Politique

Soudan: l’armée reprend le contrôle du Kordofan-Sud, selon Béchir

Soudan: l'armée reprend le contrôle du Kordofan-Sud, selon Béchir © AFP

L'armée reprend le contrôle de l'Etat pétrolier du Kordofan-Sud, dans le centre du Soudan, en proie à des combats depuis plusieurs jours avec des forces sudistes, a assuré jeudi le président soudanais Omar el-Béchir.

« La situation au Kordofan-Sud est sous le contrôle des forces armées soudanaises qui sont actuellement en train de nettoyer la région de ce qui reste de rebelles », a-t-il déclaré, cité par l’agence officielle Suna.

Tard mercredi soir, le principal conseiller présidentiel, Nafie Ali Nafie, a déclaré, selon la Suna, que le Parti du congrès national (NCP, au pouvoir), avait donné « toute liberté » aux forces armées pour reprendre le contrôle du Kordofan-Sud.

Les Nations unies ont pour leur part indiqué jeudi que les combats qui se déroulent depuis cinq jours dans cet Etat avaient continué de s’étendre.

« Il y a encore eu des combats aujourd’hui à Kadugli (la capitale du Kordofan-Sud) et ils se sont étendus à d’autres endroits, notamment Kauda et Talodi », deux villes de l’est de l’Etat, a déclaré Kouider Zerrouk, un porte-parole de la mission de l’Onu au Soudan (Minus), sans donner de détails sur des victimes.

Le Kordofan-Sud, seul Etat pétrolier du Nord, se trouve à la frontière avec le Sud-Soudan et a été un champ de bataille pendant la guerre civile entre nordistes et sudistes (1983-2005).

Alors que le Sud-Soudan doit devenir indépendant le 9 juillet, des élections locales controversées en mai ont contribué à la montée des tensions dans le Kordofan-Sud.

Le gouverneur sortant Ahmed Haroun, poulain du parti du président Omar el-Béchir recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre au Darfour, a battu le gouverneur adjoint de la province, Abdelaziz al-Hilou, numéro deux de la branche Nord du SPLM, le parti au pouvoir au Sud-Soudan.

Mardi, les Etats-Unis ont appelé à la fin « immédiate » des violences au Kordofan-Sud, et pressé les dirigeants soudanais de « se rencontrer immédiatement pour résoudre ces questions pacifiquement et rapidement ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte