Politique

Mali: le président Touré appelle à ne pas s’en prendre aux civils touareg

| Par AFP
Mali: le président Touré appelle à ne pas s’en prendre aux civils touareg

Mali: le président Touré appelle à ne pas s'en prendre aux civils touareg © AFP

Le président malien Amadou Toumani Touré a appelé ses compatriotes à ne pas s’en prendre aux civils touareg après des actions de représailles menées mercredi près de Bamako à la suite de la reprise de la rébellion touareg dans le nord du Mali.

Le chef de l’Etat a appelé « à éviter le piège de la confusion et de l’amalgame pour ne pas faire le jeu de ceux qui ont choisi de troubler la quiétude » du Mali, dans un discours radio-téléivisé prononcé mercredi soir et entièrement consacré à la situation dans le nord du Mali.

Mercredi à Kati (15 km de Bamako), où les épouses et les enfants des militaires maliens qui combattent dans le nord manifestent depuis 48 heures leur colère, deux maisons et une clinique appartenant à des Touareg ont été saccagées.

« Je voudrais convier toutes les Maliennes et tous les Maliens à savoir faire la part des choses. Ceux qui ont attaqué certaines casernes militaires et localités au Nord ne doivent pas être confondus avec nos autres compatriotes Touareg, Arabes, Songhoï, Peul qui vivent avec nous », a dit le président Toumani Touré.

« Que personne ne fasse cette confusion dans les quartiers, dans les villages et hameaux, dans les camps militaires, dans les camps de la garde nationale, dans les services de la douane et tous les autres services de l’Etat, administration publique comme privée », a-t-il insisté.

Il a estimé que ces communautés « qui vivent nos difficultés, qui ont choisi le Mali, qui ont choisi la République, qui ont choisi la loyauté » ont « les mêmes droits et les mêmes aspirations que nous à vivre en paix dans un pays dédié totalement à son développement ».

« Ne les confondez pas avec ceux qui ont tiré à Ménaka, Tessalit, Aguelhoc, Niafounké et ailleurs. Nous avons plutôt le devoir d’aider nos frères et soeurs, de les assister pour surmonter les épreuves du moment », a-t-il ajouté.

Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et d’autres rebelles touareg ont lancé depuis le 17 janvier une offensive dans le nord-est et le nord-ouest du Mali en attaquant plusieurs villes: Ménaka, près de la frontière nigérienne, Aguelhoc et Tessalit, près de la frontière algérienne, puis Léré et Niafounké, près de la frontière mauritanienne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer