Politique

Zimbabwe: programme économique sur 4 ans, vise une croissance de 7%

Zimbabwe: programme économique sur 4 ans, vise une croissance de 7%

Zimbabwe: programme économique sur 4 ans, vise une croissance de 7% © AFP

Le gouvernement du Zimbabwe a présenté jeudi un programme économique sur quatre ans, qui table sur une croissance de 7% et fait appel à des investisseurs étrangers pour redresser des entreprises publiques en difficulté telles que la compagnie aérienne nationale.

Le programme, qui envisage 9,2 milliards de dollars d’investissements, veut maintenir l’inflation sous les 10% et envisage une baisse du taux de chômage de 6 points par an, a précisé le ministre du Plan Tapiwa Mashakada.

Il doit être financé par des emprunts et des investissements étrangers, en particulier pour venir en aide aux entreprises publiques comme Air Zimbabwe, la société nationale des chemins de fer et la compagnie d’électricité ZESA, a-t-il dit.

« Ce ne peut pas être comme d’habitude. (. . . . ) Nous avons besoin de récupérer la décennie perdue », a insisté le ministre.

L’économie du Zimbabwe se remet lentement de plus d’une décennie de chute libre, caractérisée par une hyperinflation qui a atteint 231 millions pour cent, avant que le gouvernement n’arrête de compter.

La plupart des Zimbabwéens vivent dans la pauvreté, le taux de chômage étant estimé à plus de 80%.

La tendance est à la reprise depuis que le président Robert Mugabe a dû s’associer avec son rival Morgan Tsvangirai, devenu Premier ministre, dans un gouvernement d’unité nationale qui a abandonné le dollar local au profit du dollar américain, en 2009.

L’inflation a été maîtrisée, et l’économie a progressé de 9% l’an dernier. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit toutefois un ralentissement du rythme à 5,5% cette année.

Morgan Tsvangirai a exhorté les diverses factions du gouvernement d’unité nationale à mettre leurs divergences politiques de côté pour se concentrer sur la reconstruction de l’économie.

« Au cours des six derniers mois ce qui est ressorti pour le public est la discorde et le dysfonctionnement », a-t-il dit.

« Nous devons inculquer un sentiment d’engagement. En dépit de nos différences politiques, nous devons nous engager pour (réaliser) les principaux objectifs du programme à moyen terme, contre vents et marées », a déclaré le Premier ministre.

La Zanu-PF, le mouvement du président Mugabe, rejette toute responsabilité dans l’effondrement économique du Zimbabwe, accusant les sanctions imposées par les pays occidentaux à M. Mugabe, aux membres de son entourage et aux entreprises associées au parti.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte