Religion

Sénégal : une foule de pèlerins mourides converge vers Touba pour le grand Magal

Des fidèles de la confrérie mouride en pèlerinage à Touba au centre du Sénégal, le 19 novembre 2016. © SEYLLOU/AFP

Des centaines de milliers, voire plusieurs millions de pèlerins mourides, selon certaines estimations, convergeaient samedi vers la ville sainte sénégalaise de Touba, à la veille du « grand Magal », rassemblement annuel des membres de cette confrérie très influente, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

Après avoir passé des heures dans des embouteillages pour rejoindre cette ville champignon du centre du pays, passée de 30.000 à quelque deux millions d’habitants en une quarantaine d’années, les pèlerins se pressaient sous une forte chaleur aux alentours de la grande mosquée, épicentre des célébrations du « grand Magal », où un à trois millions de personnes étaient attendues dimanche.

Certains portaient des masques pour se protéger de la poussière.

Le « Magal » (« célébration » en wolof) marque l’anniversaire, dans le calendrier musulman, du départ en exil le 12 août 1895 du fondateur du mouridisme à la fin du XIXe siècle, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), dit Serigne Touba.

Le chef religieux, qui n’a jamais levé les armes, avait été contraint par les autorités coloniales françaises à l’exil au Gabon (1895-1902) puis en Mauritanie (1903-1907), avant d’être placé en résidence surveillée dans le nord du pays. Il est vénéré par ses millions de fidèles au Sénégal et dans la diaspora.

Tout au long du week-end, les pèlerins assisteront à des récitations du Coran et des « khassaïdes », poèmes écrits par Cheikh Ahmadou Bamba, prendront part à des prières dans la mosquée aux sept minarets et se recueilleront sur les tombeaux du fondateur du mouridisme et de ses fils et successeurs, considérés comme des saints.

Les fidèles partageront aussi le traditionnel « berndel » (banquet), repas gargantuesque composé de boeufs, moutons, poulets, chameaux, poissons, riz, fruits et boissons fraîches, servi à volonté dans chaque famille.

« Pour rien au monde nous ne raterions le Magal parce que Serigne Touba, tout ce qu’il a fait mérite que tout le monde aille vers lui », a confié Diagne Fatou Cissé.

Pays réputé pour sa tolérance religieuse, le Sénégal compte plus de 90% de musulmans, adhérant pour la plupart à l’islam soufi, représenté par différentes confréries, dont celle des mourides est l’une des principales.

« Le Magal est un jour de gloire, de fête, de succès dans le combat pour élever le droit de Dieu et des hommes sur terre, c’est-à-dire pour réhabiliter les valeurs islamiques. Cheikh Ahmadou Bamba l’a fait sans effusion de sang. Il la fait sans nuire à personne, mais il a tout réussi », a expliqué un responsable mouride, Youssouf Diop.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte