Politique

Nigeria: manifestation mardi à Abuja contre l’absence du président Yar’Adua

L’écrivain nigérian et prix Nobel de littérature Wole Soyinka doit conduire mardi une marche de protestation à Abuja contre l’absence prolongée du président Umaru Yar’Adua, hospitalisé en Arabie saoudite depuis le 23 novembre, ont annoncé les organisateurs lundi.

Par
Mis à jour le 11 janvier 2010 à 14:34

Nigeria: manifestation mardi à Abuja contre l’absence du président Yar’Adua © AFP

« Nous sommes mécontents du vide créé par l’absence du président », a déclaré à l’AFP Yinka Odumakin, le porte-parole de l’Ong « Save Nigeria Group » (SNG).

A l’issue de la marche, les organisateurs prévoient un meeting, au moment où pour la première fois les deux chambres de l’Assemblée nationale débattront de la crise institutionnelle causée par l’absence du président depuis 50 jours.

Les résolutions des députés sont habituellement d’ordre consultatif mais une résolution négative à l’encontre du président pourrait constituer un premier pas vers sa destitution, selon un expert.

M. Yar’Adua, 58 ans, est hospitalisé à Jeddah (Arabie saoudite) pour une affection cardiaque grave.

Depuis lors, il ne s’est pas exprimé et aucune image de lui n’a été diffusée, donnant libre cours aux rumeurs et spéculations.

Ces dernières semaines, les appels se sont multipliés appelant soit à sa démission soit pour qu’il délègue temporairement ses pouvoirs au vice-président Goodluck Jonathan.

Outre Wole Soyinka, très impliqué dans le débat politique au Nigeria, l’ancien chef rebelle biafrais durant la guerre civile de 1967 à 1970 Chukwuemeka Odumegwu-Ojukwu participera au meeting baptisé « assez c’est assez », qui vise à exiger des informations sur la santé du président et protester contre le vide qui s’est installé à la tête du pays, selon les organisateurs.

La constitution prévoit que le chef de l’Etat ne peut être déclaré inapte à remplir ses fonctions que si une majorité des deux-tiers des ministres soutient cette position.

La résolution des ministres devrait ensuite être soumise à une vérification effectuée par un comité médical nommé par le président du Sénat.

Ce rapport serait transmis aux présidents du Sénat et de la Chambre des représentants avant que le chef de l’Etat ne soit déclaré inapte à gouverner.