Économie

Pétrole : l’Opep entrevoit un début de rééquilibrage en 2016

| Par Joël Té-Léssia Assoko
Vue d'un site pétrolier au Cameroun.

Vue d'un site pétrolier au Cameroun. © Renaud VAN DER MEEREN pour Les Editons du Jaguar

L’OPEP a indiqué lundi prévoir un début de rééquilibrage du marché pétrolier en 2016, la baisse des prix qu’elle a favorisée devant peser sur la production de ses concurrents et contribuer à atténuer l’excédent structurel d’offre.

Après des années de croissance phénoménale, la production des pays n’appartenant pas au cartel devrait plonger cette année, note l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans son rapport mensuel publié lundi.

Cette baisse n’atteindra plus 380 000 barils par jour, comme prévu en décembre, mais près du double, soit 660 000 barils par jour, après des années de croissance de 2 millions, estime l’organisation, selon qui 2016 (…) sera l’année du début du processus de rééquilibrage du marché.

Cette annonce, qui tend à valider la stratégie de l’Arabie saoudite d’inonder le marché pour maintenir ses parts de marché, intervient alors qu’un nombre croissant de pays de l’Opep, souffrant de la chute des prix, souhaitent une baisse de la production du cartel.

Le prix du pétrole et tombé de moitié en un an pour s’installer sous la barre des 30 dollars le baril, un seuil encore jugé improbable il y a quelques mois. Dans ce contexte, le Nigéria, qui assume la présidence tournante du cartel, a souhaité une réunion extraordinaire de l’Opep début mars.

Après avoir culminé à 56,87 millions de barils par jour (mbj), la production non-Opep devrait redescendre à 56,21 mbj cette année, une chute principalement encaissée par les Etats-Unis (-0,38 mbj). La Russie, qui a enregistré une production record de 10.90 mbj en décembre, devrait elle aussi voir celle-ci reculer, selon le rapport.

Le marché n’en reste pas mois dans une situation de surabondance persistante d’offre, note l’Opep. Excédentaire de près de 2 mbj en 2016, il pourrait toutefois s’équilibrer si le cartel, qui vient de réintégrer l’Indonésie, parvenait à limiter sa production à 31,65 mbj, selon ses projections.

L’Opep a produit en moyenne 31,85 mbj l’an passé. La hausse attendue de la demande mondiale (+1,26 mbj), à 94,17 mbj, couplée à la baisse de la production non-Opep, effacerait théoriquement une grande part de l’excédent mondial de production.

Le rapport ne dit cependant pas mot de l’Iran, un pays membre de l’Opep, à nouveau autorisé à exporter librement son pétrole depuis la levée, samedi, des sanctions internationales liées à son programme nucléaire, et dont le retour massif sur le marché pourrait bousculer la donne.

Vers 11H10 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 29,07 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 13 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte