Politique

Libye : les membres du personnel de la CPI « en bonne santé et bien traités »

Les quatre membres du personnel de la Cour pénale internationale détenus depuis le 7 juin à Zenten, dans l’ouest de la Libye, ont assuré mardi à des émissaires de la Cour être « en bonne santé et bien traités », a annoncé vendredi la CPI.

Par
Mis à jour le 15 juin 2012 à 17:44

Libye : les membres du personnel de la CPI « en bonne santé et bien traités » © AFP

« Les fonctionnaires de la CPI ont dit être en bonne santé et bien traités », a indiqué le CPI dans un communiqué, précisant qu’une délégation de la CPI s’était entretenue « brièvement » avec les quatre prisonniers en présence de représentants des autorités locales et du procureur général libyen.

Quatre membres du personnel de la CPI, dont l’avocate australienne Melinda Taylor, qui fait partie de l’équipe de défense de Seif al-Islam, sont détenus depuis le 7 juin à Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), où ils s’étaient rendus pour rencontrer le fils de l’ancien homme fort de la libye.

Mme Taylor est accusée d’espionnage après avoir tenté d’échanger avec Seif al-Islam, arrêté en novembre 2011 et détenu depuis par une brigade d’anciens rebelles de Zenten, des documents non-déclarés.

Selon les ex-rebelles de Zenten qui détiennent le fils de Mouammar Kadhafi, Melinda Taylor avait avec elle une lettre codée d’un des hommes les plus recherchés par la justice libyenne, Mohammed Ismaïl, ancien bras droit de Seif al-Islam.

Le représentant de la Libye auprès de la CPI, Ahmed al-Jehani, avait déjà annoncé mardi à Tripoli que des émissaires de la Cour avaient pu rencontrer leurs collègues détenus, mais n’avait rien dit quant à leur état de santé et leurs conditions de détention.

Seif al-Islam, 39 ans, fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI pour des crimes contre l’humanité commis pendant la révolte qui a provoqué la chute puis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011. Tripoli et la CPI se disputent le droit de le juger.