Politique

Une crise de l’électricité au Nigeria plonge Niamey dans les « délestages »

Une crise de l'électricité au Nigeria plonge Niamey dans les "délestages" © AFP

Niamey enregistre depuis des semaines de longues coupures d'électricité, dites "délestages", pouvant durer jusqu'à 24 heures d'affilée, une crise attribuée mercredi par les autorités à des perturbations dans le secteur au Nigeria qui fournit au Niger environ 80% de sa consommation.

Aucune indication n’était disponible officiellement sur un délai pour la résolution de ces délestages électriques, qui surviennent par temps de forte chaleur, la température atteignant souvent 48 degrés Celsius.

Ces délestages entraînent des coupures d’eau dans les zones alimentées par des pompes électriques, particulièrement dans les quartiers de la banlieue, d’après la Société d’exploitation des eaux du Niger (SEEN).

Les médiaux locaux relaient régulièrement des réactions de colère de résidents de Niamey, où le manque d’électricité paralyse plusieurs activités notamment dans les secteurs économiques, sanitaires et des services.

Abdoulkarim Noma Kaka, directeur de la Société nigérienne d’électricité Nigelec (publique), a attribué lors d’une conférence de presse ces longues coupures de courant à la forte demande liée à la chaleur et à des perturbations dans la fourniture par le Nigeria, lui-même face à une crise de l’électricité.

D’après la Nigelec, ce géant anglophone et premier producteur de pétrole en Afrique fournit au Niger, pays sahélien enclavé, environ 80% de sa consommation. Ce taux a atteint dans le passé près de 90%.

Il faut 86 mégawatts (MW) pour la consommation de Niamey, mais la Nigelec ne dispose en tout que de 66 MW, dont 50 MW sont importés du Nigeria, a expliqué M. Kaka.

La production locale à partir des vieilles centrales est inférieure à 20 MW, selon la Nigelec, qui évoque par ailleurs des difficultés en raison de ses appareils régulièrement endommagés par les températures élevées.

Selon M. Kaka, la Nigelec va élaborer un « plan de délestages », qui sera largement communiqué au public, prévoyant de fournir du courant en priorité aux services sensibles dont les hôpitaux, les maternités et les stations de production d’eau potable.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte