Politique

Tunisie : un militaire tué par une mine près d’un repaire jihadiste

Un char de l'armée tunisienne près du mont Chaambi, le 25 juin 2013. © Paul Schemm/AP/SIPA

Un soldat a été tué et six autres blessés par l'explosion d'une mine dans la zone montagneuse de Chaambi (centre-ouest), considérée comme un des principaux maquis des jihadistes en Tunisie, a annoncé mardi le ministère de la Défense.

Un soldat a été tué et six autres blessés par une mine, lors d’une opération de ratissage de cellules terroristes, sur les hauteurs du mont Chaambi, lundi 12 décembre 2017, a annoncé hier le ministère de la Défense en Tunisie.

Âgé de seulement 23 ans, l’homme qui a été tué, Mohamed Belgacem, occupait le poste de sergent. La cérémonie d’inhumation du militaire s’est tenue hier après-midi, dans sa ville natale à Bir Mcherga (Gouvernorat de Zaghouan), en présence d’un grand nombre de citoyens.

Présent à la cérémonie, le ministre de la Justice Ghazi Jeribi a affirmé le soutien de l’État à la famille de la victime. Il a également proposé d’appeler l’une des rues de Bir Mcherga par le nom du défunt pour lui rendre hommage.

Une lutte de longue haleine contre le terrorisme

Les forces de sécurité et l’armée tunisienne traquent depuis 2012 des groupes extrémistes armés retranchés dans les zones montagneuses du pays, notamment aux monts Mghilla et Chaambi, dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne. Ces groupes se revendiquent le plus souvent d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ou de l’organisation ultra-radicale État islamique (EI).

L’essor d’une mouvance jihadiste en Tunisie depuis la révolution de 2011 est responsable de la mort de plusieurs dizaines de soldats, de policiers, de touristes mais aussi des civils. Le mont Chaambi a été le théâtre de plusieurs attaques perpétuées contre les soldats, dont la plus meurtrière de l’histoire de l’armée, reste celle du 16 juillet 2014, lorsque 15 soldats ont été tués après un assaut « terroriste » pendant le ramadan.

Le pays a également connu en 2015 et 2016 des attentats majeurs revendiqués par l’EI comme celui qui a tué 38 touristes à Sousse (est) en juin 2015.

Si le pays est toujours en période d’état d’urgence, les autorités affirment avoir fait « des pas très importants dans la guerre contre le terrorisme », mais appellent toujours à la vigilance.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte