Elections

Mauritanie : faible affluence au second tour des élections législatives et locales

Dans un bureau de vote de Nouakchott, en Mauritanie, en 2014 (photo d'illustration). © Ahmed Mohamed/AP/SIPA

Les bureaux de vote en Mauritanie ont connu une affluence généralement faible samedi pour le second tour des élections législatives et locales, en raison notamment des intempéries à Nouakchott, la capitale, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Le parti du président Mohamed Ould Abdelaziz, l’Union pour la république (UPR), a remporté au premier tour, le 1er septembre, 67 des 131 sièges de députés déjà pourvus (sur 157 à l’Assemblée nationale), quatre conseils régionaux sur 13 et une centaine de communes sur 219.

Le parti islamiste Tawassoul est arrivé en deuxième position avec 14 députés, devant d’autres partis de l’opposition radicale qui, avec les islamistes, a remporté 29 sièges, 10 autres revenant à l’opposition modérée.

En ballottage favorable dans les 22 sièges encore en jeu samedi, les quatre restants étant réservés aux Mauritaniens de l’extérieur, l’UPR devrait obtenir les 12 qui lui manquent pour s’assurer une majorité absolue à l’Assemblée.

La bataille s’annonçait en revanche très dure à Nouakchott pour les neuf communes et le conseil régional de la capitale, entre le parti au pouvoir et les islamistes, présents au second tour dans sept communes. L’UPR a déjà perdu la commune de Sabkha et se trouve en ballottage défavorable dans quatre circonscriptions sur les huit restantes.

Malgré l’enjeu, la participation à Nouakchott se situait généralement entre 20 et 30 % de participation à 18H00 (locales et GMT) alors que dans le reste du pays la mobilisation s’annonçait plus importante, avec une moyenne nationale de près de 40%, selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Les bureaux de vote ont fermé à 19H00, et les résultats étaient attendus en début de semaine.

M. Ould Abdelaziz, qui a voté à Nouakchott, s’est félicité des résultats du premier tour, estimant que « les Mauritaniens ont voté pour la stabilité, le développement et le progrès ».

Ils « ont adressé un message de rejet aux extrémistes religieux et racistes qui ont détruit des pays et souillé l’image de l’islam dans le monde », a ajouté le chef de l’Etat, se disant convaincu que le second tour « ira dans le même sens ».

Dans des bureaux visités par l’AFP dans le quartier résidentiel de Tevragh Zeina, notamment trois demeuraient en deçà de 20%, alors que dans les quartiers populaires comme Teyarett (nord), la participation variait entre 20% et 30%.

« Les gens sont moins engagés que pour le premier tour qui alignait 98 partis politiques dont les soutiens s’absentent parce qu’ils n’ont plus la même motivation », a reconnu un président de bureau, relevant par ailleurs les effets des intempéries en cette période d’hivernage.

Des pluies légères ont encore arrosé samedi certains quartiers de Nouakchott dans l’après-midi, obligeant les électeurs à trouver refuge dans les salles de classe voisines des bureaux de vote.

Lire les autres articles du dossier

«Élections en Mauritanie : recomposition politique en cours»

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte