Politique

Centrafrique: l’opposition ne participe plus à la commission électorale

L’opposition et les ex-rébellions centrafricaines ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leur participation à la Commission électorale indépendante (CEI), dont elles forment la moitié des membres, et ont exigé la démission du président de la CEI, jugé partial.

Par
Mis à jour le 15 janvier 2010 à 13:52

Centrafrique: l’opposition ne participe plus à la commission électorale © AFP

Le groupe des partis de l’opposition, celui des ex-rébellions et celui dit des « autres partis », représentés par 15 personnes au sein de la CEI qui compte en tout 30 membres, « suspendent leur participation à la CEI », a annoncé à l’AFP Jean-Jacques Demafouth, président de l’une des principales ex-rébellions.

Tous « exigent la démission immédiate » de Joseph Binguimalé, président de la CEI. Cette structure a été créée en août 2009 pour organiser et superviser les élections présidentielle et législatives prévues cette année à une date non encore fixée.

Ils reprochent à Joseph Binguimalé, « la violation de son serment, une absence totale d’indépendance, une manipulation en vue de favoriser une fraude électorale massive, une moralité douteuse, une incompétence notoire », a ajouté M. Demafouth.