Politique

Grève à Air Algérie: tensions à Orly où des centaines de voyageurs restent bloqués

Des centaines de voyageurs restaient bloqués à Orly mardi après avoir été empêchés d’embarquer lundi sur des vols de la compagnie Air Algérie, par une grève du personnel navigant commercial en Algérie qui perturbe aussi les aéroports d’Alger et de Marseille.

Par
Mis à jour le 12 juillet 2011 à 17:31

Grève à Air Algérie: tensions à Orly où des centaines de voyageurs restent bloqués © AFP

« On veut des avions, on veut des avions ! », « on veut un responsable ! », scandaient plusieurs personnes à Orly Sud devant le comptoir de la compagnie entouré par les forces de l’ordre.

Huit vols de la compagnie Air Algérie ont été annulés lundi à l’aéroport d’Orly et les vols de mardi étaient également annulés alors que la compagnie « tentait d’affréter des vols pour la journée », selon un porte-parole de la compagnie sur place.

« Environ 1. 500 passagers sont aujourd’hui en attente d’une reprogrammation de leur vol », a annoncé dans un communiqué le ministre des transports Thierry Mariani.

Un appareil d’Air Algérie a cependant acheminé 215 personnes vers Sétif et Air France a programmé un vol supplémentaire pour 172 passagers vers Alger, précise le communiqué.

« Le droit de grève des pilotes algériens s’exerce à un moment de l?année où de nombreux passagers ayant des attaches en Algérie souhaitent y passer leurs vacances. C’est tout à fait regrettable », déclare le ministre.

Thierry Mariani « appelle la compagnie Air Algérie à prendre toutes ses responsabilités et à apporter toute l’assistance nécessaire à ses passagers, en priorité leur réacheminement et à défaut l?hébergement ».

La compagnie a demandé mardi aux passagers de ne pas se présenter à l’aéroport et propose un report des voyages ou un remboursement des billets.

Plusieurs centaines de passagers ont passé la nuit sur place à Orly Sud dans l’attente d’un vol, comme Kahina Aitkhelifa et son fils de deux ans. « Hier, on nous a assuré que nous aurions trois avions ce matin », a expliqué la jeune femme qui devait s’envoler lundi à 14H00 pour Bajaia.

« Avec cet espoir, on a passé la nuit ici et aujourd’hui, il n’y a plus d’avion. Cela fait un an que je n’ai pas vu ma famille, je ne vais pas rester ici », lance la jeune maman.

Nassim a également passé la nuit sur place avec ses deux enfants de deux et cinq ans. « A 2H00 du matin, on nous promet des avions et à 7H00 il n’y a plus rien. Air Algérie, ce sont des menteurs. Maintenant ils nous promettent un avion pour 17H00, comment les croire ? », s’énerve-t-il.

« Ils nous abandonnent », raconte Karim qui devait s’envoler lundi à 16H00 pour Alger. « On est pire que du bétail ! Il y a des enfants, des personnes âgées, des malades, ils s’en foutent ! », lance-t-il.

Beaucoup de familles avec enfants et personnes âgées sont en effet regroupées dans le hall de l’aéroport, visiblement épuisées par une nuit d’attente.

A Marseille ou une trentaine de voyageurs ont passé la nuit dans l’aéroport, trois vols sur cinq étaient suspendus. Air Algérie proposait notamment un acheminement par bateau à destination d’Alger, mercredi et jeudi et vers Skikda vendredi.

Le trafic aérien était également sérieusement perturbé mardi à l’aéroport international Houari-Boumedienne d’Alger où seul deux vols ont pu être assurés sur 25 départs.

Ces annulations sont consécutives à une grève de membres du personnel navigant commercial (PNC) de la compagnie aérienne en Algérie, qui réclament des revalorisations salariales.

Selon le PDG d’Air Algérie Mohamed Salah Boultif, cette grève a entraîné depuis son déclenchement l’annulation de 146 vols sur 186 prévus.