Dossier

Tunisie : où (en) sont les femmes ?

Tunisie

Tunisie : lancement d’une campagne pour faire respecter la loi sur la garde à vue

La réforme du Code de procédure pénale, entrée en vigueur le 1er juin 2016, devait garantir aux prévenus tunisiens le droit à un avocat au moment de l’arrestation. Un texte clé aujourd’hui trop peu connu des citoyens, selon l’ONG Avocats sans frontières (ASF) et l’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous >

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital

Puis 9,99€/mois, sans engagement

Payez une fois par an et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • Votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • D'analyses
  • D'informations exclusives
  • De débats
  • D'historique (2 ans d'archives)
  • D'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • De formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)