Politique

Le Niger affirme avoir infligé de lourdes pertes à Boko Haram au Nigeria

Le Niger affirme avoir infligé de lourdes pertes à Boko Haram au Nigeria © AFP

Le Niger a affirmé jeudi avoir tué plus de 200 combattants de Boko Haram au cours de l'offensive terrestre et aérienne menée depuis dix jours par son armée et celle du Tchad dans le nord-est du Nigeria.

Un total de 228 membres du groupe islamiste nigérian ont été tués, tandis que des chars, des véhicules et des dizaines de motos leur appartenant ont été détruits, selon un communiqué de l’armée nigérienne lu à la télévision publique par son porte-parole, le colonel Moustafa Ledru.

« On déplore un mort et 8 blessés » du côté des forces de sécurité nigériennes, ajoute le texte.

Les bilans communiqués par les pays combattant Boko Haram (Nigeria, Tchad, Cameroun et Niger) sont souvent très défavorables aux islamistes, sans qu’il soit possible d’obtenir un état des pertes humaines venant d’autres sources, aucun acteur tiers (ONG, ONU) n’étant présent dans les zones de combat.

Des milliers de soldats nigériens et tchadiens, massés depuis près de deux mois dans le sud-est du Niger, mènent depuis le 8 mars une offensive dans le nord-est du Nigeria, frontalier, considéré comme le fief des insurgés.

L’opération baptisée « Opération Maï Dounama », du nom d’un empereur de Borno (Nigeria) du 13e siècle, vise à « détruire » les bases de Boko Haram proches du Niger, a expliqué le colonel Ledru.

Elle se poursuivra jusqu’à « la sécurisation du bassin du Lac Tchad », a-t-il assuré.

D’après une source sécuritaire tchadienne, les deux armées ont repris la ville de Damasak, dans le nord-est du Nigeria, dont Boko Haram s’était emparé en novembre.

« L’ennemi est réduit à sa plus simple expression », a affirmé jeudi le colonel nigérien Mohamed Toumba, qui s’exprimait depuis Damasak pour une radio privée nigérienne.

« Notre prochain objectif est Malam Fatori », une ville nigériane très proche du Niger, a-t-il poursuivi.

Selon l’armée nigérienne, des combattants de Boko Haram se sont « repliés » au sud de Malam Fatori après plusieurs défaites successives.

L’armée nigériane affirme à l’inverse que Malam Fatori est sous son contrôle.

D’après un premier bilan communiqué la semaine dernière par la police nigérienne, 24 soldats et policiers nigériens ont péri entre le 6 février, jour de la première attaque des insurgés nigérians au Niger, et le 8 mars, jour de l’offensive anti-islamiste au Nigeria.

Dans le même temps, « 513 éléments de Boko Haram ont été tués », avait ajouté la police nigérienne.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte