Politique

Sénégal: Wade qualifie de simple « brise » la contestation de sa candidature

| Par AFP
Sénégal: Wade qualifie de simple « brise » la contestation de sa candidature

Sénégal: Wade qualifie de simple "brise" la contestation de sa candidature © AFP

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a comparé à une simple « brise » la contestation actuelle de sa candidature à la présidentielle février, assurant qu’elle ne deviendra « jamais un ouragan », a-t-on appris de sources concordantes.

« Une brise est un vent léger qui secoue les feuilles des arbres, mais elle ne devient jamais un ouragan », a déclaré mercredi M. Wade, qui s’exprimait au cours d’une cérémonie publique à Dakar.

Reprise jeudi matin dans toute la presse locale, la phrase apparaît également sur le profil facebook du chef de l’Etat. Interrogé par l’AFP, le directeur de campagne de M. Wade, el Hadj Hamadou Sall, a confirmé ces propos.

« Le président commentait les menaces de l’opposition qui avait dit que leur marche serait l’assaut final sur le palais présidentiel », a précisé M. Sall.

Regroupées au sein du Mouvement du 23 juin (M23), l’opposition et la société civile exigent le retrait de la candidature de M. Wade au scrutin présidentiel du 26 février, candidature dont la validité a été confirmée le 29 janvier par le Conseil constitutionnel.

A l’appel du M23, plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées mardi soir pour s’opposer à cette candidature. La manifestation avait été dispersée par la police, et un étudiant a été tué, renversé par un véhicule, lors de cette intervention.

Au total, ce sont quatre personnes qui ont été tuées en quatre jours dans le pays dans des violences liées aux tensions politiques à l’approche de la présidentielle.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer