Politique

CAN-2010: Cameroun bat la Zambie et se relance

Le Cameroun, mené très tôt au score par la Zambie et longtemps mort-vivant, s’est relancé dans la course à la qualification en l’emportant (3-2), grâce notamment au premier but dans la CAN-2010 d’Eto’o, et prend la deuxième place du groupe D, dimanche à Lubango.

Par
Mis à jour le 17 janvier 2010 à 21:05

CAN-2010: Cameroun bat la Zambie et se relance © AFP

Le Gabon, auteur d’un nul terne plus tôt face à la Tunisie (0-0), reste premier avec quatre points, devant le Cameroun (3), la Tunisie (2) et la Zambie (1), quasiment éliminée et peu payée de ses efforts.

Comme un symbole de ces Lions longtemps sans cran, le Cameroun a retrouvé la vie de manière involontaire: à la 68e minute, Geremi Njitap veut sauver la touche et se jette pour centrer le ballon, un centre-tir anodin que le gardien zambien, Mweene, laisse filer, pour l’égalisation (1-1). . .

Il fallait qu’Eto’o entre enfin en action pour justifier son rang de Lion dominant: le capitaine récupérait un centre de Tchoyi et enchaînait contrôle de la poitrine et frappe croisée (72e, 2-1).

Il n’avait jusqu’alors même pas attrapé le cadre, entre une frappe du gauche écrasée (19e) et un coup franc enroulé au-dessus de la barre (42e). Coup franc qui avait d’ailleurs occasionné une explication de gravure entre l’avant-centre et l’expériementé Geremi Njitap.

L’égalisation zambienne sur penalty par Christopher Katongo (82e, 2-2) renvoyait les Lions à une mort clinique. . . tout juste évitée par Idrissou, entré en jeu après la pause et dont la tête sur un centre du très bon Geremi Njitap trompait Mweene, statique (86e, 3-2).

Les attaquants camerounais ont épargné bien des tourments à Rigobert Song, car c’était lui qui, d’une tête plongeante, avait dévié le centre de Felix Katongo sur Kameni, un gardien qui ne pouvait que repousser sur. . . Jacob Mulenga, lequel n’avait plus qu’à marquer dans le but vide (8e).

Après la bourde en finale de la CAN-2008 et un Cousin éloigné signant le but de la victoire du Gabon mercredi, les fausses notes de Song commencent à former un mauvais refrain. Surtout si l’on y ajoute, après un coup franc tiré par Eto’o, son hors-jeu annihilant le but d’Idrissou, qui lui ne l’était pas. . .

Du but zambien marqué à la 8e minute à l’égalisation heureuse, une heure plus tard, des Camerounais, ceux-ci ont paru anémiés.

« On est tombé dans l’euphorie, on a attaqué à cinq ou six parce qu’on menait 1-0! », avait critiqué le sélectionneur de la Zambie Hervé Renard après le nul contre la Tunisie (1-1); cette fois, il n’a pas eu à déplorer de déconcentration ou de perdition tactique.

Au contraire: les Zambiens ont géré leur avantage, non sans jouer crânement leur jeu délié reposant sur une technique collective – comme en témoigne la double parade miraculeuse de Kameni, sur un coup franc puissant de Kalaba puis la reprise de C. Katongo.

Mais si un Lion blessé est dangereux, quand il est à l’article de la mort, il peut s’avérer impitoyable!