Politique

Sénégal: 7 maîtres coraniques condamnés pour avoir fait mendier des enfants

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné mercredi sept maîtres coraniques à six mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir fait mendier des enfants dans les rues de Dakar, un jugement sans précédent dans ce pays musulman où la mendicité des enfants est courante.

Par
Mis à jour le 8 septembre 2010 à 13:11

Sénégal: 7 maîtres coraniques condamnés pour avoir fait mendier des enfants © AFP

Les « marabouts » (maîtres coraniques) devront également s’acquitter d’une amende de 100. 000 francs CFA (150 euros).

Les juges n’ont toutefois pas suivi les réquisitions du procureur de la République, qui avait requis deux ans de prison dont six mois ferme.

Les prévenus, « six Sénégalais et un Bissau-Guinéen, ont été condamnés pour incitation à la mendicité, en application de l’article 245 du code pénal », a commenté l’un de leurs avocats, Me Malik Fall.

Le 25 août, pour la première fois, le gouvernement avait pris une mesure d’interdiction de la mendicité sur la voie publique, n’autorisant l’aumône que devant les lieux de culte.

En application de cette mesure, la police avait ensuite interpellé des petits mendiants âgés de 6 à 16 ans qu’elle avait interrogés. Leurs témoignages avaient conduit à l’arrestation des sept maîtres coraniques.

Au cours du procès, la défense avait plaidé la clémence en faisant valoir que, selon une tradition séculaire, les « marabouts » avaient toujours fait mendier leurs élèves à travers le pays et que l’Etat l’avait jusqu’alors toléré.

« Cette condamnation est une première et elle aura forcément un effet retentissant », a commenté Me Fall. L’avocat a cependant estimé que le tribunal avait pris « une excellente décision » en ne prononçant qu’une peine de prison avec sursis.

Ce procès a lieu moins de cinq mois après la publication d’un rapport alarmant sur le sujet, publié par l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW). L’organisation qui a son siège à New York y affirmait que « dans le cas d’au moins 50. 000 enfants, dont beaucoup amenés de pays voisins, les marabouts (maîtres coraniques) ont profité de l’absence de réglementation gouvernementale pour dénaturer l’éducation religieuse, la transformant en exploitation économique ».