Politique

Ouganda/présidentielle: candidat unique pour 4 partis d’opposition

Quatre partis de l’opposition ougandaise ont trouvé un accord pour présenter un unique candidat à la présidentielle présidentielles de 2011 face au président sortant Yoweri Museveni, a appris mercredi l’AFP auprès de ces formations.

Par
Mis à jour le 16 décembre 2009 à 10:34

Ouganda/présidentielle: candidat unique pour 4 partis d’opposition © AFP

L’accord a été conclu à l’issue d’une réunion de deux jours des responsables du Forum pour le changement démocratique (FDC), du Parti conservateur (CP), du Congrès du peuple ougandais (UPC, de l’ex-président Milton Obote) et du Forum de la justice (JEEMA).

Il prévoit que chacune de ces formations désigne son propre candidat à la candidature. Des primaires organisées dans tout le pays sélectionneront le candidat final.

L’accord prévoit en cas de victoire à la présidentielle la formation d’un gouvernement de coalition entre ces quatre formations. Celles-ci présenteront également aux élections législatives et locales des candidats communs partout dans le pays.

Poids lourd de l’opposition, le Parti Démocratique (PD) n’est pas partie prenante de cet accord.

« Nous sommes très heureux aujourd’hui, mais ce n’est qu’un début », a déclaré à l’AFP le porte-parole du FDC, Walter Wafula, qui a cependant mis en garde sur la crédibilité des élections.

Des élections générales sont prévues en 2011 en Ouganda. Arrivé au pouvoir par les armes en 1986, élu en 1996 à un scrutin auquel il était l’unique candidat, le président Museveni a été réélu à deux reprises (2001 et 2006) et devrait sans doute se présenter pour un nouveau mandat, même s’il n’a pas encore officiellement fait acte de candidature.

Du côté de l’opposition, trois noms de candidats sont régulièrement cités: l’actuel président du FDC, Kizza Besigye, adversaire malheureux à deux reprises de M. Museveni; Mugisha Muntu, également membre du FDC et ancien commandant en chef de l’armée ougandaise; et enfin le diplomate Olara Otunnu, ancien sous-secrétaire général de l’ONU, rentré au pays à l’automne après 20 ans d’exil.