Politique

Nigeria: le président « est vivant », assure son porte-parole

Le président nigérian Umaru Yar’Adua « est vivant », a affirmé lundi à l’AFP son porte-parole Segun Adeniyi, alors que des rumeurs sur sa mort ont couru ces derniers jours au Nigeria.

Par
Mis à jour le 11 janvier 2010 à 17:15

Nigeria: le président « est vivant », assure son porte-parole © AFP

« Les spéculations (sur sa mort) sont fausses, le président est vivant et va mieux », a précisé M. Adeniyi à propos du président, hospitalisé en Arabie Saoudite depuis le 23 novembre dernier.

« Il est tout à fait conscient, il peut parler, il a même passé des coups de téléphone à diverses personnes au Nigeria », a poursuivi le porte-parole.

M. Yar’Adua, 58 ans, est hospitalisé à Jeddah (Arabie saoudite) pour une affection cardiaque grave depuis le 23 novembre.

Depuis lors, il ne s’est pas exprimé directement et aucune image de lui n’a été diffusée, donnant libre cours aux rumeurs et spéculations.

Ces dernières semaines, les appels se sont multipliés pour qu’il démissionne ou délègue temporairement ses pouvoirs au vice-président Goodluck Jonathan.

Selon une source officielle, les gouverneurs des 36 Etats de la fédération devaient se réunir d’urgence lundi soir pour évaluer la situation.

« Tous les gouverneurs se réunissent pour discuter de sujets d’importance nationale, notamment l’absence prolongée du président », a déclaré à l’AFP un officiel du sud du pays sous couvert de l’anonymat.

Et mardi, pour la première fois, les deux chambres de l’Assemblée nationale débattront à Abuja de la crise institutionnelle causée par l’absence du président depuis 50 jours.

Les résolutions des députés sont habituellement d’ordre consultatif mais une résolution négative à l’encontre du président pourrait constituer un premier pas vers sa destitution, selon un expert.

Dans ce cas, la constitution prévoit que le vice-président, actuellement Goodluck Jonathan, termine le mandat du président jusqu’à la prochaine élection au printemps 2011.

Au moment du débat parlementaire, une marche de protestation contre le vide à la tête du pays, conduite par l’écrivain nigérian et prix Nobel de littérature Wole Soyinka, devrait converger vers le parlement.