Politique

Nigeria: attaque d’islamistes présumés contre une prison du nord

De présumés membres d’une secte islamiste à l’origine d’une rébellion l’an dernier ont attaqué mardi une prison du nord du Nigeria, ont annoncé les autorités tandis que des témoins rapportaient des coups de feu.

Par
Mis à jour le 7 septembre 2010 à 21:04

Nigeria: attaque d’islamistes présumés contre une prison du nord © AFP

« La prison centrale de Bauchi a été attaquée ce soir par de présumés membres de Boki Haram dans une tentative de libérer leurs camarades », a déclaré le chef de la police de l’Etat de Bauchi, Danlami Yar’Adua, en se référant à cette secte radicale.

« Ils sont arrivés à la prison et ont commençé à tirer de façon sporadique pour y avoir accès. Nous avons déployé la police anti-émeute qui s’est confronté à eux et est parvenue à contrôler la situation », a-t-il ajouté.

Un conseiller du gouverneur de cet Etat de la fédération a également confirmé l’attaque. Tous deux ont indiqué que la situation avait été maîtrisée mails ils n’ont pas fait état de victime ou précisé s’il y avait des prisonniers qui avaient pu s’évader.

Des résidents ont fait état de coups de feu dans la soirée, mais il était toutefois impossible de savoir immédiatement combien de membres de la secte étaient impliqués dans l’assaut contre la prison.

L’attaque s’est produite à la suite d’une série d’attaques ciblées dont les autorités ont rendu responsables des membres de cette secte.

Mohamed Yusuf, ancien étudiant en théologie en Arabie Saoudite et chef de cette secte, a été abattu il y a un an par les forces de l’ordre. Lui et ses hommes voulaient imposer un « Etat islamiste pur » dans le nord majoritairement musulman de la fédération.

Entre le 26 et le 30 juillet 2009, des affrontements entre Boko Haram et les forces de l’ordre avaient fait quelque 800 morts dans cette partie du pays.

La police affirme que l’adjoint de Yusuf, Abubakar Shekau, a également été tué mais il est récemment apparu sur des vidéos pour lancer des menaces. Les autorités affirment toutefois qu’il s’agit de montage d’anciennes images.

La secte se réclamant des talibans d’Afghanistan et dont le nom en langue Haoussa, Boko Haram, signifie « l’éducation occidentale est un péché », comptait alors des milliers de partisans.

L’attaque de mardi survient juste avant la fin du mois muslman de Ramadan et avant les élections présidentielles du 22 janvier prochain annoncées ce mardi.

Le nord du Nigeria est majoritairement musulman alors que le sud est à prédominance chrétien.