Politique

Tunis: des islamistes tentent d’incendier une rue où travaillent des prostituées

| Par AFP
Tunis: des islamistes tentent d’incendier une rue où travaillent des prostituées

Tunis: des islamistes tentent d'incendier une rue où travaillent des prostituées © AFP

Des islamistes ont tenté vendredi de mettre le feu dans une rue du centre de Tunis où travaillent des prostituées avant d’être dispersés par les forces de l’ordre qui ont par ailleurs déployé des hélicoptères, a déclaré à l’AFP un policier tunisien.

« Il y a une heure environ, des islamistes ont tenté d’entrer dans la rue Abdallaah Guech pour l’incendier », a déclaré ce policier.

Une des principales maisons closes de Tunis est située dans cette rue, qui se trouve près de la Medina, destination connue de tout homme tunisien, arabe ou étranger ayant envie de s’isoler avec une femme pour une période bien déterminée.

« Des habitants les ont empêchés de rentrer dans cette rue jusqu’à l’arrivée des agents des forces de l’ordre qui ont bloqué l’entrée en interdisant tout passage. Ils ont ensuite réussi à disperser ces manifestants », a ajouté le policier.

Un commerçant à proximité des lieux a déclaré que « des groupes ont tenté de s’introduire dans cette rue mais la police savait déjà que des manifestants allaient arriver. Ils ont bloqué les issues et maintenant la rue est gardée par la police et l’armée ».

Toutes les boutiques situées à proximité de la rue Abdallaah Guech ont été fermées, a constaté une journaliste de l’AFP.

Hamza, un manifestant de 21 ans, a déclaré: « On a exigé la fermeture de cette rue, nous sommes dans un pays musulman et nous devons appliquer ce que l’Islam exige ». « Est-ce que ces femmes (prostituées) ont fait quelque chose d’important pour le pays, est-ce qu’elles ont fondé des familles, est-ce qu’elles ont une vie? », a-t-il déclaré.

Auparavant, plusieurs dizaines de manifestants islamistes avaient exigé dans le centre de Tunis la fermeture « des maisons closes », scandant « Non aux lieux de prostitution dans un pays musulman » devant le ministère de l’Intérieur.

« On ne peut pas accepter que la femme soit considérée comme une marchandise, nous réclamons la fermeture de toutes les maisons de prostitution en Tunisie », a déclaré à l’AFP, un des manifestants, Anas, 20 ans, affirmant que la manifestation avait été organisée « spontanément ».

« Des touristes arabes viennent spécialement en Tunisie pour visiter ces maisons », ajoute-t-il, affirmant que d’autres « maisons closes » avaient déjà été fermées à Sousse, Kairouan (centre) et Béja (nord-ouest) et que les manifestants réclament désormais la fermeture de ces lieux à Tunis.

Partis de l’avenue Habib Bourguiba dans le centre de Tunis, les manifestants ont arpenté la rue jusqu’au ministère de l’Intérieur dont les accès sont bloqués par l’armée et sont entourés de barbelés avec des blindés légers positionnés devant le bâtiment.

La prostitution est pratiquée aussi en cachette dans d’autres endroits de Tunis, où des prostituées fréquentent des cafés du centre de la capitale et « offrent leur services » à des tarifs qui ne dépassent pas les 20 dinars (environ 11 euros).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte