Politique

Afrique du Sud: une mine de platine provisoirement fermée face à la chute des prix

Le coup de froid sur les prix du platine a conduit à stopper provisoirement l’exploitation d’une mine près de Rustenburg (nord-ouest) en Afrique du Sud, premier fournisseur mondial de ce métal précieux, a-t-on appris auprès de ses propriétaires Anglo American et Aquarius Platinum.

Par
Mis à jour le 11 juin 2012 à 11:56

Afrique du Sud: une mine de platine provisoirement fermée face à la chute des prix © AFP

Les partenaires du site de Marikana « sont convenus de placer les activités du site P&SA2 en maintenance en raison de la faiblesse persistante des prix des métaux du groupe platine », a indiqué dans un communiqué le groupe australien Aquarius, propriétaire à 50-50 de la mine avec Anglo American.

« En conséquence, le puits de Marikana 4 et l’usine de concentration de Marikana sont placés en maintenance, et les fonctions de direction seront regroupées avec le site de P&SA1 à Kroondal », a ajouté le communiqué. Le site employait 1. 528 salariés en juin 2011.

Selon le quotidien économique sud-africain Business Day, cette décision fait suite à celle du groupe Eastern Platinum de suspendre un projet de nouvelle mine de platine à Steelpoort, dans le nord de l’Afrique du Sud, à cause des faibles perspectives commerciales.

« Les conditions commerciales dans l’industrie du platine devraient rester difficiles à court et moyen terme, et elles rendent les activités de P&SA2 (la mine de Marikana, ndlr) non rentables », a souligné Aquarius.

L’Afrique du Sud abrite environ 87% des réserves mondiales de platine, notamment utilisé dans les pots d’échappement catalytiques.

Or, actuellement, les investisseurs se désengagent des métaux précieux, dont le platine, pour se procurer des liquidités, tandis que le secteur automobile, principal débouché des métaux platinoïdes, pâtit du contexte économique morose.

L’exploitation du platine est par ailleurs coûteuse car gourmande en énergie, dont le coût est tiré par les cours du pétrole.

Du coup, en trois mois, le cours du platine a chuté de 20% passant d’un pic à 1. 737,25 dollars l’once le 29 février à 1. 387,25 dollars le 30 mai (son plus bas niveau depuis début septembre 2011). Il évolue actuellement autour de 1. 450 dollars l’once.

Le négociant Johnson Matthey, leader mondial du secteur des platinoïdes, s’attend à ce que le marché reste en surplus, ce qui contribue à peser sur les prix.