Politique

Centrafrique: des ministres à Birao (nord-est) pour la « réconciliation »

Une délégation gouvernementale centrafricaine s’est rendue à Birao (nord-est) pour promouvoir la « réconciliation » à l’approche des élections dans cette ville où des violences à répétition ont fait des dizaines de morts et blessés, a indiqué mardi le gouvernement.

Par
Mis à jour le 7 septembre 2010 à 13:14

Centrafrique: des ministres à Birao (nord-est) pour la « réconciliation » © AFP

« Il est temps que la paix véritable revienne à Birao. C’est en ma qualité de ministre en charge du Dialogue et de la Réconciliation que le chef de l’Etat m’a instruit de conduire cette délégation » comprenant quatre autres ministres, arrivée dimanche dans la ville, a expliqué à l’AFP le porte-parole Fidèle Ngouandjika, également ministre de la Communication et de la Réconciliation.

Selon lui, leur « mission est de favoriser la réconciliation » entre les habitants de Birao, avant les élections présidentielle et législatives, prévues le 23 janvier.

De 2006 à 2010, selon un décompte de l’AFP, au moins dix affrontements armés entre rébellions et armée centrafricaines ont eu lieu dans cette ville de 20. 000 habitants où cohabitent parfois difficilement plusieurs ethnies. Ces affrontements ont fait des dizaines de morts et de blessés.

Les armes de guerre prolifèrent autour de Birao, faisant de cette région proche du Soudan et du Tchad « une zone de non-droit où toutes sortes d’exactions contre les civils, voire les autorités de l’Etat, sont permises », a relevé le porte-parole.

Les ministres ont tenu lundi une cérémonie publique de réconciliation, lors de laquelle les représentants des différentes ethnies de la région ont signé un acte de réconciliation.

Birao accueille une base des Forces armées centrafricaines (Faca), environ 300 hommes de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat), ainsi que des ONG d’aide aux milliers de déplacés et réfugiés de la région.