ☞ Un Expert Electoral Principal, Chef de Mission Rôle : Coordination de l’équipe et synthèse des rapports des autres experts. ☞ Un Expert en biométrie et en base de données : Rôle : Il assurera la revue technologique des systèmes (Enrôlement, Cartes, Biométrie, AFIS etc) et il élaborera le rapport sur la technologie électorale utilisée. ☞ Un Expert en opérations électorales Rôle : Il élabore le rapport sur les opérations préélectorales (les procédures mises en œuvre dans les Commissions administratives d’inscription, dans les Commissions de distribution des cartes d’électeur, la prise en charge du contentieux et la production des listes électorales définitives. ☞ Un Expert juridique Rôle : Il élaborera le rapport juridique relatif au code électoral incluant à la fois le cadre légal et le cadre réglementaire de l’organisation et de la conduite des processus d’inscription des électeurs au Sénégal. ☞ Un Expert démographe statisticien Rôle : Il participe à l’élaboration du rapport de synthèse en apportant les résultats des études sur les fichiers nationaux de la population et sur la comparaison entre différentes bases de données ☞ Deux enquêteurs sénégalais à cause de la nécessité de parler au moins une langue nationale pour les enquêtes de terrain III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après : LIEN : https://bit.ly/38W2kmF Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires pour 90 jours calendaires de mission. Les billets d’avion éventuels seront remboursés. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres pour chaque équipe doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com . Evaluateurs
2020-11-23 10:26:42
full-time
Sénégal

| Audit-Conseil

AUDIT DU FICHIER ELECTORAL DU SENEGAL

I – PROFIL des AUDITEURS : UNE EQUIPE composée de : - UN EXPERT LEGAL / Chef de Mission - TROIS (3) EXPERTS : BIOMETRIE DE FICHIER ELECTORAL, SPECIALISTE DE SYSTEMES D’INFORMATION et STATISTICIEN DEMOGRAPHE Informations sur les postes de l’Equipe : Un expert légal / Chef de mission pour une étude sur le cadre légal et une analyse comparative des standards internationaux. Il assure la coordination des experts de l’audit du fichier électoral. Trois experts pour l’audit du fichier électoral, dont 1 expert en biométrie électorale, 1 expert en systèmes d’information, et 1 expert statisticien démographe. Une maîtrise parfaite de la langue française, aussi bien écrite qu’orale, est indispensable Lieu d’affectation : Dakar, Sénégal II - MISSION Résultats attendus de la Mission : • Un rapport d’ensemble de la mission d'audit avec une note de synthèse est élaboré, maximum 90 jours après le commencement des travaux. • Un atelier de restitution du rapport d’audit est organisé en présence des différents acteurs du processus électoral, maximum 120 jours après le commencement des travaux. Objectifs spécifiques de l’Audit du Fichier Electoral :  faire la revue du cadre légal et réglementaire ;  faire la revue de la chaîne d'inscription des électeurs ;  procéder aux examens nécessaires du fichier électoral ;  examiner l'adéquation technologique ;  analyser l'adéquation des procédures et identification des ajustements à réaliser ;  analyser l'adéquation des ressources humaines et identifier les gaps de compétence et des besoins supplémentaires ;  examiner les anomalies constatées par les acteurs ;  proposer des mesures pour corriger les anomalies constatées. Le Comité de suivi de la commission politique est informé de toutes les étapes de l’audit du fichier électoral pour faire apporter au besoin les redressements nécessaires à la bonne marche de la mission. III – FORMATION et EXPERIENCE REQUISES Le détail des Termes de Référence de la mission – notamment le profil de formation et d’expérience de chaque expert ainsi que le budget plafond – figure dans le fichier en suivant le lien ci-après  LIEN : https://bit.ly/3kJnC9k Le budget indicatif est indiqué dans les TDR. Ce budget inclus les frais d’hébergement et de déplacement, les per diem et les honoraires de la mission. Les billets d’avion éventuels sont pris en charge. Le chef de mission assume et garantit la disponibilité de tous les experts de l’équipe durant la mission jusqu’à la tenue de l’atelier de restitution aux différents acteurs. Les offres doivent être déposées par voie électronique à l’adresse mail suivante au plus tard le 12 décembre 2020 : recrute.elections@gmail.com .
2020-11-20 13:18:55
full-time
Fermer

Je me connecte