Politique

Zimbabwe : un an après la chute de Mugabe, le désenchantement

Robert Mugabe, ancien dirigeant du Zimbabwe © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Un an a passé depuis la chute de Robert Mugabe, et l'euphorie a fait place à la déception. L'inflation est galopante, les biens alimentaires manquent. Le parti au pouvoir, la Zanu-PF tente de défendre son bilan, mais l'opposition accuse les autorités de harcèlement.

Le visage de Munya Chihota, homme d’affaires zimbabwéen, s’illumine à l’évocation de la manifestation historique qui avait rassemblé, l’an dernier à Harare, des dizaines de milliers de personnes pour demander le départ de Robert Mugabe, après trente-sept ans au pouvoir. « Il y avait tellement de joie dans l’air », se rappelle Chihota, 41 ans. « On était tous là. Des jeunes, des vieux, des Noirs, des Blancs. On espérait qu’après les épreuves que la nation avait endurées, les choses allaient changer. Le sentiment général était que le système devait tomber. »

Le vieux Robert Mugabe, 93 ans, a effectivement cédé, sous la pression de la rue, de l’armée et de son parti, la Zanu-PF. Son ancien bras droit, Emmerson Mnangagwa, lui a succédé en novembre 2017. Après trente-sept ans de règne autoritaire et une descente aux enfers sur le plan économique, nombre de Zimbabwéens avaient espéré que le départ de Robert Mugabe serait synonyme de nouveau départ pour le pays.

« Malheureusement, seulement une personne et une poignée de parasites ont été renvoyées et le système est resté en place », constate amer Munya Chihota. Son entreprise de plastique n’a elle jamais été en aussi mauvaise posture. « Beaucoup de choses ont mal tourné. On se n’attendait pas du tout à ça », confie-t-il.

Belina Mlilo, 24 ans, se rappelle aussi l’ivresse du mois de novembre 2017. « On a fêté ça comme jamais auparavant », se souvient avec émotion cette diplômée en commerce qui survit de petits boulots. En novembre 2017, elle s’était jointe à la foule qui avait été stoppée par les forces de sécurité à l’approche du palais présidentiel. « On a fait l’erreur de penser que Mugabe était le seul problème », estime-t-elle a posteriori. « On a été utilisés comme des pions dans la lutte entre les factions de la Zanu-PF et maintenant ils se fichent de nous. »

Pénuries de biens alimentaires

Emmerson Mnangagwa, légitimé par les urnes en juillet, s’est engagé à relancer l’économie moribonde, attirer les investissements et créer des emplois. Un an après, les banques manquent toujours de liquidité, l’inflation annuelle a atteint officiellement 20,8%, sur fond de pénuries de pain, sucre, riz ou encore huile. L’argent liquide reste une denrée rare. Les Zimbabwéens sont toujours contraints de faire la queue pendant des heures devant les banques pour obtenir un nombre limité de « bond notes », sortes d’obligations à parité – officiellement – avec le dollar américain. En réalité, la valeur des bond notes s’est effondrée.

« On attend toujours que les investisseurs viennent, on attend toujours que des emplois soient créés et que les prix baissent », résume l’économiste John Robertson. « Le président a fait des progrès en arrêtant des personnes coupables de corruption, mais les répercussions des décisions (de Robert Mugabe) sont toujours là. »

Les pénuries de biens de consommation courante alimentent un marché noir, où les prix explosent. Un litre d’huile se monnaie jusqu’à 12 dollars contre 3,7 dollars dans les supermarchés aux étals clairsemés. Le chômage plafonne pourtant toujours autour des 90%. « Les pénuries sont toujours aussi intenses et le gouvernement continue à intensifier les souffrances du peuple », accuse le principal parti d’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

La Zanu-PF défend son bilan

Les espoirs de liberté ont aussi été douchés par la violence des forces de sécurité qui ont ouvert le feu, en août lors de manifestations post-électorales, contre des partisans de l’opposition. Six personnes ont été tuées. Depuis les élections, les opposants accusent les autorités de harcèlement permanent. Pour Ibbo Mandaza, à la tête du groupe de réflexion Southern African Political and Economic Series Trust, « rien n’a changé ». « Au contraire, c’est pire. »

La Zanu-PF défend, elle, le bilan de la première année au pouvoir d’Emmerson Mnangagwa. « Beaucoup de choses positives se sont produites depuis que le président Mnangagwa est aux commandes », estime le porte-parole du parti, Simon Khaya Moyo.

« Les gens sont libres d’organiser des réunions », explique-t-il à l’AFP. Aux élections, « on a eu des observateurs » internationaux qui ont pu travailler « sans restriction aucune ». « L’économie montre aussi des signes de croissance avec de nombreux étrangers intéressés à investir. On a eu de nombreux touristes. Ce sont des signes évidents que les choses ont changé », affirme-t-il. Avec une dette totale de 16,9 milliards de dollars, le gouvernement a prévu de rembourser, d’ici octobre 2019, l’essentiel de ses 2 milliards d’arriérés auprès de la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale.

Mais le maintien de sanctions américaines contre des membres de la Zanu-PF soupçonnés de corruption pourrait bloquer l’obtention de nouveaux prêts.

Et Robert Mugabe vit, lui, une retraite dorée et paisible dans sa somptueuse villa de « Blue Roof » à Harare.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte