Politique

Zimbabwe: Mugabe et Tsvangirai appellent à bannir la violence avant les élections

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe et son Premier ministre Morgan Tsvangirai ont exhorté lundi leurs sympathisants respectifs à s’abstenir de toute violence avant les élections générales prévues en 2011.

Par
Mis à jour le 20 décembre 2010 à 19:06

« Ce que nous voudrions obtenir pour notre peuple, c’est notre voix et notre poids pour qu’il n’y ait pas de violence, mais cela ne signifie pas que tout le monde nous écoutera », a indiqué M. Mugabe lors d’une conférence de presse de fin d’année, donnée conjointement avec M. Tsvangirai.

« Nous n’avions pas d’autre option que de travailler ensemble. Aujourd’hui, nous avons une plus grande stabilité politique que jamais auparavant. Il y a la paix », a ajouté le président Mugabe.

Le chef de l’Etat, âgé de 86 ans, a été désigné samedi comme candidat de son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF), pour le scrutin présidentiel de l’an prochain.

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC, ex-opposition) du Premier ministre Morgan Tsvangirai a fait savoir que la présidentielle pouvait avoir lieu en 2011 mais a réclamé des législatives en 2013.

« Nous nous sommes engagés, en tant que dirigeants, à ce que la prochaine élection ne soit pas caractérisée par une culture de la violence », a de son côté souligné M. Tsvangirai. « Ce démon doit être ostracisé, c’est un démon que personne ne veut », a-t-il insisté.

Le MDC avait remporté en mars 2008 les législatives et son leader Morgan Tsvangirai était arrivé en tête du premier tour, mais il avait renoncé à participer au second tour en raison des violences qui ont secoué le pays après la défaite historique du parti présidentiel.

Pour sortir de cette paralysie politique, MM. Mugabe et Tsvangirai avaient formé en février 2009 un gouvernement d’union nationale.