Politique

Burkina: la société civile contre tout « stratagème » pour « un pouvoir à vie » du président Compaoré

La société civile burkinabè a rejeté lundi, à l?issue d?un forum citoyen, tout « stratagème » ayant pour but d?installer le « pouvoir à vie » du président Blaise Compaoré au Burkina Faso.

Par
Mis à jour le 3 décembre 2013 à 07:31

Burkina: la société civile contre tout « stratagème » pour « un pouvoir à vie » du président Compaoré © AFP

« Pour empêcher toute manipulation opportuniste de la constitution, nous devons construire un rempart citoyen à même d?endiguer les tentations de pouvoir à vie du président Compaoré », a déclaré Luc Marius Ibriga, président du Forum des citoyens de l?alternance (Focal), dont c’était la troisième édition lundi.

La société civile et l’opposition burkinabè accusent le chef de l’Etat de vouloir modifier l’article 37 de la constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels et l’empêche de se présenter à nouveau en 2015.

Elles rejettent également catégoriquement la création d’un Sénat, que Blaise Compaoré veut créer, selon elles, pour se maintenir au pouvoir.

« De tels stratagèmes sont inconstitutionnels et illégitimes, et c?est à bon droit que nous pourrons, sur le fondement de la constitution, leur opposer la désobéissance civile », a soutenu M. Ibriga.

Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 par un coup d’Etat, a effectué deux septennats (1991 et 1998), avant qu’un amendement modifiant la durée du mandat présidentiel ne lui permette d’être élu pour deux nouveaux quinquennats (2005 et 2010).

Le chef de l’Etat s’est jusqu’à présent montré très flou sur sa volonté de se présenter une nouvelle fois à la charge suprême.

Le Focal, un rassemblement annuel qui se tenait lundi sur le thème du « Burkina Faso après l?élection présidentielle de 2015 », a réuni environ 200 personnes, la plupart issues de la société civile et de partis d’opposition, selon un décompte de l’AFP.

Ses membres craignent que le président burkinabè organise un référendum pour imposer ses vues, ce à quoi ils se disent également opposés.