Politique

Au Niger, Lagarde (FMI) évoque crise alimentaire et ressources pétrolières

| Par AFP
Au Niger, Lagarde (FMI) évoque crise alimentaire et ressources pétrolières

Au Niger, Lagarde (FMI) évoque crise alimentaire et ressources pétrolières © AFP

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a rencontré mercredi le président nigérien Mahamadou Issoufou à Niamey et évoqué la crise alimentaire qui menace ce pays très pauvre, devenu récemment producteur de pétrole.

« Nous avons évoqué avec M. le Président la situation économique du pays, la situation budgétaire, les perspectives du programme de développement du président pour le pays », a-t-elle déclaré devant la presse après un entretien avec M. Issoufou au palais présidentiel.

« Je suis très satisfaite du degré de coopération du partenariat qui existe entre le Niger et le FMI. (. . . ) Nous sommes en accord sur l’essentiel », a poursuivi Mme Lagarde, arrivée mardi soir après deux jours au Nigeria voisin.

« La vie n’est pas facile toujours, je sais que les questions alimentaires en particulier sont un vrai problème, la saison des pluies a été faible », a-t-elle souligné.

Selon l’ONG Oxfam, six millions des quelque 16 millions de Nigériens sont menacés par une nouvelle crise alimentaire après une mauvaise campagne agricole.

Le Niger est « fort de sa jeunesse, fort de ses ressources nouvelles qu’il va falloir gérer dans le temps », a ajouté la directrice du FMI, en référence au pétrole.

Dans un rapport publié lundi, le Fonds a conseillé au Niger, l’un des pays les plus pauvres du monde, de dépenser prudemment les revenus qu’il va tirer du pétrole, ainsi que de l’uranium.

Le Niger pourrait connaître en 2012 l’une des plus fortes croissances économiques du monde (14%), dopée par la production de pétrole qu’il a commencé à extraire en novembre dans une zone désertique de l’est. Le pays est aussi l’un des plus grands producteurs mondiaux d’uranium.

Auparavant, Mme Lagarde a visité dans la matinée Boubon, à une trentaine de km à l’ouest de Niamey, où elle a rencontré des potières qui font la renommée de ce village. Le FMI « n’est pas seulement une institution désincarnée qui prescrit des mesures d’austérité à travers le monde », il est « très sensible aux particularités » de chaque pays, a-t-elle affirmé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte