Dossier

Afrique centrale : des progrès à pas comptés

Malgré une croissance fragile liée à quelques problèmes chroniques – intégration laborieuse, grandes disparités entre États membres, économies insuffisamment diversifiées – les pays de la Cemac remontent la pente, lentement mais sûrement.

Afrique centrale

Cameroun, Gabon, Congo : une reprise à pas comptés sous l’œil du FMI et de la Banque mondiale

Si l’Afrique centrale a plutôt mieux résisté que d’autres régions du continent au choc provoqué par la pandémie de Covid, elle continue à souffrir de faiblesses chroniques. Intégration laborieuse, gros écarts entre pays membres ou économies insuffisamment diversifiées se traduisent par une croissance fragile, bien inférieure en tout cas à celle de la voisine ouest-africaine.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous >

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital

sans engagement

Payez une fois par an et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • Votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • D'analyses
  • D'informations exclusives
  • De débats
  • D'historique (2 ans d'archives)
  • D'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • De formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)