Politique

L’armée pro-Gbagbo tiendra l’ONU responsable de violences à Abidjan

L’armée loyale à Laurent Gbagbo tiendra « pour responsable » l’envoyé spécial de l’ONU, Choi Young-Jin, de violences qui pourraient survenir lors de marches du camp d’Alassane Ouattara prévues jeudi et vendredi à Abidjan, selon un communiqué lu à la télévision d’Etat.

Par
Mis à jour le 15 décembre 2010 à 16:56

A propos de ces marches prévues jeudi sur la télévision d’Etat RTI et vendredi sur le siège du gouvernement, « des informations en possession de l’état-major des armées (. . . ) affirment que le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Côte d’Ivoire (Choi Young-Jin), soutient ces projets », indique le communiqué lu par le porte-parole de l’armée.

« Le général Philippe Mangou, chef d’état-major des armées et l’ensemble des FDS (forces de défense et de sécurité) tiennent M. Choi pour responsable des conséquences imprévisibles qui pourraient résulter de ces actions projetées », a ajouté le porte-parole, le lieutenant-colonel Hilaire Babri-Gouhourou.

La quasi-totalité de la communauté internationale a reconnu la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle du 28 novembre sur la base des informations fournies par M. Choi.

Cette victoire est contestée par Laurent Gbagbo qui a été proclamé prrésident de la République par le Conseil constitutionnel ivoirien.

Les partis soutenant Ouattara ont appelé leurs militants à prendre jeudi et vendredi la télévision publique et le siège du gouvernement à Abidjan, actuellement contrôlés par les partisans de Laurent Gbagbo, faisant craindre de violents affrontements entre les deux camps.

« Il faut le dire clairement, ces marches à relent d’action de force, donc de troubles graves à l’ordre public, n’ont pour unique finalité que d’opposer d’innocentes populations aux forces régulières de maintien de l’ordre public », affirme le communiqué.

Il estime que le camp Ouattara espère avec ces marches « obliger les FDS à un affrontement avec des Ivoiriens » et « les FDS dénoncent fermement de telles attitudes ».

L’armée loyale à M. Gbagbo lance « un appel » aux Ivoiriens et à « tous ceux vivant sur le territoire national, épris de paix et soucieux de la stabilité de la Côte d’Ivoire, à s’abstenir de s’associer à de telles entreprises périlleuses ».

Elle « les invite à continuer de vaquer dans le calme et la tranquilité à leurs différentes occupations seules capables de leur garantir un bie-être social », conclut le texte.