Politique

Procès Taylor: le tribunal de l’ONU réclame 11 millions de dollars

Le tribunal spécial de l’ONU chargé de juger les crimes de guerre en Sierra Leone (TSSL) réclame 11 millions de dollars (8 millions d’euros) pour terminer les audiences dans le cadre du procès de l’ex-président Charles Taylor, annonce son rapport annuel publié vendredi.

Par
Mis à jour le 24 septembre 2010 à 19:50

Procès Taylor: le tribunal de l’ONU réclame 11 millions de dollars © AFP

Le TSSL, qui siège dans la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, doit fermer ses portes à l’issue du procès Taylor, attendue vers le milieu de l’année 2011.

« Au 30 avril 2010, le tribunal avait reçu des promesses de dons d’au moins 15 millions de dollars de divers groupes de donateurs réguliers et occasionnels », selon ce rapport.

« Malgré ces contributions très satisfaisantes, le tribunal fait face à un trou de 11,1 millions de dollars pour achever le procès », selon le document.

L’ancien président libérien Charles Taylor, dont le procès s’est ouvert le 4 juin 2007 est inculpé depuis le 7 mars 2003 par le TSSL qui a retenu 11 charges de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et violations du droit humanitaire international pour son implication dans la guerre civile en Sierra Leone de 1991 à 2001.

Le TSSL est le premier à être financé par des contributions volontaires des Etats. Il en a reçu de 40 pays. Son budget prévisionnel est de 28 millions de dollars pour 2009 et de 12 millions de dollars pour 2010.

Le rapport pour juin 2009-mai 2010, pendant les huit ans d’activités du tribunal indiquait que le budget définitif s’élevait à 26,1 millions de dollars.

« La demande pour 2010 est de 20,5 millions de dollars (. . . ) Ces chiffres regroupent les activités des bureaux à Freetown, La Haye et New York ».

Pendant cette période, le tribunal a notamment prononcé un verdict dans le procès de huit anciens rebelles qui s’est achevé en octobre 2009 à Freetown et qui pour cette raisoon lui a permis de réduire ses frais de 40%.

Toutefois, le rapport indique que « en dépit de réductions budgétaires importantes (. . . ) le tribunal continue à affronter des difficultés sérieuses pour arriver à terminer son travail ».