Politique

Comores: le président Sambi se dit prêt à avancer la présidentielle

| Par AFP
Comores: le président Sambi se dit prêt à avancer la présidentielle

Comores: le président Sambi se dit prêt à avancer la présidentielle © AFP

Le président comorien Ahmed Abdallah Mohamed Sambi s’est dit prêt, sous condition, à revoir le calendrier électoral, à l’origine de vives tensions politiques aux Comores, annonçant par ailleurs l’entrée en fonction de soldats libyens au sein de sa garde présidentielle.

« Si on parvient à harmoniser les élections (présidentielle et des exécutifs des trois îles de l’Union), et si on parvient à trouver une base juridique, je suis d’accord pour changer le calendrier électoral », a déclaré mardi le président Sambi, dans un entretien exclusif avec l’AFP à Moroni.

« On peut trouver une solution, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas changer ce calendrier », a-t-il assuré.

L’opposition et de nombreux habitants de l’île de Mohéli contestent vivement la prolongation de dix-huit mois du mandat du président Sambi au-delà du 26 mai prochain (fin théorique de ses quatre ans de mandat), et réclament le respect de la présidence tournante de l’archipel.

Début mars, un congrès parlementaire, organisé dans le cadre d’une réforme de la Constitution mais boycotté par l’opposition, a fixé les élections du président de l’Union et des gouverneurs des trois îles (Grande Comore, Anjouan et Mohéli) au 27 novembre 2011.

« Mon objectif était d’harmoniser les élections (présidentielle et des chefs des exécutifs des îles), pas d’avoir un autre mandat ou de prolonger mon mandat actuel », a réaffirmé le chef de l’Etat, assurant avoir « toiletté la Constitution », et non l’avoir changé.

Suite à la visite en fin de semaine dernière d’un représentant de l’Union africaine, M. Sambi a annoncé une réunion mercredi avec les chefs des exécutifs des îles, premier « dialogue » pour « tenter de s’entendre sur un calendrier électoral, (. . . ) base des discussions ».

Dans ce contexte, le chef de l’Etat a officiellement reconnu la présence de soldats libyens au sein de sa garde, dont l’arrivée fin mars avait défrayé la chronique et alimenté les interrogations, l’opposition dénonçant des « mercenaires » d’un nouveau genre.

« Cela fait déjà plus de neuf mois que j’ai demandé à notre ami et frère guide (Mouammar Kadhafi) de nous envoyer quelques éléments pour venir entraîner mais aussi accompagner la garde présidentielle », a expliqué M. Sambi.

Ces militaires libyens « sont arrivés, ils sont installés, et c’est depuis ce matin qu’ils ont commencé leur travail », a-t-il déclaré, ne précisant cependant pas leur nombre exact, alors que quelques uns d’entre eux en uniforme étaient visibles dans l’enceinte de la présidence.

Le président comorien a démenti à ce propos tout problème avec la hiérarchie de l’armée. « Tout ça ce sont des rumeurs. Nous avons de bonnes relations (. . . ) », a affirmé M. Sambi.

« Les militaires me sont au contraire reconnaissants, car depuis que je suis là, notre armée a eu beaucoup d’aide », a assuré le président, qui a annoncé que la Libye paiera pendant un an, et ce dès ce mois, les salaires des militaires comoriens.

Aujourd’hui « les Comores sont devenues un bon élève de la démocratie », a estimé M. Sambi, qui estime par ailleurs avoir « tout fait pour faire venir de l’argent et des investisseurs dans le pays ».

« La communauté internationale a commencé à nous faire confiance et reconnaître nos sacrifices, c’est très important », s’est-il félicité, jugeant avoir contribué « à changer l’image du pays. « 

Enfin, le président comorien a regretté les « dégâts » causés dans la relation franco-comorienne par la départementalisation de l’île français de Mayotte, revendiquée par Moroni, et les propos tenus par le président Nicolas Sarkozy lors de sa visite sur place en janvier dernier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte