Politique

Le Rwanda « heureux » de la visite de Ban Ki-moon mais rejette toujours le rapport de l’Onu

Le Rwanda est « très heureux » de la visite en cours du secrétaire-général de l’ONU Ban Ki-moon mais continue de « rejeter » catégoriquement un rapport de l’ONU l’accusant de graves crimes en RD Congo, a déclaré mercredi à l’AFP la ministre des Affaires étrangères de ce pays.

Par
Mis à jour le 8 septembre 2010 à 08:10

Le Rwanda « heureux » de la visite de Ban Ki-moon mais rejette toujours le rapport de l’Onu © AFP

« Nous sommes très heureux que le secrétaire-général de l’ONU ait jugé important de venir ici et de discuter ce rapport sur la République démocratique du Congo », a indiqué Mme Louise Mushikiwabo dans un entretien téléphonique avec l’AFP.

« Nous espérons qu’il comprendra pourquoi nous avons rejeté ce rapport », qui « va générer de l’instabilité dans la région », a ajouté la ministre, qui a rencontré Ban Ki-moon peu après l’arrivée de ce dernier mardi soir à Kigali pour une visite impromptue de moins de 24 heures.

Le secrétaire-général de l’ONU doit rencontrer mercredi en fin de matinée le président rwandais Paul Kagame, et quitter le Rwanda dans l’après-midi, pour cette visite impromptue destinée à calmer la colère de Kigali concernant le rapport à paraître des Nations Unies.

« Il ne fait pas le moindre doute que, si ce rapport était publié comme nous l’avons vu dans une version préliminaire, avec ses fausses accusations, et sans parler aux parties intéressées, le Rwanda retirera immédiatement ses troupes » des opérations de paix des Nations Unies au Soudan, a prévenu Mme Mushikiwabo.

Le Rwanda met aujourd’hui à disposition de l’ONU 3. 550 soldats pour deux missions distinctes au Soudan.

L’ONU doit publier le 1er octobre un rapport du Haut commissariat aux droits de l’Homme qui accuse notamment l’armée rwandaise de possibles crimes de génocide commis lors de la première guerre en RDC (1996-1998) à l’encontre des Hutu rwandais réfugiés dans ce pays.

« Les attaques systématiques et généralisées –contre des Hutu réfugiés en RDC après le génocide de 1994 contre les Tutsi– révèlent plusieurs éléments accablants qui, s?ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crimes de génocide », selon un projet de ce texte divulgué par la presse le mois dernier.

Le nombre de victimes s’élève à « probablement plusieurs dizaines de milliers » selon ce document.

Plus d’un million de Hutu rwandais s’étaient réfugiés chez le voisin congolais par crainte de représailles après la prise de pouvoir au Rwanda en juillet 1994 de la guérilla du Front patriotique rwandais (FPR), à majorité tutsi, qui a mis un terme au génocide perpetré contre la minorité tutsi de ce pays.

Environ 800. 000 personnes ont été tuées dans le génocide anti-Tutsi perpétré par le régime extrémiste hutu jusque-là au pouvoir à Kigali.

« Nous n’accepterons jamais que l’armée qui a combattu le génocide (au Rwanda) soit accusée de tels crimes », a affirmé Mme Mushikiwabo à propos du rapport de l’ONU.