Sécurité

Kenya : les shebab attaquent un poste de police à la frontière, 3 blessés

Des combattants Shebab près de Mogadiscio, en mars 2012.

Des combattants Shebab près de Mogadiscio, en mars 2012. © Farah Abdi Warsameh/ AP/SIPA

Trois policiers kényans ont été blessés dans l’attaque nocturne de leur poste de police par plus d’une centaine de combattants shebab dans le district de Wajir, à la frontière avec la Somalie, a affirmé dimanche la police kényane.

L’attaque, qui a débuté dimanche à 03H00 (minuit en heure GMT), a visé le poste de police de Diff, une localité frontalière de la Somalie située à environ 500 km au nord-est de Nairobi à vol d’oiseau, a précisé la police dans un communiqué.

Les policiers présents « ont offert une très forte résistance jusqu’à environ 05H00 lorsqu’ils ont été débordés. Les terroristes sont alors parvenus à s’introduire dans le camp », précise le communiqué.

« La police n’a pas enregistré de victimes mais trois policiers ont été légèrement blessés », selon la même source.

Les combattants shebab ont ensuite « fui », y compris à bord d’un véhicule de la police saisi dans le camp, après avoir incendié plusieurs commerces du marché de Diff, d’après le communiqué.

Les forces de police et de l’armée kényane se sont lancées à la poursuite des assaillants soupçonnés d’avoir fait route vers la Somalie voisine.

Les shebab ont déjà mené ces derniers mois des attaques similaires contre des postes de police dans les comtés de Mandera, Lamu et Wajir, tous frontaliers de la Somalie où les islamistes radicaux contrôlent encore de vastes zones rurales.

Le Kenya a subi plusieurs attaques meurtrières des shebab depuis l’envoi en 2011 de troupes dans la Somalie voisine, pour combattre les jihadistes, au sein de la Force de l’Union africaine en Somalie (Amisom).

Le 15 janvier dernier, le Kenya a subi ce qui pourrait être son pire revers militaire quand les shebab lourdement armés ont pris d’assaut une base à El-Adde (sud de la Somalie) qui hébergeait environ 200 soldats kényans de l’Amisom.

Les autorités ont jusqu’à présent refusé de donner un bilan de cette attaque. Les shebab ont affirmé avoir tué plus de 100 militaires kényans, un nombre jugé crédible par plusieurs sources sécuritaires régionales.

Dimanche, le groupe islamiste radical, affilié à Al-Qaïda, a d’ailleurs diffusé sur internet une longue vidéo, de qualité professionnelle, montrant l’intégralité de l’assaut contre la base d’El-Adde.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte