Diplomatie

Libye : conférence décisive à Rome pour un gouvernement d’union

Tanks devant l'antenne radio, Syrte, Libye, 18 février 2015 © Mohamed Ben Khalifa/AP/SIPA

L'Italie et les États-Unis présidaient dimanche à Rome une conférence internationale pour pousser les principales factions politiques émergeant dans le chaos libyen à appliquer rapidement un accord négocié difficilement sous l'égide de l'ONU.

Les puissances occidentales souhaitent qu’un gouvernement d’union reprenne le pays en main pour tenter de contrer le développement de l’organisation État islamique (EI) autour de son fief de Syrte et les réseaux de passeurs qui envoient chaque mois vers l’Italie des milliers de migrants dans des conditions inhumaines.

Mais les critiques de l’accord préviennent que toute tentative de précipiter le processus de réconciliation risque au contraire de renforcer les résistances qui se sont exprimées depuis l’annonce de cet accord en octobre et d’accentuer les divisions au sein du pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

La réunion se déroule au ministère des Affaires étrangères, où le ministre Paolo Gentiloni a accueilli peu après 10H00 (9H00 GMT) son homologue John Kerry et l’émissaire de l’ONU pour la Libye, Martin Kobler.

Des représentants de 18 pays européens et arabes étaient présents, comme le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, et le Français Harlem Désir. Les représentants des factions rivales devaient les rejoindre dans l’après-midi.

« Nous devons montrer que l’action des gouvernements et de la diplomatie peut être plus rapide que la menace du terrorisme », avait insisté samedi M. Gentiloni.

Après l’engagement vendredi à Tunis de délégations des deux Parlements rivaux – celui de Tobrouk (est), reconnu par la communauté internationale, et celui de Tripoli – de signer mercredi l’accord soutenu par l’ONU, la réunion de dimanche vise surtout à montrer la solidarité internationale.

Cela devrait donner « un cadre et un élan à la cérémonie de signature », qui devrait avoir lieu au Maroc, a expliqué M. Gentiloni.

Mais à Tunis, les délégations n’ont pas été en mesure de promettre que leur Parlement respectif ratifierait l’accord après cette cérémonie.

« Pari irresponsable »

Et pour certains observateurs, la signature de cet accord obtenu au forceps via une médiation étrangère reste « un pari irresponsable », comme l’ont ainsi dénoncé Emma Bonino, ancienne ministre italienne des Affaires étrangères, et le haut diplomate français Jean-Marie Guéhenno dans le magazine Politico.

L’accord d’octobre prévoit qu’un homme d’affaires relativement inconnu, Faez Serraj, prenne la direction d’un conseil présidentiel de neuf membres, mais pour ces deux spécialistes de la diplomatie, il est « très improbable » que les conditions de sécurité soient réunies pour qu’ils prennent leurs fonctions à Tripoli.

« Cela signifie qu’ils n’auront aucun contrôle sur l’administration d’État, en particulier la banque centrale. Cela pourrait relancer les combats pour le contrôle de la capitale », tandis que toute tentative de restaurer l’autorité de Tripoli risque d’alimenter les poussées sécessionnistes dans l’Est, ont-ils prévenu.

Vendredi après-midi, des centaines de manifestants se sont d’ailleurs rassemblés sur la principale place de Tripoli, agitant des drapeaux libyens et appelant au rejet de l’accord.

Selon des sources européennes et américaines, l’objectif est de former un gouvernement d’union dans les 40 jours suivant la signature de mercredi, faute de quoi l’ONU pourrait imposer des sanctions sur les parties récalcitrantes.

En revanche, si l’accord tient, le gouvernement d’union pourra obtenir des armes et même un appui militaire international pour asseoir son autorité, lutter contre le terrorisme et l’immigration clandestine, a expliqué un responsable américain.

La présence de plusieurs milliers de combattants de l’EI dans la zone côtière de Syrte inquiète beaucoup à travers le monde, d’autant que des responsables locaux parlent aussi de centaines de jihadistes étrangers venant se former pour repartir frapper ailleurs.

L’Italie, ancienne puissance coloniale, se dit prête depuis des mois à prendre la tête d’une éventuelle intervention militaire. Mais elle exige l’accord d’un gouvernement reconnu, et un mandat précis de l’ONU.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte