Politique

Tunisie: Ennahda veut une démocratie basée sur les valeurs de l’islam

| Par AFP
Tunisie: Ennahda veut une démocratie basée sur les valeurs de l’islam

Tunisie: Ennahda veut une démocratie basée sur les valeurs de l'islam © AFP

Le mouvement islamiste tunisien Ennahda, grand favori de l’élection du 23 octobre, veut construire « un régime démocratique basé sur les valeurs de l’islam », a déclaré jeudi son président Rached Ghannouchi lors d’un congrès de présentation de son programme à Tunis.

Devant plus d’un millier de personnes réunies au palais des Congrès, la direction du mouvement a présenté un programme intitulé « pour une Tunisie de la liberté, de la Justice et du développement ».

« La Tunisie d’aujourd’hui et de demain doit s’appuyer sur son identité arabo-musulmane », a déclaré M. Ghannouchi en énumérant les priorités de son parti: instauration d’un régime parlementaire, lutte contre le chômage et la corruption, indépendance de la justice, respect de l’égalité homme/femme.

« Nous proposons aux Tunisiens la mise en place d’un système politique qui extirpe les racines de la dictature », selon un programme en 50 pages distribué par Ennahda, mouvement qui fut durement réprimé sous le régime Ben Ali.

« Notre programme vise à mettre en place un modèle de développement national ayant comme points de repère les valeurs islamiques », ajoute Ennahda, qui revendique souvent sa proximité idéologique avec l’AKP, le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie.

Face aux inquiétudes que suscite Ennahda, notamment dans les milieux intellectuels et laïques tunisiens, les islamistes s’engagent dans leur programme à « garantir la liberté de croyance et de pensée » et « les droits des minorités religieuses ».

Ils s’engagent à « préserver les acquis de la femme », qui jouit en Tunisie d’un des statuts les plus avancés dans le monde arabo-musulman.

Le texte entend notamment « protéger la liberté de la femme contre toute imposition de style vestimentaire ».

Ennahda est régulièrement donné comme grand vainqueur de l’élection d’une assemblée constituante prévue le 23 octobre. Ses détracteurs l’accusent de tenir un « double discours », officiellement modéré mais réactionnaire à la base.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer