Politique

Paul Kagame pris à partie à Paris sur les droits de l’homme au Rwanda

Paul Kagame pris à partie à Paris sur les droits de l'homme au Rwanda © AFP

Le président rwandais Paul Kagame, en visite officielle en France, a été pris à partie lundi à Paris sur la situation des droits de l'homme dans son pays, lors d'une conférence sur le rôle de l'Afrique dans la gouvernance mondiale.

Des membres des ONG Human Rights Watch (HRW) et Reporters sans frontières (RSF) ont interpellé M. Kagame, citant des cas d’opposants incarcérés ou de journaux fermés temporairement et de journalistes tués ou devant fuir le pays.

« Il n’y a que Human Rights Watch qui ne voit jamais de progrès au Rwanda. Nous allons continuer à faire de notre mieux pour notre peuple », a répondu M. Kagame lors de cette conférence à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

« Je ne comprends pas de quoi vous parlez », a-t-il assuré, avant que le directeur de l’Ifri, Thierry de Montbrial, n’intervienne pour ramener les débats sur le thème de la conférence.

Paul Kagame est critiqué par des ONG pour des « violations répétées » des droits de l’Homme.

« Au Rwanda, la situation des droits de l’homme demeure extrêmement préoccupante et les violations ont culminé lors de la dernière campagne électorale », a souligné vendredi la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH).

La visite officielle de Paul Kagame, destinée à parachever la réconciliation avec la France depuis le génocide de 1994, a suscité des remous dans la classe politique et chez les militaires français, toujours accusés par Kigali d’être impliqués dans des massacres de Tutsi il y a 17 ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte