Politique

Afrique du Sud: les crimes violents baissent, toujours 46 meurtres par jour

Les crimes violents ont baissé significativement en un an en Afrique du Sud mais le pays continue d’enregistrer un nombre de meurtres effarant dans les quartiers défavorisés, selon des statistiques officielles publiées jeudi.

Par
Mis à jour le 9 septembre 2010 à 14:59

Afrique du Sud: les crimes violents baissent, toujours 46 meurtres par jour © AFP

Le nombre d’homicides a atteint son plus bas niveau depuis la chute de l’apartheid, avec 16. 834 meurtres commis entre le 1er avril 2009 et le 31 mars 2010, contre près de 27. 000 en 1995/96.

« Les homicides ont chuté de 8,6% en un an. C’est un succès de taille », s’est félicité le ministre de la Police Nathi Mthethwa lors d’une conférence de presse à Pretoria.

La nation arc-en-ciel demeure malgré l’un des pays les plus dangereux au monde: environ 46 meurtres y sont perpétrés chaque jour, contre près de 50 l’année dernière. Soit un ratio de 34,2 meurtres pour 100. 000 habitants.

« Nous ne sommes pas triomphalistes, nous ne dirons jamais que nous sommes au bout de nos peines, mais nous pensons être sur la bonne voie », a toutefois commenté le ministre adjoint de la Police, Fikile Mbalula.

Outre la baisse des homicides, les deux hommes ont souligné une diminution globale des crimes violents: les tentatives de meurtre ont baissé de 6,1% sur la période avec 17. 410 cas, les vols à main armée de 7,5% (113. 755), les attaques de fourgons blindés de 7,3% (358), les attaques de banque de 8,8% (93) et les vols à la sauvette de 10,4% (64. 670).

Les agressions sexuelles enregistrent également un déclin de 4,4% avec 68. 000 attaques signalées à la police, mais cette statistique est moins fiable, la plupart des victimes hésitant à dénoncer leur agresseur.

En revanche les cambriolages ont encore augmenté de 2,7% pour les domiciles, après une hausse moyenne de 25% sur les cinq dernières années, et de 4,4% pour les bâtiments commerciaux.

« Cela signifie que les Sud-Africains sont malheureusement moins en sécurité dans leurs foyers qu’ils ne l’étaient l’année dernière », en a conclu dans un communiqué l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition.

Les cambriolages marquent particulièrement les esprits en Afrique du Sud, la presse rapportant fréquemment des exemples de vols ayant dégénéré dans des violences extrêmes.

Pourtant, seuls 4% des cambriolages entraînent des violences, a souligné à l’AFP Gareth Newham de l’Institut pour les études de sécurité (ISS).

Le directeur de la police nationale, Bheki Cele, a attribué la baisse des crimes violents à une « meilleure visibilité » des forces de l’ordre depuis 2009, notamment en préparation de la Coupe du monde de football 2010.

« La bonne coopération avec les membres associatifs, religieux, les commerçants. . .  » a également aidé le travail de prévention des policiers, a-t-il ajouté.

« La visibilité des policiers est particulièrement dissuasive contre les cambriolages et les vols à la sauvette », a confirmé Chris de Kock, responsable des statistiques pour la police. « Cela permet par ricochet de faire chuter les meurtres commis lors de vols », dit-il.

Mais les deux tiers des homicides n’ont pas de motifs crapuleux et sont liés à des problèmes sociaux, a rappelé l’analyste. Ils se produisent en majorité dans les quartiers pauvres, les ghettos hérités du régime raciste, lors de querelles souvent liées à l’alcool.

Ces « meurtres sociaux » (près de 12. 000 homicides) « n’ont pas vraiment diminué » au cours de l’année, note-t-il.

Pour les faire chuter, il faudrait « faire reculer le chômage » qui affecte un adulte sur trois et « construire des logements décents », a-t-il ajouté. « Cela peut prendre très longtemps. «