Politique

Anne-Marie Idrac à Alger: une « nouvelle étape » dans les relations France-Algérie

La secrétaire d’Etat française chargée du Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, a fait état lundi d’une « nouvelle étape » dans les relations franco-algériennes à l’occasion d’une visite de deux jours à Alger.

Par
Mis à jour le 20 septembre 2010 à 19:30

Anne-Marie Idrac à Alger: une « nouvelle étape » dans les relations France-Algérie © AFP

Ce terme, a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse, a été utilisé par le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia qui l’a reçue lundi. Elle a évoqué aussi « un rythme nouveau dans la relation France-Algérie », principal sujet de ses discussions avec la partie algérienne.

Mme Idrac, qui était accompagnée de plusieurs chefs d’entreprises, a précisé qu’elle n’avait pas parlé avec ses interlocuteurs « de problèmes politiques ».

Elle a surtout insisté sur la « volonté du gouvernement français et des entreprises françaises de développer les investissements en s’inscrivant complètement dans la logique » de développement et de partenariat définis par le gouvernement algérien.

Elle s’est d’ailleurs refusée à commenter la nouvelle loi des finances complémentaire 2010 qui recadre sinon restreint les investissements étrangers et qui doit être votée mercredi par le Parlement.

La secrétaire d’Etat a insisté sur un partenariat « gagnant-gagnant », un partenariat « de long terme avec la formation et la création d’emplois et le transfert de technologies » de la part des entreprises françaises et un partenariat « dans les deux sens ».

Dans un communiqué cité par l’agence APS, le ministre de l’Industrie, des PME et de la Promotion de l’investissement, Mohamed Benmeradi, a souligné que de tels échanges ne peuvent qu’être « fructueux et bénéfiques pour les deux pays », tout en réitérant « sa disponibilité à examiner tout cas litigieux et y trouver les solutions idoines ».

Parmi les questions discutées depuis des mois, l’implantation d’une usine de montage de Renault en Algérie.

La coopération franco-algérienne s’inscrit « dans la durée et le long terme » avec 400 entreprises françaises présentes dans ce pays et qui génèrent 35. 000 emplois directs et 100. 000 indirects, a rappelé Mme Idrac.

Les deux parties ont aussi annoncé l’organisation d’un forum algéro-français sur l’investissement et le commerce, au premier semestre 2011 selon le communiqué algérien.

La visite de la secrétaire d’Etat a eu lieu après celle, le 20 juin, du secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant et en prévision d’une mission de l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Ce dernier a été chargé au début du mois par le président Nicolas Sarkozy de faciliter et de développer les investissements bilatéraux.

Il devrait, selon des sources diplomatiques françaises, arriver vers la fin du mois de novembre en Algérie.