Politique

Drépanocytose en Afrique: 500.000 naissances annuelles

Quelque 500. 000 bébés naissent chaque année en Afrique avec la drépanocytose, une grave maladie génétique du sang, a indiqué mercredi à Brazzaville le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/Afro), le Dr Luis Gomes Sambo.

Par
Mis à jour le 6 avril 2011 à 16:03

« La prévalence du trait drépanocytaire peut atteindre jusqu’à 40% de la population dans certaines communautés. Chaque année, plus de 500. 000 bébés naissent avec la drépanocytose dont 60% à 80% meurent avant l’âge de 5 ans », a déclaré le Dr Gomes Sambo, à l’ouverture d’une réunion des ministres africains de la Santé consacrée aux maladies non transmissibles.

La conférence regroupe une trentaine de ministres qui doivent préparer une position commune du continent à la réunion mondiale sur ces maladies héréditaires prévue fin avril à Moscou.

La répétition de crises de drépanocytose (maladie héritée par l’enfant quand ses deux parents, « porteurs sains », présentent une mutation d’un gène de l’hémoglobine) peut entraîner de sévères lésions des reins, des poumons, des os, du système nerveux central.

« Dans la plupart des cas, les couples ignorent qu’ils sont porteurs du trait drépanocytaire, soit à cause du manque d’information, soit à cause de l’absence des moyens de dépistage », a expliqué le Dr Gomes Sambo, directeur de l’OMS pour l’Afrique.

Les maladies non transmissibles (maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies respiratoires chroniques, cancers, drépanocytose, maladies mentales, violences et traumatismes) représentent « un lourd fardeau » pour les pays en développement, notamment en Afrique, a souligné le médecin, en réclamant davantage d’investissements.

Selon l’OMS, 35 millions de personnes souffrent des maladies cardio-vasculaires dans la région et un million en meurent chaque année.

On estime à 10 millions le nombre de personnes atteintes du diabète en 2010 en Afrique. « Ce chiffre pourrait doubler d’ici 2030 et représentera la plus grande augmentation comparée à celle des autres parties du monde », a dit Luis Gomes Sambo.

Les projections de l’OMS montrent que le nombre de cas de cancers pourrait doubler d’ici 2030, passant de 700. 000 à 1. 600. 000 cas par an avec une létalité de plus de 80%.

Le Dr Gomes Sambo a appelé à « investir davantage » pour lutter contre ces pathologies.