Politique

Sécurité aérienne: l’Algérie veut être retirée de la liste des pays à risque

L’Algérie attend d’être retirée des listes américaine et française de pays à risque et estime que la France et les Etats-Unis doivent lui « apporter des explications », a déclaré mercredi à la radio publique le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

Par
Mis à jour le 13 janvier 2010 à 17:37

Sécurité aérienne: l’Algérie veut être retirée de la liste des pays à risque © AFP

L’Algérie a jugé « inappropriée » la décision des Etats Unis de l’inscrire parmi les 14 pays dont les ressortissants pourront être sujets à des contrôles spécifiques dans les aéroports américains et demande à être exclue de cette liste, a affirmé M. Medelci, cité par l’agence APS.

La mesure dénote « une politique de deux poids deux mesures », a-t-il dit.

L’Algérie « rejette énergiquement » cette mesure, a ajouté le ministre pour qui des « éclaircissements auraient dû être apportés par les Etats-Unis et par la France également qui a pris une décision similaire ».

Les ambassadeurs des Etats-Unis et de France à Alger ont été récemment convoqués au ministère des Affaires étrangères où la position de l’Algérie leur a été précisée, a précisé M. Medelci.

M. Medelci a également souhaité que des « solutions fiables » puissent être trouvées à cette affaire avant la visite du ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner en Algérie.

Cette visite est prévue « en janvier » mais aucune date précise n’a encore été fixée, a-t-on indiqué de source française.

« Le dispositif français de sécurité aérienne n’est dirigé contre aucun pays et n’a pas pour objet de stigmatiser telle ou telle population », avait déclaré le 7 janvier le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

Il avait alors « salué la détermination de nos partenaires algériens à lutter contre le terrorisme » en estimant que « ce combat n’est pas terminé car la menace demeure même si elle a changé d’intensité et de nature ».

Des responsables américains sont également attendus à Alger dont le ministre de la justice, a ajouté M. Medelci, toujours cité par APS.

La décision américaine de renforcer les contrôles de passagers venant de 14 pays a été prise suite à la tentative d’attentat sur un vol Amsterdam-Detroit (Etats-Unis) le jour de Noël, perpétrée par un jeune Nigérian.