Diplomatie

Égypte : Melania Trump rencontre Sissi et visite des pyramides

| Par AFP
Mis à jour le 06 octobre 2018 à 16h49
La Première Dame des Etats-Unis Melania Trump avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et son épouse Entissar al-Sissi, au palais présidentiel au Caire, le 6 octobre 2018.

La Première Dame des Etats-Unis Melania Trump avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et son épouse Entissar al-Sissi, au palais présidentiel au Caire, le 6 octobre 2018. © DOUG MILLS / AFP

La Première Dame des États-Unis Melania Trump est arrivée samedi en Égypte, quatrième et dernière étape de sa tournée en Afrique, où elle a rencontré le président Abdel Fattah al-Sissi avant une visite prévue aux pyramides de Guizeh.

Entourée de mesures de sécurité très strictes, Mme Trump a été accueillie à l’aéroport du Caire par l’épouse du président égyptien, Entissar al-Sissi.

Sous la protection de nombreux policiers déployés dans les rues du Caire et sur les toits des immeubles, son cortège a ensuite été dirigé vers le palais présidentiel où elle a rencontré M. Sissi pour un entretien d’environ une heure.

Mme Trump a ensuite été conduite à l’ambassade américaine pour une rencontre avec le personnel.

Elle visitera ensuite les célèbres pyramides de Guizeh, près du Caire, et devrait aussi, selon la presse égyptienne, se rendre sur le chantier du futur grand musée qui abritera les riches collections d’antiquités égyptiennes.

Melania Trump avait entamé mardi sa tournée au Ghana, avant une étape au Malawi, puis au Kenya.

Au Ghana, elle a visité mercredi un ancien fort esclavagiste. A Lilongwe au Malawi, où elle a visité une école primaire jeudi, Mme Trump a été accueillie par des slogans anti-Trump.

Au Kenya vendredi, elle a donné le biberon à des éléphanteaux et fait un bref safari. Mais l’ancienne mannequin de 48 ans a été vivement critiquée, sur les réseaux sociaux et dans la presse, pour avoir arboré un casque colonial.

Les premières étapes de la visite de Melania Trump en Afrique, présentée comme « diplomatique et humanitaire », n’ont guère mobilisé les foules ni suscité de réelle ferveur.

Mais cette tournée, sans déclarations à la presse, se déroule loin de la frénésie qui règne à Washington à quelques semaines des élections de mi-mandat en novembre, cruciales pour la seconde partie du mandat du président Donald Trump.

Jeudi, depuis la Maison blanche, le président américain avait salué le travail de son épouse dans un tweet, le qualifiant de « formidable à voir ».

La solide relation établie entre Le Caire et Washington après les accords de Camp David en 1978, a connu une période trouble après la destitution par l’armée en 2013 du président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi.

L’aide militaire américaine à l’Égypte avait été momentanément suspendue par l’administration démocrate de Barack Obama, qui avait critiqué des violations des droits de l’Homme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte