Politique

CAN-2010: Cameroun-Zambie et Gabon-Tunisie à l’affiche

Le Cameroun, défait dès son premier match et dernier de son groupe D, ne peut se permettre un nouveau faux pas, contre une équipe de Zambie qui avance sans pression, tandis que le Gabon, leader du groupe, peut se qualifier dès dimanche contre la Tunisie.

Par
Mis à jour le 17 janvier 2010 à 17:50

CAN-2010: Cameroun-Zambie et Gabon-Tunisie à l’affiche © AFP

« Peut-être que le Cameroun aime jouer avec la pression », hasarde sa star Eto’o. Et la pression est forte sur les Lions après le coup de griffe infligé par les Panthères gabonaises mercredi (1-0). Pression aiguisée par la décontraction affichée depuis. Désinvolture?

« En tant que capitaine, je veille à la bonne ambiance du groupe, se justifie l’attaquant. Je n’ai pas besoin d’éléments qui regardent leurs chaussures, je veux qu’ils regardent droit devant ».

Le sélectionneur Paul Le Guen, qui s’avoue « plus marqué » par la défaite en tant qu’entraîneur, accepte cette joie pourvu qu’elle n’empiète pas sur le sérieux nécessaire pour aborder un match couperet: « L’attitude de jeudi matin (lors du décrassage) ne me dérange pas à condition qu’il y ait une concentration totale demain » (dimanche).

Le technicien français va-t-il persister à placer Eto’o sur le côté gauche de l’attaque? Il n’a pas souhaité dévoiler ses plans, mais l’intéressé, qui avoue viser le titre honorifique de meilleur buteur sur une CAN (détenu depuis 1974 par l’ex-Zaïrois Pierre Ndaye Mulamba avec 9 buts), lui fait confiance.

« J’espère qu’il me fera pas jouer au poste de Carlos (Kameni, le gardien), mais s’il me le demandait, je le ferais sans penser à mon bien propre, mais au bien de l’équipe », lance même Eto’o sur le ton de la plaisanterie.

On rigole, mais « un Lion blessé est toujours dangereux », souligne pour sa part Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie qui compte renforcer son assise défensive et neutraliser Alexandre Song, le milieu axial des Camerounais.

La joute tactique a commencé, et Le Guen ne veut pas de Gabon bis: « On ne gagne pas les matches en partant à l’abordage, c’est ce qu’attend la Zambie. Peut-être qu’on a été impatients contre le Gabon. Demain il faudra attaquer bien sûr, mais aussi faire attention à ne pas se faire prendre en contre ».

Renard de son côté mobilise « l’esprit de revanche » qui doit animer ses joueurs après « l’humiliation » subie lors de la CAN-2008, lorsque les Chipolopolos s’étaient fait corriger 5-1 par le Cameroun.

Mais en dépit de quelques égarement tactiques sur le terrain qui font bondir Renard, les Zambiens ont depuis haussé leur niveau de jeu. Le Guen se méfie des deux attaquants (Chamanga et Jacob Mulenga) et du capitaine Christopher Katongo. Auxquels on peut ajouter Kalaba, joyau technique de l’entrejeu qui ne demande qu’à exploser.

L’autre match est moins attendu, mais la Tunisie, deuxième favori du groupe, est en danger. « On va essayer de jouer plus agressif et plus offensif », promet le sélectionneur Faouzi Benzarti. Son adjoint, Ali Boumnijel, souhaite que les joueurs se libèrent. « A la mi-temps (contre la Zambie), on leur a demandé de se lâcher, de jouer. Et en deuxième période il y a eu du mieux ».

Le Gabon au contraire savoure son confort. « Il n’y a aucune raison de ne pas être en confiance, dans une confiance mesurée, assure son sélectionneur Alain Giresse. Se dire qu’on a battu le Cameroun doit nous faire du bien ».