Politique

Le Soudan a besoin d’un milliard de dollars pour approvisionner le Darfour en eau

Par
Mis à jour le 28 juin 2011 à 09:37

Le Soudan a besoin d’un milliard de dollars pour approvisionner le Darfour en eau © AFP

Le gouvernement soudanais et les Nations unies ont lancé lundi un appel à la communauté internationale pour obtenir un milliard de dollars afin de faire face au rapide déclin des ressources hydriques du Darfour, principale cause de conflits dans cette région.

« Nous voulons faire de l’eau qui est actuellement une cause de conflits fréquents l’instrument d’une paix durable », a déclaré Salahedin Youssef, ministre soudanais de l’Irrigation et des Ressources hydriques.

« De longues années de conflits et de sécheresse ont fait de l’eau une ressource sans prix pour les habitants du Darfour. Le grand nombre de personnes déplacées de ce fait a accru la pression », a ajouté le ministre.

Les organisateurs d’un « Congrès pour l’eau à des fins de paix durable » veulent réunir des fonds pour financer 65 projets liés à l’eau sur six ans.

Les deux sujets abordés par plusieurs intervenants lors de l’inauguration à Khartoum de ce congrès de deux jours étaient d’une part l’explosion démographique dont le Darfour a été le théâtre au cours des dernières décennies, d’autre part les sécheresses de plus en plus fréquentes.

Dans le Nord du Darfour, où des affrontements sanglants ont éclaté entre les troupes gouvernementales et des forces rebelles il y a à peine dix jours, on a enregistré sur les vingt années écoulées seize des pires sécheresses que le pays ait connues depuis 1972.

Parallèlement, la population du Darfour est passée de 1,3 million d’habitants au début des années 70 à 8,2 millions, avec un doublement des citadins qui consomment jusqu’à six fois plus d’eau par tête d’habitant que les paysans.

Mais la majorité de la population est de type agro-pastoral et l’essentiel des conflits régionaux a pour origine des disputes sur l’exploitation des ressources naturelles.

Selon des déclarations du ministre à l’AFP en marge de la conférence, Khartoum doit participer aux 65 projets à hauteur de 216 millions de dollars. La dépense globale est estimée à 1,9 milliard de dollars sur les quatre années à venir.