Energie

Nigeria : le salaire du président réduit de moitié

| Par AFP
Mis à jour le 11 juillet 2015 à 11h11
Le président nigérian Muhammadu Buhari.

Le président nigérian Muhammadu Buhari. © PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari ne touchera que la moitié du salaire perçu par son prédécesseur Goodluck Jonathan, a annoncé vendredi son porte-parole.

« Le président Muhammadu Buhari ne recevra que 50 % du salaire versé à son prédécesseur », a indiqué le porte-parole du président, Garba Shehu, dans un communiqué.

Le salaire annuel du président nigérian s’élève actuellement à 14 058 820 nairas (70 000 dollars, 63 500 euros), y compris les indemnités, selon la commission fiscale. Le vice-président Yemi Osinbajo lui aussi ne percevra que la moitié de son salaire annuel de 12 126 290 nairas.

Cette annonce a été faite au moment où le Nigeria, première économie d’Afrique et premier producteur de pétrole du continent, fait face à une situation très difficile en raison notamment de la chute des cours mondiaux du pétrole, principale source de revenus du gouvernement du pays.

Cette initiative semble également vouloir inciter les députés, dont la rémunération a suscité l’indignation de l’opinion publique, et les gouverneurs des États à faire de même.

Cette semaine, le président Buhari a approuvé des mesures destinées à renflouer les caisses des États en difficulté afin de leur permettre de verser les salaires des fonctionnaires, dont certains n’ont pas été payés depuis fin 2015.

Muhammadu Buhari a accusé le gouvernement de l’ex-président Jonathan d’avoir laissé les caisses de l’État pratiquement vides. A la fin du mois de mars, la dette du pays s’élevait à 63,5 milliards de dollars.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte